OMAHA BEACH

Omaha Beach, le nom emblématique du débarquement allié en Normandie, le 6 juin 1944, the DDay, est l'une des cinq plages (Sword, Juno, Gold, Omaha et Utah) choisies par le haut commandement allié pour débuter la guerre en France contre le IIIe Reich allemand. Cette plage de 6 km de long s'étendant de Ste-Honorine-des-Pertes à Vierville-sur-Mer reçu les surnoms de bloody Omaha (Omaha la sanglante) et de Beach of blood (la plage de sang) de la part des soldats américains.

omaha 9
La plage d'Omaha Beach avec au fond la Pointe du Hoc

plage
La plage d'Omaha Beach

La plage est bordée à l'est et à l'ouest par des falaises abruptes d'une soixantaine de mètres de hauteur. Large de 300 m à marée basse, elle disparait à marée haute ne laissant plus apparaitre qu'une digue à l'ouest et une levée de galets à l'est. Devant la plage se trouve un cordon dunaire, bâti de villas et occupé par des marécages. Après le cordon dunaire, des talus escarpés, hauts de 30 à 50 m, donnent sur le plateau. Cinq vallées sèches, perpendiculaire à la plage, donnent accès au plateau. Ce sont les seules voies de sortie de la plage pour les véhicules. Les Allemands avaient mis en place, pour contrôler cette plage, deux batteries d'artillerie, l'une sur la Pointe du Hoc, l'autre à Longues-sur-Mer, des obstacles sur la plage (portes belges, hérissons tchèques, pieux minés et autres dents de dragons), des champs de mines, mais surtout une dizaine de points d'appui fortifiés nommés Widerstandnest (WN). Chaque WN composé de tobrouks, de bunkers, de tranchées, de nappes de barbelés et de murs ou de fossés antichars était armé de plusieurs canons, de mortiers et de plusieurs mitrailleuses. Chacun était desservi par une quarantaine de soldats. D'est en ouest, les sorties de plages étaient contrôlées par les WN60 et WN61 pour la sortie F1 (désignation américaine), les WN61 et WN62 pour la sortie E3, les WN64 et WN65 pour la sortie E1, les WN66, WN67 et WN68 pour la sortie D3 et les WN71, WN72 et WN73 pour la sortie D1. En juin 1944, la zone était occupée par les 2000 hommes de la 352e Infanterie Division du général Kraiss (PC à St-Lô) et de la 716e Infanterie Division du général Richter (PC à Caen). La présence de la 352e Infanterie Division, arrivée en mars 1944 du front russe, n'était pas connue des alliés.

omaha 13
La "Maison fortifiée" du WN73 surplombe la falaise escaladée par les rangers

canon aa 1
Canon anti-aérien allemand

L'objectif initial des Américains était d'établir une tête de pont de 8 km de profondeur entre Port-en-Bessin et la Vire en faisant la jonction, à l'est, avec les Britanniques et à l'ouest, avec le VIIe Corps d'armée US débarqué à Utah Beach. À Omaha Beach fut affecté, sous le commandement du général Omar Bradley, la 1st Infantry Division US (DIUS), la Big Red One, du major général Huebner, et la 29e DIUS du major général Gerhardt. Chaque division comptant environ 14 000 hommes fut renforcée par des chars du 2nd Tank Division. Pour la 29e DIUS, ce sera le baptême du feu. Le 2nd Ranger Batalion fut chargé de neutraliser la batterie de la Pointe du Hoc soutenu, si l'assaut réussissait, par le 5th Ranger Batalion qui sinon serait dirigé vers Omaha Beach. La 2e DIUS et la 2th Tank Division US devaient débarquer après le DDay. L'appui feu était assuré par l'USS Augusta (poste de commandement du général Bradley), l'USS Texas, l'USS Arkansas, le HMS Glasgow, les navires français Montcalm et Georges Leygues, douze destroyers et trente-trois dragueurs de mines. Les troupes du débarquement (34 000 hommes et 3300 véhicules) furent transportées par 280 navires de transport. Pour le débarquement était prévu : des chars Sherman DD (duplex drive) munis d'une jupe assurant leur flottaison, des Landing Craft Assault (LCA), long de 12 m et transportant 30 hommes, des Landing Craft Vehicule & Personnel (LCVP), long de 12 m et transportant 36 hommes ou un véhicule, des Landing Craft Mechanized (LCM), long de 13 m et transportant 60 hommes ou un char, des Landing Craft Tank (LCT), long de 60 m et transportant 3 à 4 chars et des Landing Ship Craft Infantery (LCI), transportant 100 ou 200 hommes. La plage fut divisée en huit secteurs dénommé d'est en ouest, Fox Red, Fox Green, Easy Red, Easy Green, Dog Red, Dog White, Dog Green et Charlie. Le plan initial prévoyait le débarquement à 6 h 30 de 64 chars DD suivis de compagnies d'infanterie puis des unités du Génie (16 x 40 hommes). Celles-ci devaient créer 16 brèches de 45 m de large dans les défenses de plage pour les péniches suivantes. Puis, à partir de H + 40 min, une nouvelle vague d'infanterie devait débarquer toutes les 10 minutes. Les deux divisions devaient avoir touché terre en quatre heures.

maisy 1
Péniche de débarquement visible à la batterie de Grandcamp-Maisy

péniche 2
Péniche de débarquement visible au musée du DDay à Vierville-sur-Mer

Le 6 juin 1944 à 3 h 30 débuta le transbordement des hommes des navires dans les péniches de débarquement. À 5 h 20, les premières péniches quittèrent leurs navires d'attache mouillées à 15 km de la côte. Dix péniches coulèrent corps et biens durant la traversée. À 5 h 40, les LCI mirent à l'eau les 32 chars DD du 741st Tank Batalion à 5 km de la côte. Vingt-sept d'entre eux coulèrent à cause de la mer trop forte. Informé du désastre, il fut décidé que les 32 chars du 743rd Tank Batalion seraient débarqués sur la plage. À 5 h 50 débuta le bombardement, long de 40 minutes, des défenses allemandes par les canons des navires. Les obus tombèrent, à cause de la mauvaise visibilité, à 2 ou 3 km à l'arrière des positions allemandes. À 6 h 05, les 329 bombardiers B24 et B17 du 8th Airforce US, arrivant du large perpendiculairement à la plage, larguèrent 13 000 bombes sur les défenses allemandes. Larguées trop tardivement à cause de la fumée du bombardement naval, les bombes ratèrent leurs objectifs.

obstacle de plage
Obstacle de plage visible au musée du DDay de Vierville-sur-Mer

peniche 5
Péniche de débarquement visible au musée du DDay à Vierville-sur-Mer

La première vague d'assaut toucha la plage à 6 h 25. La mer agitée et un vent fort avaient coulé les chars DD et fait dériver les péniches vers des endroits non prévus. Se présentèrent sur Omaha Beach, à 500 m du bord, les chars DD rescapés et 36 péniches qui débarquèrent les 1450 hommes des huit compagnies d'infanterie dont les hommes du Génie. Les LCT amenèrent les chars du 743rd Tank Batalion directement sur la plage. Plusieurs péniches furent coulées par l'artillerie allemande avant d'atteindre la plage. Les WN n'ouvrirent le feu que lorsque les Américains mirent le pied sur le sable, décimant les huit compagnies. La compagnie "A" du 116th Infantry Regiment US (RIUS), débarquée à Dog Green, fut rayée de la bataille en quelques minutes. Les GI's furent sous le feu très dense des mitrailleuses allemandes dès leurs sorties des péniches. Largués dans 1,50 m d'eau, alourdi par leur paquetage, ils ne purent pas rejoindre la plage et restèrent coincés dans l'eau durant des heures. Sur les 170 hommes, 91 furent tués, 64 grièvement blessés. Le matériel radio fut perdu à 80 %. Quatorze chars furent détruits sur la plage, les autres furent bloqués par les murs antichars ou les galets. Les hommes du Génie, débarqué avant l'infanterie, furent décimés avant d'avoir pu dégager des chenaux pour les péniches. Robert Capa, qui débarqua avec la première vague à Easy Red, fit 106 photos (la plupart furent détruites lors d'un incident au développement) avant de rembarquer, choqué par le massacre sur la plage.

omaha 7
A bord d'une barge, face à Omaha. Photos prises par Robert F. Sargent, US Coast Guards (USCG) du fond du LCVP.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

omaha 8
Un LCVP manœuvré par les U.S. Coast Guards et appartenant au U.S.S. Samuel Chase (APA-26) débarque ses troupes de la 1st Infantry Division (éléments du 1/16th IR) le matin du 6 Juin vers 7h30, à marée montante devant Le Ruquet, secteur Easy Red, entre les Wn 62 et 64 (Saint Laurent sur Mer)
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

omaha 9
A bord d'une péniche de débarquement LCVP se dirigeant vers Omaha Beach secteur Easy Red. Il s'agit d'un des 18 LCVP du II/18th IR qui ont débarqué à 10h30 juste à l'ouest du WN 65.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

omaha 6
Un LCVP décharge au Ruquet, mi-journée le 6 juin, au moment où de nombreux renforts débarquent devant les WN 64 et 65 aux mains des Américains. Sur la plage on voit des Dukws et des half-tracks bloqués par le banc de galets qui les empêche de sortir de la plage.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

À 7 h 15 arriva le deuxième vague constitué de quatre compagnies qui débarquèrent parmi les hommes de la première vague cloués sur la plage. Les hommes du 5th Ranger Batalion, qui devait rejoindre la Pointe du Hoc, n'ayant pas reçu le signal convenu du 2nd Ranger Batalion, furent détournés vers Omaha Beach. À 7 h 36, le général Cota, commandant en second de la 29e DIUS, débarqua à Dog White. Il réorganisa les survivants et s'écriant "Allons nous faire tuer plus loin" orchestra le début de la progression vers les WN71 et WN72. Le 5th Ranger Batalion parvint à accéder au plateau entre les WN70 et WN68. Le colonel Georges Taylor, commandant du 16e RIUS (Big Red One) débarqua avec la troisième vague à 8 h 15. On lui attribue la phrase "Il n'y a que deux genres de soldats sur cette plage, ceux qui sont morts et ceux qui vont mourir ! Alors, foutons le camp d'ici !" Coordonnant la troisième vague avec les survivants de la première et de la deuxième vague, il parvint à créer une brèche entre les WN62 et WN64. À 8 h 30, suite à l'encombrement de la plage, le débarquement fut provisoirement interrompu.

omaha 4
L'entrée d'un bunker allemand détruit dominant le reste de la plage d'Omaha Beach. En arrière-plan, on aperçoit la flotte alliée, mouillant au large des côtes normandes. C'est une casemate type R612 en construction à l'ouest de la position au WN70 à Vierville sur Mer; elle est pointée vers l'ouest.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

omaha 5
Photo prise le 6 juin 1944 à bord d'un LCVP, à la mi-journée, au Ruquet (St-Laurent-sur-Mer), au moment où y débarquent les 2 régiments de renforts, le 18th IR de la 1st US ID, et le 115th IR de la 29th US ID.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

omaha 1
Omaha Beach , vu du WN60 à Colleville-sur-Mer.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

À 8 h 45, les rangers escaladèrent la falaise et attaquèrent le WN73. À l'autre extrémité de la plage, le WN60 tomba entre les mains des Américains à 9 h. Le lieutenant Jimmie Monteith reçut la médaille d'honneur du congrès pour avoir mené l'assaut. À 9 h 30, les Américains étaient toujours bloqués sur la plage, mais commencèrent à progresser à plusieurs endroits. À 10 h, sur ordre du général Bradley, deux destroyers s'approchèrent jusqu'à un kilomètre de la plage, au risque de s'échouer, et concentrèrent leurs canons sur les défenses allemandes. Leurs interventions furent décisives pour la prise des WN64 et WN65. À 10 h 30, la marée était à son point le plus haut, les 18e et 115e RIUS débarquèrent à leur tour. Les WN tombèrent les uns après les autres, seuls les WN66 et WN68 résistèrent jusqu'au soir. À 11 h, les trois bataillons du 115e RIUS débarquèrent à l'ouest de Colleville-sur-Mer et progressèrent vers l'intérieur des terres. La bataille de la plage était acquise. À 11 h 30, les Américains furent maitres des hauteurs de la plage à St-Laurent-sur-Mer.

omaha 10
Près de la casemate H667 (pour canon 5 cm KWK L42), vers le 10 juin 1944, les Engineers Special Brigades (5th et 6th pour Omaha) ont installé leur poste de commandement.(PC codé "MARS" Provisional Engineer Special Brigade Group). La scène se passe au WN65 au Ruquet sur la commune de St Laurent sur Mer.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

omaha
Un homme assis sur les hauteurs d'Omaha regarde le grand trafic des navires et des péniches de débarquement. La vue est prise d'un camp US installé à l'emplacement du WN60, le point fortifié allemand situé le plus à l'Est sur Omaha Beach (territoire de Colleville-sur-mer).
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

omaha 2
Panorama de nombreux bâtiments qui ravitaillent la tête de pont américaine; le ciel est parsemé de ballons de barrage. Photo prise le 9-10 juin 1944 à Omaha Beach.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

omaha 3
Devant Colleville-sur-Mer, probablement le 9 ou le 10 juin, lors de l'arrivée de la 2nd US Armored Division, la première division blindée à débarquer sur les plages US.
© Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

À midi, les hommes du général Cota libérèrent Vierville-sur-Mer. À 12 h 30, 19 000 soldats américains avaient débarqué à Omaha. Une compagnie de la 16e RIUS et les hommes du 116e RIUS débutèrent l'attaque sur Colleville-sur-Mer à 13 h. Les sorties de plage D1 (Vierville-sur-Mer), E3 (Colleville-sur-Mer) et F1 (près du WN60) furent ouvertes à 14 h. Le commandant du WN60, le major Werner Pluskat fut popularisé par le film "Le jour le plus long". Ses hommes affirmèrent que le 6 juin 1944, il était en bonne compagnie à l'arrière et que, de ce fait, il n'avait pas pu assister au débarquement. En début d'après-midi, la progression se fit dans tous les secteurs, car les Allemands étaient à court de munitions et étaient écrasés sous le feu des canons des cuirassés et des destroyers américains. Une contre-attaque opérée vers 15 h 26 par le 916e Grenadier Regiment allemand fut repoussée par les Américains. À 15 h 30, les GI's prirent le WN62 où servait le soldat Franz Gockel et le caporal Heinrich Severloh (voir leurs récits ici). À 17 h 20, le colonel Talley signala à l'USS Ancon que la circulation des véhicules à roues était ouverte.

omaha 10

Au soir du 6 juin 1944, 34 000 soldats américains, 2800 véhicules et 100 tonnes de matériels (sur les 2400 tonnes prévues) avaient été débarqués à Omaha Beach. Bien qu'il n'existe pas de bilan officiel, les Américains déplorèrent 4780 pertes dont 852 tués, 2176 blessés, 721 disparus et 971 pertes indéfinies soit 8 % des effectifs. Bien moins que ce qui avait été prévu. Cependant, ces pertes représentèrent 90 % de la première vague et 30 % des pertes des alliés pour le DDay. Les Allemands eurent environ 400 tués dans les WN et les villages près des plages. La 352e Infanterie Division allemande perdit 1200 hommes le 6 juin 1944.

omaha 15
Le blockhaus WN72

omaha 14
Le blockhaus du WN72 est surmonté du Monument de la National Guard US.

Les villages de Colleville-sur-Mer et St-Laurent-sur-Mer furent libérés par la Big Red One, le 7 juin 1944. Les Américains atteignirent la route nationale 13, le lendemain. Durant ces deux jours débarqua à Omaha Beach la 2e DIUS. Le 8 juin 1944, la tête de pont US était profonde de 5 à 6 km allant d'Isigny-sur-Mer à Bayeux. La 2nd Tank Division US débarqua à Omaha Beach le 10 juin 1944. Ce jour, la 2e DIUS établit le contact avec le 2nd Ranger Batalion, isolé à la Pointe du Hoc, et la construction d'un port artificiel Mulberry débuta à St-Laurent-sur-Mer. Il sera détruit par la tempête qui souffla entre les 19 et 22 juin 1944.

omaha 12
En face de la sortie de plage D1 subsiste sur la plage le seul vestige émergé du port artificiel Mulberry détruit par la tempête du 19 au 22 juin 1944.

omaha 6
Le monument d'Omaha Beach

Ces photographies ont été réalisées en juin 2017.

 

Y ACCÉDER:

L'accès à Omaha Beach est fléché depuis la RN13 reliant Bayeux à Carentan. La route longeant la côte, entre Port-en-Bessin et Gradcamp-Maisy, permet l'accès à tous les sites en rapport avec Omaha Beach.

 

Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont donnés sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accès au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 22 octobre 2017

Cette page a été mise à jour le 22 octobre 2017