Les vitraux de Saint-Maximin

L'église Saint-Maximin de Metz possède un ensemble de vitraux réalisé par Jean Cocteau. Il s'agit d'une des dernières œuvres de cet artiste décédé le 13 octobre 1963. Elle fut réalisée à titre posthume à partir de dessins exécutés en 1962.

maximin 11

maximin 10

La construction de cette église fut entreprise au XIIe siècle sur ordre de l'évêque Bertram. Elle fut probablement érigée à l'emplacement d'une autre église existant depuis le Ve siècle au bord de la voie romaine reliant Metz à Strasbourg. Cette église, nommée Saint-Maximin-Outre-Seille, est dédiée à Saint Maximin qui fut l'évêque de Trêves entre 322 et 329. Construits initialement dans un style roman dont subsiste le chœur, le transept et le clocher, la nef avec ses bas-côtés et les bras du transept furent reconstruits au XVe siècle en style gothique. En 1365 furent construites, dans un style gothique flamboyant, les chapelles des Louve et des Gournay au niveau des transepts. La chapelle des Louve abrite dans une somptueuse niche une Vierge à l'enfant. La chapelle des Gournay est couverte d'une belle voute réticulée avec une clé de voute ornée de blasons. Cette chapelle possède, dans une niche trilobée au sud-est, un intéressant lavabo liturgique. Le chœur est éclairé par des fenêtres en plein cintre et est surmonté d'une voute en éventail dont la clé de voute est sculptée d'un Agnus Dei. La croisée du transept possède une voute en étoile supportée par des colonnes engagées avec des chapiteaux romans. La nef est soutenue par de puissants contreforts du XIIIe siècle.

maximin 9

maximin 13

La porte d'origine, de forme ogivale, fut remplacée en 1753 par un portail de style baroque. Deux portails latéraux y furent rajoutés en 1872. En 1874 furent remplacées les fenêtres hautes de la nef et, en 1876, le bas-côté sud fut élargie. L'édifice fut classé aux Monuments historiques en 1923.

maximin 1

À la fin des années 1950, Jean Cocteau fut pressenti pour la réalisation de vitraux destinée à la cathédrale de Metz. La commission religieuse de la cathédrale de Metz le jugea cependant comme "inapte à l'art religieux". À l'époque, en tant qu'artiste homosexuel, Jean Cocteau avait une réputation sulfureuse. On lui accorda alors une deuxième chance en lui offrant la réalisation des vitraux pour l'église Saint-Maximin. Au cours de sa carrière, il ne réalisa que trois œuvres religieuses. En plus de l'église Saint-Maximin, il réalisa la décoration de la chapelle Notre-Dame de Jérusalem à Fréjus et celle de la chapelle Saint-Blaise des Simples à Milly-la-Forêt où il fut inhumé. Les vitraux furent réalisés à titre posthume, Jean Cocteau étant mort le 13 octobre 1963, à la fin des années 1960 par Édouard Dermit, son fils adoptif, et Jean Dedieu, son cartonnier.

maximin 2

maximin 3

maximin 4

maximin 5

Les vitraux réalisés selon des dessins de 1962 couvrent 14 baies soit 24 fenêtres. Au sein de ces vitraux, où dominent le bleu et le vert, Jean Costeau fait surgir "des frémissements végétaux, minéraux et charnels" inspirés de l'art ancestral et imaginaire. Il utilisa les arts premiers notamment pour le vitrail central de l'abside avec le motif de l'homme aux bras levés qui peut être interprété comme un hymne à l'immortalité.

maximin 6

maximin 7

maximin 8

maximin 12

Ces photographies ont été réalisées en novembre 2021.

 

Y ACCÉDER:

L'église Saint-Maximin se situe au 61 rue Mazelle au centre-ville de Metz.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 12 mars 2022

Cette page a été mise à jour le 12 mars 2022