Aventicum, capitale des Helvètes

De la plus grande ville romaine du territoire suisse subsistent de nombreux vestiges dont la grandeur nous donne une vision de sa splendeur passée. L'amphithéâtre, le théâtre, les différents sanctuaires et les thermes mis à jour par des années de fouilles archéologiques nous renseignent sur l'ancienne capitale des Helvètes dont le nom dérive de celui de la déesse celte des eaux "Aventia".

amphitheatre 5
L'amphithéâtre

cigognier 3
Le sanctuaire du Cigognier

La date de fondation de la ville implantée sur un couloir de circulation naturel reliant le lac Léman aux implantations romaines de Vindonissa et Augusta Raurica n'est pas connue. Elle est peut-être en relation avec la migration ratée des Helvètes vers l'ouest de la Gaule en 58 av. J.-C.. Les Helvètes, battus par Jules César lors de la bataille de Bibracte, furent contraints à retourner vers leur contrée de départ. Les fouilles ont relevé à Aventicum de nombreux vestiges (sépultures et habitats) celtes datés entre la fin du IIe et la seconde moitié du 1er siècle av. J.-C.. Au sud d'Aventicum se trouve d'ailleurs sur la colline de Bois-du-Chatel un oppidum et à l'ouest est situé l'oppidum du Mont-Vully.

theatre 4
Le théâtre

porte est 12
La porte de l'Est

Le territoire de la Suisse fut annexé à l'Empire romain en 15 av. J.-C.. Des installations portuaires sur les rives du lac Morat, à quelques kilomètres d'Aventicum, sont attestées à partir de 5 ou 6 apr. J.-C.. Aventicum connut un premier âge d'or sous les règnes de Tibère et de Claude entre 30 et 50 apr. J.-C.. En 71 ou 72 apr. J.-C., l'empereur Vespassien éleva la ville au rang de colonie romaine sous le nom de "Colonia Pia Flavia Comtans Emerita Helvetiorum Foederata". Il est attesté que Vespassien vécut un certain temps à Aventicum. À cette époque, la ville se dota d'un mur d'enceinte long de 5,5 km délimitant une surface de 228 hectares. Entre le 1er et le IIIe siècle apr. J.-C., Aventicum fut la plus importante ville du territoire suisse avec une population de plus de 20 000 habitants.

avenches 1
La ville d'Avenches

chateau 1
Le château d'Avenches

Le déclin s'enclencha avec les raids des Alamans en 275 ou en 277 apr. J.-C. qui réduisirent considérablement le niveau de vie de la ville. Au cours du IVe siècle furent entrepris des travaux de fortification autour du théâtre. De cette période datent également les plus anciennes traces chrétiennes à Aventicum. L'Empire romain se termina en 455 apr. J.-C.. Au VIe siècle, Aventicum devint le siège d'un évêché. Un nouveau nom pour la ville apparaît au VIIe siècle, Wibili qui devint par la suite Wiflisburg. Après une longue période d'oubli, sauf pour les carriers qui récupérèrent les pierres des monuments romains, les vestiges furent redécouverts à partir du XVIe siècle. Au cours du XVIIIe siècle furent entreprises les premières fouilles. Les découvertes furent telles qu'en 1824 fut créé le musée romain. En 1838, le musée emménagea dans la tour médiévale construite au XIe siècle au bord de l’amphithéâtre. En 1885 fut créée l'association "Pro Aventicum" qui depuis organise les fouilles sur le site.

musee 9
Buste féminin au musée romain

musee 3

La ville romaine était organisée par un réseau de rues orthogonales délimitant 60 quartiers. La ville possédait un forum (à peine connus des archéologues), plusieurs thermes et au moins huit temples. À l'heure actuelle, seul un quart de la ville a été mise à jour. La ville a été, entre 72 et 79 apr. J.-C., entouré par un mur d'enceinte de 5500 m de longueur. Ce mur avait 3 m de large à la base et 2,40 m de large à son sommet. Il avait une hauteur de 5 m et était surmonté d'un chemin de ronde protégé, côté externe, par un mur crénellé haut de 2 m. Le mur était doublé par un fossé creusé 2 m en avant du mur. Ce fossé, large de 3,80 m, avait une profondeur de 1,60 m. L'enceinte possédait, espacée régulièrement, 73 tours de guet. Ces tours rondes étaient construites du côté interne du mur et desservaient le chemin de ronde. Ces tours avaient un diamètre de 6,90 m avec des murs épais de 1,20 m. L'ensemble était construit en moellons de calcaire jaune parfaitement taillés pour les parements externes. L'espace entre les deux parements était rempli avec les déchets de taille noyés dans du mortier de chaux. Les archéologues ont estimé qu'il fallut 200 000 m³ de pierre pour ériger cette enceinte et que le chantier dura 12 ans. L'accès à la ville se faisait au travers de quatre portes situées aux points cardinaux. Une porte secondaire existait au nord-est et plusieurs poternes sont attestées. Le mur d'enceinte a été restauré et reconstruit entre la porte de l'Est et la tour Tornallaz.

porte est 13
Le mur d'enceinte

porte est 8
Le mur d'enceinte près de la porte de l'Est

tornallaz 3

tornallaz 6.

La porte de l'Est est datée de 70 apr. J.-C.. Elle fut donc construite avant le mur d'enceinte. Construite en position dominante sur la ville, elle en autorisait l'accès pour les voyageurs venant de la région rhénane. La porte est large de 28 m et profonde de 26 m. Construite autour d'une cour centrale de 11,60 m de diamètre, elle possède deux passages charretiers larges de 3 m débouchant par des portes voûtés sur la façade. Ces passages charretiers étaient flanqués par deux passages piétonniers larges de 2,10 m. Côté externe, deux autres couloirs uniquement accessibles du côté de la ville donnaient accès aux deux tours polygonales flanquant de chaque côté la porte. À l'étage, une galerie de ronde surplombait la cour centrale. La porte de l'Est fut reconstruite sur 2 m de hauteur par l'archéologue Louis Bosset qui s'inspira pour cela des portes romaines d'Autun, d'Aoste et de Turin.

plan porte est
Plan de la porte de l'Est

porte est 2
La porte de l'Est (côté externe)

porte est 3
La porte de l'Est

porte est 11

porte est 14

porte est 7

La tour Tornallaz située au nord de la porte de l'Est est la seule tour du mur d'enceinte qui soit conservée. Elle doit sa survie à son usage prolongé comme poste d'observation avancée et de signalisation optique au cours du Moyen-âge. Elle fut transformée et rehaussée à plusieurs reprises. Elle doit son aspect actuel à une restauration réalisée au début du XXe siècle.

tornallaz 1
La tour Tornallaz

tornallaz 7

La porte de l'Ouest autorisait l'accès à la ville pour les voyageurs en provenance de Rome. Elle est identique à la porte de l'Est, mais n'a été que partiellement fouillée en 1963 lors de l'élargissement de la route actuelle.

porte ouest 1
La porte de l'Ouest

porte ouest 3
La porte de l'Ouest

L’amphithéâtre romain occupe une place de choix presque au centre de la petite ville actuelle d'Avenches. Érigé au IIe siècle apr. J.-C., il sert toujours de cadre à des manifestations culturelles. L’amphithéâtre fut construit en utilisant une partie de la colline pour y ériger les gradins. Les murs de l’arène, les escaliers, les couronnements et l'entrée axiale furent réalisés en maçonnerie. Les gradins furent réalisés en bois. De forme ovale, il avait 98,85 m de longueur et 85,94 m de largeur. Ses 24 gradins offraient 9000 places. L’arène ovale a 51,36 m de longueur pour 38,40 m de largeur. À la fin du IIe siècle apr. J.-C., l’amphithéâtre fut agrandi. Il fait maintenant 105 m de longueur pour 92,11 m de largeur. Les 36 rangées de gradins offrent 14 000 places. Au XIe siècle, une tour fut érigée sur le côté est de l’amphithéâtre. Restaurée en 1550, elle servit de prison au cours du XVIIIe siècle. Depuis 1837, elle abrite le musée romain.

amphitheatre 10
L'amphithéâtre

amphitheatre 2

amphitheatre 6

amphitheatre 9

L’amphithéâtre fut identifié comme tel en 1786 par E. Ritter. Il fut dégagé entre 1911 et 1918 et au cours de la 2e Guerre mondiale. Son étude archéologique débuta réellement qu'en 1989. Il fut restauré entre 1987 et 1994.

musee 1
La tour médiévale abritant le musée romain

musee 2

musee 12

musee 14

musee 7
Cercueil d'enfant

musee 4

Le théâtre fut construit au début du IIe siècle apr. J.-C. dans un secteur de la ville occupée par un habitat dispersé. Il fut plusieurs fois transformé et restauré jusqu'à la fin du IIIe siècle où il fut transformé en point fortifié entouré d'un profond fossé. Cette fortification fut maintenue jusqu'au milieu du IVe siècle.

theatre 5
Le théâtre

theatre 12

La construction du théâtre combine terrassement et maçonnerie en petit appareil de calcaire jaune. La cavea (les gradins) est en grande partie adossée à la colline. La maçonnerie fut utilisée pour les couloirs et les murs de la scène et du podium. Le théâtre est construit selon la version gallo-romaine de ce type de bâtiment. L'orchestra et la cavea outrepassent le demi-cercle et le bâtiment de scène, de surface réduite, est installé en avant du mur de façade rectiligne. La scène proprement dite est constituée d'une simple estrade en bois dressé dans l'orchestra. Le théâtre s'inscrit dans un demi-cercle de 105,96 m de diamètre et l'orchestra à 20,65 m de diamètre. Le bâtiment de scène a 13,40 m de longueur pour 7,60 m de largeur. La cavea de 40 gradins offrait 11 000 places et était desservie par onze vomitoires. Le théâtre fut fouillé en 1890 et 1940.

plan theatre

theatre 1
Le théâtre

theatre 3

theatre 7

theatre 13

theatre 9

Le sanctuaire du Cigognier est le plus grand temple d'Aventicum. Dans un rectangle de 118,80 m sur 111,58 m se trouve, du sud au nord, une avant-cour, une vaste cour entourée sur trois côtés par un vaste portique supporté par trois gradins et un imposant temple à pronaos sur un podium. L'avant-cour et la cour étaient parcourues par une allée axiale. L'ensemble reproduit le plan du forum Pacis de Rome. Un haut mur sépare l'avant-cour de la cour. Ce mur est percé d'une porte qui assurait la liaison avec le théâtre et la voie principale reliant les portes Est et Ouest et passant entre le sanctuaire et le théâtre. La technique de construction et les matériaux utilisés cherchèrent à imiter le luxe des édifices impériaux de Rome. Les fondations massives sont en petit appareil de calcaire jaune et les revêtements du podium, du temple et les gradins du portique étaient en grès. Les élévations du temple, les façades du portique et les dallages étaient en calcaire blanc et les parois internes étaient plaquées avec de la pierre de couleur importée. Les corniches du temple et du portique possédaient de riches décors sculptés représentant des monstres marins affrontant des canthares. Les arcs du portique étaient ornés de frises de dragons marins.

plan cigognier
Le sanctuaire du Cigognier

cigognier 4
Le sanctuaire du Cigognier

cigognier 14

cigognier 7
Les deux colonnes toujours debout du sanctuaire du Cigognier

cigognier 9
Base d'un groupe statuaire

Les débuts de la construction du sanctuaire du Cigognier ont été datés par dendrochronologie des pieux assurant l'assise des fondations en 98 apr. J.-C.. Le sanctuaire fut probablement construit à l'initiative de Trajan, général victorieux durant la campagne en Germanie, rentrant à Rome pour accéder au trône impérial. L'avant-cour est un rectangle de 104,58 m de largeur et de 15,14 m de longueur. Le portique a une longueur de 83,35 m pour une largeur de 64 m. Installé sur des gradins hauts de 2,40 m, il a une hauteur de 17,10 m. Le temple à pronaos a 42,17 m de longueur pour une largeur de 27,36 m. Également installé sur un podium de 2,40 m de hauteur, le temple avait une hauteur de 20,70 m. Les archéologues supposent que ce sanctuaire était dédié au culte impérial à la suite de la découverte, en 1938, dans un des égouts du temple d'un buste en or de Marc Aurèle (161-180 apr. J.-C.). Ce buste fut caché au cours de l'antiquité probablement pour le protéger d'un pillage. Le buste fut réalisé à partir d'une feuille d'or (22 carats) de 1587 grammes aux alentours de 180 apr. J.-C.. Au cours de l'Empire romain, les représentations en or étaient exclusivement réservées aux membres de la famille impériale.

Fouillé entre 1938 et 1940, le sanctuaire fut nommé du "Cigognier" à cause d'un nid de cigogne installé au sommet de la seule colonne debout du site. Ce nid de cigogne apparaît pour la première fois sur une gravure de M. Merian l'Ancien en 1642. Le nid fut éloigné lors de la restauration du site en 1978.

cigognier 15
Le sanctuaire du Cigognier

cigognier 12

theatre 21
Le théâtre vu depuis le sanctuaire du Cigognier

cigognier 11

Le temple de la Grange des Dîmes, situé en face du sanctuaire du "Cigognier", occupe l'emplacement d'un fanum gaulois. Il fut construit à la fin du Ier siècle ou au début du IIe siècle apr. J.-C.. Il est constitué d'une cella subcarré à galerie périmétrique installée sur un podium. La façade est constituée par un porche à fronton. La cella de 10,80 m sur 9,40 m avait la forme d'une tour haute de 20 m couverte par un toit à quatre pentes. Elle était entourée par une galerie plus basse dont le toit était soutenu par des colonnes de 0,51 m de diamètre et hautes de 4,50 m. Le fronton de la façade était soutenu par quatre colonnes de 0,90 m de diamètre. L'ensemble était disposé sur un podium de 20,20 m sur 20,40 m et haut de 1,80 m. Le temple était certainement dédié à Mercure Cissonius, dieu gaulois romanisé des voyageurs et des marchands. Il s'agit du plus ancien et du plus important sanctuaire des autochtones romanisés d'Aventicum. Le temple était placé dans un enclos sacré qui abritait également un autel, un puits sacré et un baldaquin protégeant une statue.

plan grange

grange 1
Le temple de la Grange des Dîmes

grange 3

grange 4

Les thermes dits de Perruet sont connus depuis 1804. Le bâtiment des thermes occupe toute l'insula 99 de la ville et borde, du côté de l'est, le forum romain. Le site fut fouillé en 1953 et restauré et mis en valeur entre 1995 et 1998. Mais seul le bâtiment principal de 52 m sur 32 m est actuellement visible. Les thermes furent édifiés en 77 apr. J.-C. grâce au mécénat des Camilii, riche famille helvète d'Aventicum. En 120 apr. J.-C., les thermes furent transformés et restaurés. Les frigidarium (salle froide) et caldarium (salle chaude) reçurent de nouveaux bassins et un nouveau bâtiment chauffé fut rajouté au sud. Il s'agit peut-être d'une seconde zone thermale réservée aux femmes.

plan thermes
Plan des thermes

thermes 1
Les thermes

thermes 3

thermes 5

thermes 6

Les thermes possédaient trois salles principales. Le frigidarium, salle froide, possédait deux vasques d'eau froide dans les absides orientales. Le tepidarium, salle tiède, était chauffé par hypocauste à l'aide de deux fournaises desservies par un couloir de service. Elle avait peut-être deux vasques d'eau tiède. Le caldarium, salle chaude, possédait deux baignoires et deux vasques d'eau chaude. Le sol et les murs de cette salle étaient chauffés par deux grandes fournaises. Les salles avaient une superficie de 200 à 325 m². Au nord-est du bâtiment, des sondages ont relevé la présence d'un important réservoir alimenté par un aqueduc traversant le frigidarium et probablement une grande piscine de plein air.

thermes 10

thermes 11

plan aventicum
Plan de la ville d'Aventicum

De plus amples informations et des reconstitutions des monuments sont accessibles sur le site : www.aventicum.org

Ces photographies ont été réalisées en septembre 2019.

 

Y ACCÉDER:

L'ensemble des monuments peut être visité à pied depuis le centre-ville d'Avenches. Tous les monuments sont librement accessibles et le musée romain est gratuit.

L’amphithéâtre se trouve en face du château d'Avenches.

Le sanctuaire du Cigognier et le temple de la Grange des Dîmes sont situés à l'intersection de l'avenue Jomini et de la rue de Berne.

Les thermes sont situés un peu plus loin le long de la rue de Berne.

Le théâtre est situé le long du chemin du Selley. Dans le prolongement de ce chemin se trouve la porte de l'Est et la tour Tornallaz.

La porte de l'Ouest se trouve dans la rue du faubourg en direction de Lausanne.

La porte de l'Est peut être rejointe en voiture en passant par le village de Donatyre où il faut suivre la route de Villarepos (fléchage).

chateau 11
Le château d'Avenches

chateau 2

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 2 novembre 2019

Cette page a été mise à jour le 2 novembre 2019