La Fosse Dionne

Cette source vauclusienne, à l'eau d'un bleu turquoise, fut transformée en lavoir au cours du XVIIIe siècle. Ceci n'enleva rien au mystère et à l'attirance qu'exerça de tout temps la Fosse Dionne sur les hommes.

dionne 1

La source est alimentée par les eaux d'infiltration du plateau calcaire, du jurassique, situé dans un rayon de 40 km. Elle est également alimentée par la perte de la Laigne au gouffre de la Garenne, à Vilhaines-en-Duesmois, à 43 km de Tonnerre. Une liaison avec le gouffre d'Athée a également été mise en évidence. Le débit moyen de la source est de 311 l/s. Le débit varie entre 619 l/s en janvier et 87 l/s en août. En période de crue, le débit peut atteindre les 3000 l/s, comme ce fut le cas le 15 mars 2001.

fosse dionne woki
Origine Wikipédia

Le nom de Fosse Dionne découlerait de Fons Divona signifiant la source sacrée. Une autre étymologie parle de la nymphe Dionée qui fut une océanide dans la mythologie grecque. Cette source spectaculaire a, sans aucun doute, fait l'objet d'un culte par les tribus celtes. En 1731, l'abbé Patriat signala qu'un "tronc informe de statue" avait été remonté de la fosse. Il pourrait s'agir des débris de la divinité des eaux vénérée à cet endroit. Durant la période gallo-romaine, la source alimenta en eaux l'oppidum de Tornodurum installé sur le piton rocheux surplombant l'église St Pierre et la ville de Tonnerre. Un escalier, reliant la Fosse Dionne à l'oppidum, fut retrouvé au XVIe siècle. En 1731, elle fut transformée en lavoir. En 1758, Louis d'Éon (le père du fameux chevalier d'Éon) fit aménager le lavoir. Celui-ci d'un diamètre de 14 m fut protégé par un toit en forme de demi-rotonde. La charpente est adossée à un mur extérieur en moellons et un muret sépare la source de l'auge annulaire servant au lavage. Sur le pourtour sont disposé des foyers destinés à la production de cendres utilisées pour le lavage et à faire bouillir le linge. Le lavoir fut classé Monument historique en 1920.

dionne 2

La Fosse Dionne a été explorée à partir de 1908. À cette date, Camille Rouyer indique qu'une tentative avait été réalisée par un scaphandrier. En 1955, des spéléologues parisiens tentèrent la première plongée avec des scaphandres autonomes. En 1961 et 1962, des plongeurs de l'école de plongée du Touring club de France de Troyes atteignirent -32 m. Ils s'arrêtèrent devant la première chatière. La plongée dans la Fosse Dionne est rendue difficile par l'étroitesse du conduit et par les sédiments flottant dans l'eau. Le 15 juillet 1962 survint le premier drame. Deux plongeurs trouvèrent la mort en plongeant dans la Fosse Dionne. Une fausse manœuvre lors du gonflage des bouteilles d'air serait à l'origine de l'accident. Le 3 septembre 1977, une nouvelle tentative fut effectuée par le spéléoclub de Dijon. Les plongeurs franchirent la chatière puis remontèrent à -9 m dans le conduit ascendant situé derrière cette chatière. En 1978, Pierre Morel parcourra 180 m de galerie et le 1er décembre 1979, il atteignit les 280 m. Le lendemain, Éric et Francis Le Guen atteignirent -61 m, à 360 m de l'entrée. Leur plongée dura 3 h. En 1989, P. Jolivet atteignit -70 m, à 370 m de l'entrée. Personne n'est allé plus loin jusqu'à présent, car en 1996 un nouveau plongeur trouva la mort dans la fosse. Depuis, les plongées sont très règlementées voir interdite. En 1997, à 3 km au sud, un gouffre s'ouvrit sur le plateau. Le spéléoclub de Chablis procéda à un essai de coloration de la rivière souterraine coulant au fond de ce gouffre. La fluorescéine réapparue à la Fosse Dionne, 24h plus tard.

dionne 4

Au fond de la Fosse Dionne, visible depuis la surface, s'ouvre une galerie haute de 2,50 m. Celle-ci descend selon une pente de 45° jusqu'à -32 m. À cet endroit se trouve une chatière de 0,80 sur 0,40 m. La galerie poursuit sa descente vers une deuxième chatière à -36 m. Elle remonte ensuite jusqu'à une salle dont le plancher est à -7 m et le plafond près du niveau 0. La galerie replonge, après cette salle, verticalement jusqu'à -30 m pour se poursuivre horizontalement jusqu'à 180 m de l'entrée. À cet endroit, une cheminée remonte au niveau 0. La galerie se poursuit à -3 m en pente douce jusqu'à -12 m vers 260 m de l'entrée où un puits descend à -35 m. Après une chatière, une nouvelle salle mène à -50 m d'où se poursuit la galerie presque horizontalement. À 370 m de l'entrée, un nouveau puits descend dans les profondeurs de la terre. Ce puits a été exploré jusqu'à -70 m d'où il se poursuit dans les profondeurs. Les explorations ont permis de remonter vers la surface des fragments de poteries et de vases antiques, des ossements d'animaux ainsi qu'un obus et un casque de la Première Guerre mondiale.

wikipedia
Photo : Finot Christophe (origine wikipédia)

Une telle source n'a pas pu traverser les temps sans donner naissance à des légendes. Le plus ancien récit parlant de la Fosse Dionne est la "Vie et miracle de St Jean de Rèome" écrit en 659. St Jean serait mort le 28 janvier 639. La légende qui nous est parvenue est tirée de la "Description de la ville de tonnerre" écrite par Pierre Petitjehan en 1592. St Jean, issue de noble lignée, quitta sa ville de naissance, Langres, afin de chercher un lieu pour se retirer avec ses disciples. Passant près de Tonnerre, il fut averti que cette ville avait un grand besoin d'eau, les quelques puits existants étant insuffisants. Une source, située au lieu dit Fosse d'Yonne, pouvait bien fournir de l'eau, mais elle était infectée par un basilic, un horrible serpent. St Jean s'empara d'une pioche à fouir et se rendit à la source. Il frappa le sol et fit s'ouvrir la fosse que nous voyons aujourd'hui. En faisant ceci, il conjura le sort et fit mourir le basilic. Il rendit le lieu fréquentable et habitable. Après y avoir vécu quelque temps, il se retira à Montiers-St-Jean et y vécut saintement. Après avoir accompli plusieurs autres miracles, il rendit son âme à Dieu après avoir vécu "six vingt ans".

dionne 5

Au siècle dernier, les vieilles femmes racontaient encore la légende du manteau de la Vierge pour expliquer la couleur de l'eau de la Fosse Dionne. Dans des temps reculés, la fosse n'existait pas. L'eau s'écoulait d'une source formant un bourbier jusqu'à la rivière de l'Armançon. Le quartier autour de cette source s'appelait alors et s'appelle toujours Bourberault. Un soir, une jeune fille, revenant de son travail par une sombre et boueuse ruelle, sentit qu'elle était suivie. Le démon rôdait à la recherche d'une nouvelle proie. La jeune fille, au moment où la griffe fourchue allait s'abattre sur son épaule, implora la Ste Vierge de lui venir en aide. Aussitôt, dans une grande lueur, la Vierge apparut dans un grand manteau couleur émeraude. Elle étala son manteau devant la jeune fille, ce qui fit apparaitre un vaste cratère rempli d'eau. La Vierge y entraina la jeune fille qui fut sauvée. Depuis l'eau de la Fosse Dionne a toujours une couleur bleu-vert, celle du manteau de la Vierge resté au fond.

dionne 3

Une autre légende, rapportée par le poète Savinien Lapointe en 1886, nous parle des pièces du Diable. Le 13 juillet 700, un cavalier noir portant un panache rouge entra sur un cheval blanc à Tonnerre. Il demanda à Pierre, jeune garçon, où était la source la plus proche. Pierre lui indiqua la Fosse Dionne et le cavalier noir piqua sa monture. Dans sa course folle, il perdit quantité de pièces. Pierre s'empressa de les ramasser en s'assurant que personne ne l'observa. Le lendemain, une grande fête eut lieu à Tonnerre et Pierre se promit de profiter de son butin. Il acheta à l'oiseleur un nid de fauvette. Sur le chemin de sa maison, une fauvette vint battre des ailes au-dessus du nid et la nichée, bien qu'encore dépourvue de plumes, s'enfuit dans les airs en la suivant. Croisant un jardinier, Pierre lui acheta un gros bouquet pour sa mère. Mais en passant à l'endroit où il ramassa les pièces, toutes les fleurs se fanèrent. Au même moment, un aveugle, guidé par un vieux caniche miteux, vint à passer. En bon riche qu'il croyait être, Pierre voulut lui faire l'aumône. Mais l'aveugle s'écria : "Enfant, le ciel ne nous permet pas d'accepter ton aumône". Voulant absolument partager sa fortune, il acheta alors des gâteaux qu'il donna à ses camarades. Aussitôt mangés, les gamins se tordirent de douleur et crièrent à l'empoisonnement. Toutes les actions que Pierre entreprit avec les pièces ramassées se soldèrent de la même manière et les gens se retournèrent contre lui. Pierre prit peur et comprit qu'une main mystérieuse voulait le punir. À ce moment, deux archers arrivèrent au grand galop. Pierre pensant qu'ils le cherchaient se précipita vers la Fosse Dionne pour s'y cacher. Deux personnes l'y attendaient, le cavalier noir et un vieillard à barbe blanche, occupé à se laver les pieds. Il avait un manteau bleu à ses côtés. Pierre, en larmes, jeta les pièces dans la fosse où ils se transformèrent en yeux qui le regardaient et l'attiraient, l'attiraient… Pierre voulut se jeter dans la fosse quand le vieillard l'arrêta. Sous ses yeux pleins de bonté, Pierre avoua tout. Dieu te pardonne, lui dit le vieillard qui était l'évêque Pallade. Pierre lui répondit que les pièces le regardaient et l'attiraient au fond de l'eau. L'évêque Pallade prit alors son manteau et le jeta dans la fosse sur les pièces accusatrices. L'eau prit aussitôt la couleur bleue du manteau qu'elle a depuis. À ce moment, l'angélus sonna et Pallade fit le signe de croix. À ce signe, le cavalier noir s'élança en hurlant quantité de blasphèmes et plongea dans la fosse. Lorsque le bouillonnement cessa, le fond de la fosse avait disparu dans les enfers. Depuis la Fosse Dionne n'a plus de fond.

dionne 6

Ces photographies ont été réalisées en août 2013.

 

Y ACCÉDER:

La Fosse Dionne est située au centre-ville de Tonnerre et son accès est indiqué.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 16 novembre 2013

Cette page a été mise à jour le 24 février 2015