La basilique de Vézelay 

La basilique de Vézelay

La basilique de Vézelay, qui trône au sommet de sa colline, est le point de départ d'une des quatre routes du pèlerinage de St-Jacques de Compostelle. Il fut établi par Aimery Picaud, curé du village d'Asquins, au pied de la colline, au cours du XIIe siècle.

vezelay 1

Du haut de la colline, la basilique domine la vallée de la Cure. Le site est occupé par l'homme depuis environ 900 ans av. J.- C. où une tribu celte, attirée par les vertus d'une source chaude salée, s'établit à proximité. À la fin du 1er siècle, une importante communauté gallo-romaine entreprit l'exploitation du minerai de fer affleurant à l'ouest du site. Au carrefour des voies romaines Bourges/Autun et Auxerre/Sens le site prit rapidement de l'ampleur, mais fut détruit par les invasions barbares du IIIe siècle. Le domaine de Vercellacum, appartenant aux rois francs, fit l'objet entre 819 et 827 d'un échange entre le roi Louis le pieux et Girard, comte d'Avallon. Celui-ci y fonda, en 858/859, un monastère de bénédictines. Les incursions normandes obligèrent celles-ci à céder leur place à des moines bénédictins venus d'Autun en 878.

vezelay 33

L'abbaye de Cluny prit le pouvoir en 1050 en installant l'abbé Geoffroy à la tête du monastère. Il releva au public la présence de reliques de Marie-Madeleine au sein du monastère, provoquant ainsi le début d'un pèlerinage. La sainte était invoquée pour la libération des prisonniers de plus en plus nombreux à l'époque et surtout, à partir de 1095, avec le début des croisades. En 1104, l'abbé Artaud débuta la reconstruction de l'église pour l'adapter à l'affluence de pèlerins. Les travaux débutèrent avec le chœur. Les habitants finirent par se révolter contre les impôts instaurés par les moines pour financer les travaux. Ce qui généra un conflit entre les moines, l'évêque d'Autun et le comte de Nevers. Ce conflit finit par aboutir à l'assassinat de l'abbé Artaud en 1106. Renaud de Semur, neveu de l'abbé Hugues de Cluny, installa alors Pierre le Vénérable comme prieur au monastère. Lors de la fête de Ste-Madeleine, le 22 juillet 1120, un incendie détruisit la nef et tua 1127 pèlerins. La nef fut reconstruite et consacrée en 1132 bien que son achèvement n'eut lieu qu'en 1140 sous le règne de l'abbé Pierre de Montboisier, frère de Pierre le Vénérable. Malgré le conflit existant depuis 1104 entre les moines, l'évêque et les habitants, il réussit à construire le narthex entre 1146 et 1152. Il fera appel à l'archevêque de Rouen pour le consacrer. En 1146, à la demande du pape Eugène III, St-Bernard vint prêcher la 2e croisade à Vézelay. Le conflit perdurant, l'abbé Ponce et les moines prirent la fuite en 1155 pour aller demander protection au roi.

vezelay 10

En 1165, un incendie ayant détruit la crypte, l'abbé Girard d'Arcy fit reconstruire le chœur qui sera achevé en 1210. En 1165, Thomas Becket prononça à Vézelay un sermon hautement politique. Ce sermon lui coûtera la vie en 1170 dans sa cathédrale de Canterbéry. C'est de Vézelay que Richard Cœur de Lion et Philippe Auguste entamèrent, en 1190, la 3e croisade. Le roi St-Louis viendra en pèlerinage en 1244, en 1248 et en 1267. Il partira également de cet endroit en croisade en 1270. La tour St-Michel et le fronton de la façade furent édifiés à partir de 1260. Cependant, la reconnaissance, en 1279, des reliques de Marie-Madeleine, à St-Maximin en Provence, provoqua une baisse importante du nombre de pèlerins et des revenus. La reconstruction de la nef en style gothique fut, de ce fait, stoppée après l'achèvement de quatre travées.

vezelay 22

vezelay 27

Le monastère connut ses heures fastes au milieu du XIVe siècle avec l'abbé Hugues de Maison-Comte. Il répara et agrandit le monastère et augmenta le trésor liturgique. À la même période, la ville se dopa de remparts qui lui seront utiles durant la guerre de Cent Ans. À la fin de cette guerre, Louis XI imposa Pierre de Balzac à la tête du monastère. Le concordat de 1516 donna au roi de France, autorité sur la hiérarchie ecclésiastique. En 1530, François 1er demanda au Pape la création d'un évêché de Vézelay, mais le projet échoua vu que le domaine était trop petit. En 1538, les moines ont obtenu du Pape leur sécularisation. L'autorité royale ne l'admettra cependant qu'en 1553. La charge de l'abbaye fut, dorénavant, attribuée à une personne n'appartenant pas à l'église. Les richesses de l'abbaye furent réparties, à parts égales, entre cette personne et le chapitre. Celui-ci fut cependant réduit à 12 membres par le Pape. Une troisième part fut par la suite créée pour assurer l'entretien des bâtiments. Cette disposition administrative se nomme la commende.

vezelay 12
Un des bas-côté de la nef

En 1555, le cardinal Odet de Châtillon, abbé commendataire, passa à la Reforme. En 1562, Vézelay fut un des bastions de la nouvelle religion. L'église fut réaffectée en caserne de cavalerie et en grenier à fourrages. Elle fut rendue aux chanoines en 1569. Le roi désigna alors comme abbé Louis de Lorraine de la famille "de Guise". Louis de Lorraine était déjà abbé de St-Denis et de Fécamp. À partir de 1576, il cumulera ces charges avec celle d'évêque d'Orléans puis d'archevêque de Reims avant d'être nommé cardinal. L'abbé commendataire qui marqua le plus Vézelay fut à la fin du XVIe siècle, l'abbé Érard de Rochefort. Après s'être fait ordonner prêtre, il reconstitua l'ancien domaine de l'abbaye et fit reconstruire les bâtiments et l'église, endommagée par les guerres civiles et passablement délaissées par ces prédécesseurs. Par la suite, l'histoire de l'abbaye sera marquée par une succession de procès entre les abbés, les chanoines et les habitants. Lors de la Révolution française, le dernier abbé fut emprisonné. Sa mort en prison lui évitera la guillotine. Les chanoines furent destitués de leurs biens et chassés. Les vestiges de l'abbaye furent vendus comme bien national. En 1793, la furie des révolutionnaires détruisit les sculptures des tympans du narthex. En 1819, le clocher fut détruit par un incendie.

vezelay 16
Le choeur

Le renouveau viendra en 1834 lorsque Prosper Mérimée est nommé Inspecteur des Monuments historiques. Il découvrit un "édifice dangereusement délabré et menaçant ruine". Mais aucun architecte ne veut y faire des travaux. En 1840, Prosper Mérimée désigna le jeune Eugène Viollet-le-Duc. En 20 ans de travaux, il fit reprendre six des dix voûtes de la nef, fit refaire les arcs-boutants et les charpentes, fit consolider le narthex, fit remanier le chevet du chœur, fit refaire les sculptures des tympans, fit restaurer la salle du chapitre, fit reconstruire le cloitre, fit décaper les murs de l'église et daller le sol. Viollet-le-Duc démissionnera en 1859 pour se consacrer à la restauration du château de Pierrefonds dans l'Oise. En 1870 et en 1876, de nouvelles reliques de Marie-Madeleine furent données à Vézelay pour remplacer les anciennes qui avaient disparu durant les guerres de religion. Le pèlerinage fut donc relancé. En 1920, le Saint-Siège accorda le titre de basilique à l'église. À partir de 1945, les moines bénédictins de l'abbaye de la Pierre-qui-vire, toute proche, reprirent le service religieux à l'église. En 1946, à l'occasion du 800e anniversaire de la prédication de St-Bernard, une croisade de la paix rassembla à Vézelay, 40000 pèlerins. Le service religieux fut repris, en 1953, par les franciscains de l'abbaye de la Cordelle. En 1964, une opération de restauration consolida les trois premières voûtes de la nef et en 1979, Vézelay fut désigné Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. Depuis 1993, le service religieux est assuré par les Fraternités monastiques de Jérusalem.

vezelay 20
La salle du chapitre

vezelay 21
La salle du chapitre

La basilique de Vézelay se compose d'un narthex, d'une nef, d'un transept et d'un chœur. La nef romane est constituée d'une partie centrale flanquée de deux bas-côtés. La longueur de la nef est de 62,50 m, soit plus que la plupart des cathédrales. La largeur est de 23,25 m. La partie centrale, à deux niveaux, a une hauteur de 25,25 m. Les bas-côtés ont chacun, une largeur de 6,20 m pour une hauteur de 7,50 m. La nef est divisée en neuf travées voutées d'arêtes. La nef est précédée du narthex roman constitué de trois travées. Il est long de 22 m et large de 23,50 m. Sa hauteur est de 19,50 m. Le narthex communique avec l'extérieur par un grand portail flanqué de chaque côté par un petit portail. La même configuration se retrouve entre le narthex et la nef. Le transept est réduit au plus simple appareil, sa largeur est à peine supérieure à celui de la nef. Il précède le chœur gothique qui est entouré d'un déambulatoire flanqué de neuf chapelles. Le chœur a une longueur de 26,60 m, une largeur de 10,65 m et une hauteur (sur trois niveaux) de 22 m. Il est orné de 144 colonnettes représentant les 144000 élus au ciel décrit dans l'Apocalypse. L'axe du transept et du chœur est légèrement incliné vers le sud par rapport à l'axe de la nef. Sous le chœur se trouve une crypte longue de 19 m et large de 9,20 m. Cette crypte est couverte de voûtes d'arêtes reposant sur douze colonnes de dimension inégales. La basilique est couronnée par deux tours carrées. La tour St-Michel, située au-dessus du narthex (côté sud), a une hauteur de 38 m. La tour St-Antoine, placée côté sud à l'avant du transept, a, elle, une hauteur de 35 m.

vezelay 19
La crypte

vezelay 18
Les reliques de Marie-Madeleine

Les tympans des portails du narthex sont remarquables. Le grand tympan du portail interne symbolise le don de l'Esprit-Saint, un thème majeur du christianisme. Au centre se tient le Christ. Il est entouré des 12 apôtres, eux-mêmes entourés des peuples de la terre tels que décrits dans la bible. Le tout est entouré des signes du zodiaque alternant avec les différents travaux caractéristiques des saisons. Le portail interne sud raconte la nativité et la jeune enfance du Christ. Le portail interne nord conte le récit des pèlerins d'Emmaüs auxquels apparait le Christ ressuscité. Ce récit symbolise les trois étapes de la messe. Sur le tympan du portail central extérieur est représenté le jugement dernier dans une configuration des plus classiques.

vezelay 2
Le tympan de la porte principale extérieure

vezelay 7
Le tympan de la porte principale interne

vezelay 8
Le tympan de la porte nord

Les 94 chapiteaux surmontant les colonnes de la nef et les 24 chapiteaux des colonnes du narthex sont tous sculptés. Ils représentent des thèmes bibliques (48 chapiteaux), des thèmes mythologiques païens (4 chapiteaux), des thèmes monastiques (10 chapiteaux), la vie des saints (16 chapiteaux), des scènes de la vie quotidienne (8 chapiteaux), les vices et les vertus (6 chapiteaux), les allégories (8 chapiteaux), les signes du zodiaque (2 chapiteaux), la musique (2 chapiteaux) ou des animaux fantastiques (4 chapiteaux). Comme toujours dans les églises, ces sculptures étaient destinées à instruire les fidèles qui, au Moyen-âge, étaient pour la plupart illettrés.

vezelay 13

vezelay 25

Ces photographies ont été réalisées en août 2012.

 

Y ACCÉDER:

D'Avallon, prendre la D957 en direction de Vézelay et Clamecy. La basilique est située au centre du village de Vézelay sur la colline. Les parkings sur la colline sont payants. La basilique est ouverte tous les jours de 8h à 19h.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 2 mars 2014

Cette page a été mise à jour le 24 février 2015