L'oppidum des Lauzières

L'entrée de la combe de Lourmarin, unique voie de passage traversant du sud au nord, le massif du Lubéron, est dominée par un petit plateau dénommé les Lauzières. Celui-ci, situé à l'est de la combe, la surplombe par des à-pics de plus de 100 m.

la combe
La combe de Lourmarin

Sur cet éperon rocheux, constitué de molasse gréseuse de l'époque miocène, a été reconnu en 1965, par R. Coutel, un oppidum néolithique. Des fouilles ont été organisées après que des travaux de reboisement aient endommagé le site en 1974. Ces fouilles ont été réalisées de 1976 à 1982.

le mur
Le mur en pierre sèche

Le site couvre environ une superficie de 1000 m2 à l'extrémité de l'éperon rocheux. Il est délimité par un mur en pierre sèche d'une longueur de 70 m. Ce mur barre l'extrémité du plateau en s'arrêtant de chaque côté à quelques mètres de l'à-pic. Il possède un tracé sinueux alternant des parties droites avec des courbes et des décrochements. Une interruption d'une largeur de 2 m située du côté sud, indiquerait l'emplacement de la porte d'accès. Ce mur est constitué de pierres ramassées sur place. Il est formé d'un parement extérieur bien structuré avec un remplissage de la partie interne. Son épaisseur varie de 0,90 à 2 m. Sa hauteur reste cependant inconnue. Les vestiges du mur sont les seuls éléments visibles sur le site où la végétation dense a repris ces droits.

le mur

mur

le mur

Quelques structures correspondant à des cabanes construites en torchis sur un soubassement en pierre ont été mises en évidence à l'extérieur de l'enceinte délimitée par le mur. Ces structures sont peut-être antérieures à la construction du mur.

vasque
Un abreuvoir maçonné

Au cours du bronze final, le mur a servi de nécropole. Onze concentrations de mobilier et d'os humains ont été localisées. Ce sont vraisemblablement des sépultures en fosse. Le site a livré une importante série de tessons de céramique. Il s'agit d'une part, de vases globuleux ornée de fins cordons rapportés, datés du néolithique, et d'autre part, de vases carénées à décors campaniformes de style provençal ou à décors cannelés, datés du chalcolithique. Un tesson, orné au peigne, a été attribué au bronze ancien.

le mur
La porte côté sud

De nombreux éclats et quelques outils (bifaces et haches polies) constituent l'industrie lithique. Des outils en os ont également été retrouvés. De nombreux objets de parures, comme des serres de rapaces et des canines de canidé perforées, des pendeloques en défense de sanglier, des perles discoïdes en calcaire ou stéatite, des perles en quartz ou en cuivre, ont été découverts. Au niveau de la nécropole, 15 bracelets, 13 bagues, 5 épingles, 3 perles et des anneaux ouverts ou spiralés tous en bronze ont été mis à jour. Les céramiques de la nécropole sont des urnes ornées de cordons digités.

le mur

La dimension de l'extrémité de l'éperon, délimité par le mur en pierre sèche, l'absence d'eau à proximité immédiate, de même que la découverte de nombreux objets de parures (plus nombreuses que d'ordinaire d'après les archéologues) me font douter de l'existence d'un habitat permanent sur ce site. Même un lieu utilisé en cas d'attaque semble peu probable. L'absence d'eau ne permettant pas de subir un siège. Je pencherai plutôt pour un lieu de culte sur un site sacré. Ce qui expliquerait la présence des cabanes à l'extérieur de l'enceinte, les nombreux objets de parure (offrande) voire même la nécropole (se faire inhumé à proximité des dieux). Ce lieu aurait donc fait l'objet de cérémonie à certains moments de l'année et n'aurait été occupé que par quelques "prêtres".

la combe

le grand lubéron

Ces photographies ont été réalisées en juillet 2011.

 

Y ACCÉDER:

De Lourmarin, prendre la D943 vers Bonnieux. À la sortie du village, prendre le chemin des Lauzières sur la droite et le suivre jusqu'à la fin de la partie goudronnée. Suivez ensuite le chemin/sentier en prenant à chaque embranchement à gauche.

Coordonnées GPS
43 N 46' 37"
05 E 21' 10"
Altitude 340 m

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 10 octobre 2011

Cette page a été mise à jour le 23 février 2015