La nécropole du Petit-Chasseur 

La nécropole du Petit-Chasseur

La construction, en 1961, d'un lycée permit la découverte d'un des sites les plus importants de la préhistoire suisse. Les fouilles, qui se sont échelonnées jusqu'en 1992, ont permis la mise à jour de quatre dolmens, de neuf cistes, de 28 stèles anthropomorphes gravées et d'un alignement de menhirs. Cette nécropole a été utilisée de 2900 à 500 av. J.-C.

l'alignement de Sion
Vue de l'alignement du Petit-Chasseur

Le premier monument érigé sur ce site est un grand dolmen dénommé "M XII" par les archéologues. Il est érigé à la base d'un podium de forme trapézoïdale dont le sommet est orienté au nord. La chambre est de forme rectangulaire et est réalisée à l'aide de grandes dalles. L'entrée dans la chambre s'effectue par une ouverture latérale du côté est. Cette chambre (environ 4 m2) a été la sépulture de 90 personnes. Ces personnes ont été déposées dans la chambre avec leurs armes et leurs parures. La mise en place d'un nouveau corps s'effectuait en déplaçant le moins possible les anciens. Ce premier dolmen, érigé vers 2900 av. J.-C., est rapidement complété par un deuxième, le "M VI", construit à l'identique. A l'avant des podiums, les agriculteurs de la fin du néolithique ont dressé des stèles anthropomorphes. Ces stèles représentent des hommes debout parés de poignards avec des lames triangulaires et des pendeloques. Ces stèles étaient vraisemblablement destinées à honorer un ancêtre valeureux.

le dolmen principal
Le dolmen reconstitué sur place

Ces deux dolmens ont été complétés par la construction des dolmens "M I", "M V" et "M XI". Ceux-ci sont de construction plus modeste puisqu'ils ne bénéficient pas de podium. Ils sont cependant toujours accompagnés de stèles. La nécropole est abandonnée aux alentours de 2700 av. J.-C. A partir de 2400 av. J.-C., la nécropole est réinvestie par une nouvelle population faisant partie de la culture dite "Campaniforme". Ceux-ci vont réutiliser le dolmen "M VI". Ils l'ont vidé de son contenu et dispersé les ossements aux alentours en alignant les crânes le long du podium, avant d'inhumer leurs propres défunts. Les campaniformes ont construit sur le site, les cistes mégalithiques "M II", "M III", "M VII", "M VIII", "M IX" et "M X". Ces monuments étaient accompagnés de stèles anthropomorphes richement décorées. Les personnages représentés sont figurés avec des vêtements et les poignards sont remplacés par des arcs et des flèches. La tête est bien marquée, mais les détails anatomiques sont réduits à un simple rectangle symbolisant le nez.

reconstitution du dolmen
Reconstitution probable du dolmen M XII initial

Vers 2200 av. J.-C., l'ensemble de la nécropole est détruit. Les os exhumés sont incinérés et le mobilier funéraire dispersé. La nécropole est cependant toujours utilisée comme en témoigne la sépulture d'une femme dans le dolmen "M XI". Plusieurs enfants ont également été inhumés en position fléchie à l'intérieur du dolmen "M V" et à l'extérieur des dolmens "M VI" et "M XI".

vue d'un des dolmens
Vue du dolmen préservé à son emplacement d'origine

Durant l'âge du bronze, la nécropole est visitée de manière sporadique. Les visiteurs déposent des pierres sur les monuments, les faisant petit à petit disparaitre sous des cairns. De grandes jarres sont déposées en offrandes au bord des cairns ou dans les monuments. Vers 1500 av. J.-C., le site cesse d'être utilisé comme nécropole. Une cabane y est même établie. Le site disparait petit à petit sous les alluvions du Rhône et est oublié. Quelques sépultures de la fin de l'âge du bronze sont retrouvées dans cette couche d'alluvion. Ces sépultures, réalisées en pleine terre, ont été disposées sans tenir compte de la position des monuments antérieurs. Ce qui prouve qu'à la fin de l'âge du bronze, la nécropole mégalithique était oubliée.

une ciste
Une des cistes de la nécropole

dalle de couverture
Une dalle de couverte d'une ciste

L'étude de cette nécropole a permis de déterminer que la société à l'origine de ces monuments a fait l'objet d'une inégalité sociale. Seuls les membres d'une élite ont eu l'honneur d'être inhumés dans les dolmens et probablement que des hommes. Les stèles représentent d'ailleurs que des hommes au vu des représentations d'armes y figurant. La réalisation minutieuse des stèles, nécessitant un long travail, démontre une grande motivation. La grande quantité et la qualité des objets accompagnant les défunts (armes et parures) montrent la grande estime que la population portait à cette élite. Les offrandes déposées dans la nécropole au fil des millénaires démontrent également la présence au sein de ces communautés d'un culte des morts ou des ancêtres. Les nombreuses représentations du soleil sur les stèles montrent l'importance que revêtait cet astre à l'époque. De nombreux mégalithes sont d'ailleurs orientés sur les axes de lever ou de coucher du soleil. Existait-il un culte au dieu Soleil ?

un des menhirs

un autre

Les monuments de la nécropole ont été retrouvés sous 4 à 5 m de sédiments. Ils ont tous été démontés. A l'origine, l'alignement de menhirs se développait sur une trentaine de mètres. Cet alignement ainsi qu'un des dolmens et plusieurs cistes ont été reconstitués dans un parc à quelques centaines de mètres de leur emplacement initial, qui était situé plus à l'est. Les stèles anthropomorphes sont conservées au musée cantonal d'archéologie (12, rue des Châteaux). Le dolmen a été reconstitué dans un bâtiment permettant de le préserver du vandalisme. Ce bâtiment, constamment fermé à clé, ne permet cependant qu'une vision éloignée du dolmen et de son podium tel qu'il était à l'origine. Deux des stèles anthropomorphes, disposées à l'origine devant le dolmen, sont placées le long du mur. Seul le dernier des dolmens, retrouvés en 1986, a été conservé à son emplacement d'origine. Il est situé sous le trottoir de l'avenue du Petit Chasseur et est visible derrière une paroi en verre accessible par un escalier.

les menhirs

l'alignement

Ces photographies ont été réalisées en février 2008.

D'autres informations et théories sur les mégalithes sont consultable sur la page "Les mégalithes".

Y ACCÉDER:

Le parc, où est reconstitué le site, est situé un kilomètre à l'ouest du centre-ville de Sion au 49, chemin des Collines, entre la rue de Lausanne et l'avenue du Petit Chasseur. Le dolmen conservé à son emplacement d'origine est situé au 78, avenue du Petit Chasseur.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 18 mars 2008

Cette page a été mise à jour le 24 février 2015