Les cromlechs de Soeix 

Les cromlechs de Soeix

Non loin de la belle cathédrale d'Oloron-Sainte-Marie, dans un petit square, a été reconstitué un témoignage d'une des plus vieilles occupations humaines des lieux. Les fouilles d'un tumulus mirent à jour une structure interne constituée de trois cercles et de deux demi-cercles de dalles de calcaire posé sur chant. Cette reconstitution, combinée à la visite de la cathédrale et de ses extérieurs, permet un aperçu des pratiques funéraires allant de la préhistoire au XIXe siècle.

cathedrale 3
La cathédrale d'Oloron-Sainte-Marie

cathedrale 21

cathedrale 5
Le portail de la cathédrale

cathedrale 2
Le clocher porche de la cathédrale

cathedrale 10
Détail du pilier central du portail

En 1986, C. Blanc signala à la Direction des Antiquités historiques d'Aquitaine la présence d'une éminence de terre, de galets cuits et d'un affleurement de grosses pierres à l'emplacement d'un futur lotissement de la commune de Soeix au sud d'Oloron. Il soupçonna la présence d'un tumulus. Le site se situait à Soeix, commune bordant Oloron, entre un éperon rocheux à l'est et le Gave d'Aspe à l'ouest. Les fouilles de sauvetage, organisé durant l'été 1986, découvrent un ensemble funéraire ou rituel. Les quelques galets rubéfiés découverts lors des prospections réalisées aux alentours laissent supposer l'existence en ces lieux de plusieurs tumuli, aujourd'hui disparus.

place cathedrale 3
Croix funéraire du XIXe siècle

place cathedrale 6
Sarcophages mérovingiens du VIe/VIIe siècle

Les fouilles mirent à jour un tumulus de forme ovale de 33 m sur 23 m et d'une hauteur de 1 m. Celui-ci, ayant cependant déjà bien souffert des travaux agricoles, dévoila une stratigraphie originale. Sous une couche de terre arable, épaisse au centre de 10 cm et de 50 cm à la périphérie se trouvait un dôme de galets épais de 15 à 25 cm. Celui-ci recouvrait une couche de limon et de cailloutis, épais de 35 cm, surmontant un sol pavé de galets d'une épaisseur de 30 à 40 cm. Le pavage de galets était cimenté par un limon argileux. Le dôme de galets n'est, à ce jour, connu que dans les deux tumuli d'Oeyregave dans la plaine landaise et fouillé par R. Arambourou. Ce dôme, constitué de galets de taille décroissante du sommet vers la périphérie, descendait en pente douce du sommet central et se relevait brusquement en forme de lèvre circulaire à la périphérie.

soeix 7
Les cercles n°1, 2 et 3

soeix 9
Les cercles n° 1 et 2

Au sein du tumulus, sous le dôme de galets, se trouvaient trois cercles et deux demi-cercles de dalles dressées d'une hauteur comprise entre 30 et 80 cm. Les dalles de calcaire utilisées proviennent de l'éperon rocheux qui longe le Gave d'Aspe. Les trois cercles (n° 1, n° 2 et n° 3) étaient plus ou moins alignés selon un axe sud/nord tandis que les demi-cercles (n° 4 et n° 5) étaient disposés à l'est et à l'ouest des cercles n° 1 et n° 2. En partant du sud, les cercles n° 1 et n° 2 avaient un diamètre de 2,50 m et le cercle n° 3 un diamètre de 4 m. Le demi-cercle n° 4, côté ouest, avait un diamètre de 4,50 m tandis que le demi-cercle n° 5, côté est, avait un diamètre de 2 m. Les cercles n° 1 et n° 2 étaient sécants et les cercles n° 2 et n° 3 étaient tangents. Sur les côtés est et ouest du cercle n° 3 se trouvaient des groupes de dalles désorganisés. Ces groupes, fortement perturbés par les labours, étaient peut-être les restes de deux cercles ou demi-cercles supplémentaires ou des constructions plus complexes. La stratigraphie à l'intérieur des cercles était identique à celle du reste du tumulus avec en plus une couche de galets intermédiaire. Ces cercles de dalles rappellent, en plus petits, les cromlechs retrouvés dans les montagnes des Pyrénées. Dans ces cromlechs, les dalles ou blocs de pierre peuvent cependant être considérés comme étant mégalithiques, ce qui n'est pas le cas à Soeix. Les cercles de Soeix se rapprochent plus des quatre cercles du tumulus Tugaye III (commune du Ger) fouillé par R. Coquerel en 1961 et daté du Hallstatt ou des deux cercles du tumulus TIB II à Ibos, fouillé par R. Vie et daté de l'âge du bronze.

plan

À l'intérieur du cercle n° 3, au-dessus du sol en galets, fut retrouvé un amas charbonneux contenant des ossements humains calcinés et des restes d'argile (céramique ?). Cet amas, correspondant à une sépulture, a été daté au C14, corrigé par dendrochronologie, entre 805 et 170 av. J.-C.. Le sol de galets ne montrant pas de trace d'incendie, l'incinération du ou des corps n'a donc pas été réalisée sur place. Le cercle n° 1 a livré deux morceaux d'argile rubéfiés découverts sur le sol de galets. Les autres cercles étaient vides de matériel archéologique. Aucun matériel lithique, mis à part un grattoir en silex découvert dans un champ attenant, n'a été retrouvé lors des fouilles. Au sein du tumulus, une centaine de fragments de céramique a été récupérée. Parmi ceux-ci, quinze tessons ne possédant aucun élément de reconnaissance tel que col, décors, anses ou fond correspondent à de la céramique non tournée épaisse de 20 mm. Ces tessons sont de couleur brun-orangé à l'intérieur et noir (suie) à l'extérieur et ont des parois grossièrement lissées. Ils présentent une ressemblance avec la céramique chalcolithique du tumulus de Poms et pourraient donc être antérieurs à l'âge du fer. Les quatre-vingts autres tessons ont été identifiés comme de la céramique gallo-romaine. Il s'agit pour partie de céramique claire réalisée au tour rapide avec une pâte épurée et une surface soignée formant des bols (assiette ?) à lèvre pendante. Une autre partie est constituée de céramique grise réalisée au tour lent avec une surface peu soignée.

soeix 8
Le cercle n° 3

plan tumulus

Le tumulus de Soeix est donc une sépulture simple à incinération et dépôt en pleine terre. Cette sépulture s'éloigne de la tendance de l'âge du fer qui consistait plus en des dépôts des ossements dans une urne enfouie dans la masse du tumulus. Ce n'est qu'à la fin du 1er âge du fer qu'apparaissent les tumuli à incinération multiple. L'éparpillement des tessons gallo-romain sur l'étendue du tumulus sur et sous le dôme de galets est également inhabituel. L'architecture des cercles de pierre du tumulus rappelle celle des cromlechs montagnards érigés du néolithique au 1er âge du bronze. Comme il n'a pas pu être prouvé que la sépulture, datée de l'âge du fer, est contemporaine de leur construction, il pourrait s'agir d'une réutilisation d'un tumulus de l'âge du bronze par un peuple de l'âge du fer. Ce type de pratique ayant été constatée à plusieurs reprises. La présence de tessons gallo-romains sur et sous le dôme de galets prouve par contre que le monument a été construit en plusieurs phases. Nous pouvons donc formuler l'hypothèse que ce tumulus fut érigé au cours du néolithique/chalcolithique puis réutilisée durant l'âge du fer avant d'être réaménagée à l'époque gallo-romaine en vue d'un rituel non identifié.

soeix 4

soeix 6
Le demi-cercle n° 4

Ces photographies ont été réalisées en avril 2017.

D'autres informations et théories sur les mégalithes sont consultable sur la page "Les mégalithes".

 

Y ACCÉDER:

Le cromlech est situé rue Gino Valatelli à Oloron-Sainte-Marie. Depuis la place de la cathédrale, prendre la rue Casamayor Dufaur vers la gauche, puis la 1re rue à gauche. Un petit passage dans une maison à gauche de la cathédrale permet un accès direct au square du cromlech.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 30 mai 2017

Cette page a été mise à jour le 30 mai 2017