Le pont de la Roque

Dans le bras de mer formant le havre de Regnéville-sur-Mer, au niveau de la confluence entre la Soulles et la Sienne, se trouvait un gué formé par les cailloux déposé par la Soulles. Ce gué était utilisé par les Unelles, la tribu celte occupant la région. Regnéville-sur-Mer fut longtemps le seul port de la région utilisé notamment par les habitants de Coutances. En 58 av. J.-C., les Romains construisirent un pont au niveau du gué. Le pont romain était constitué de dix piliers en maçonnerie soutenant un tablier en bois. L'arche centrale était plus large pour permettre le passage des fortes marées. Les Romains avaient installé un poste de guet sur la butte de Montchaton pour la surveillance de ce point de passage.

pont de la roque 3

Le pont construit par les Romains a vu passer les Vikings, les Anglais (au cours de la guerre de Cent Ans) puis les armées royales du duc de Richemont. Il était le passage presque obligé pour franchir la Sienne. En 1794, le district du présidial de Coutances fit envoyer le charpentier Navarre pour réparer le tablier à la suite des doléances exprimé par les habitants du pays de Regnéville-sur-Mer en 1789. Le mélange de sable, d'argile et de débris coquilliers qui se dépose dans les havres soumis aux marées, nommés tangue, fut utilisé comme amendement agricole. Cet engrais de mer était récolté et exporté vers le bocage, la Bretagne et l'Angleterre. Ce commerce, combiné avec celui de la chaux, provoqua un tel engouement que les routes furent vite saturées. Il fut donc à l'origine de la canalisation de la Soulle vers 1830 entre la mer et Coutances. Le conseil général de la Manche fit remplacer le tablier en bois par des voutes en maçonnerie en 1842. À cette occasion, le pont gagna une arche supplémentaire. Les travaux ont couté la somme de 50 000 francs. Un renforcement des piles par des enrochements fut effectué en 1930.

pont de la roque 12

pont de la roque 1

Au cours de la 2e guerre mondiale, le pont de la Roque fut considéré comme stratégique par les Américains. Le premier bombardement aérien eut lieu le 23 avril 1944. Pas moins de 33 bombardements furent réalisés par des bombardiers en piqué et des B26 Marauder qui larguèrent 800 bombes. Beaucoup d'entre elles se sont enfoncées dans la tangue sans exploser. Durant ces opérations, un pilote canadien perdit la vie. Le pont étant difficile à atteindre, les Américains se servirent du site pour former leurs pilotes au bombardement. Le 15 juin 1944 à 16 h 30, un raid, conduit par quatre bombardiers de la Royal Air Force (RAF), parvint enfin à détruire les trois arches centrales du pont. Au cours de la bataille de Normandie, les Américains déclenchèrent, le 24 juillet 1944, l'opération Cobra. L'objectif était de couper la presqu'ile du Cotentin au niveau de l'estuaire de la Sienne pour encercler les Allemands et de percer la ligne de front au sud du Cotentin. Au cours de l'opération, le pont de la Roque devint l'ultime possibilité de repli pour les Allemands vers Granville, Avranches et la Bretagne. Le bombardement du site du pont de la Roque reprit (jusqu'à cinq par jour), car le passage était toujours possible à gué et par le pont de la papeterie d'Orval situé à quelques kilomètres. Après les durs combats du Mont Castre, le peu de végétation sur la côte permit au XIIIe corps d'armée US (CAUS) du général major Troy H Middleton d'avancer rapidement le long du flanc droit du VIIe CAUS du général Collins. Le 29 juillet 1944 à 8 h 15, les éléments avancés du 68e Tank Battalion US et du 44e Régiment d'infanterie US (RIUS) sous les ordres du brigadier général Jane Taylor en provenance d'Agon furent pris à partie par des tirs de canons de 88 allemands. Il y a eu trois morts et dix blessés. À 9 h les Américains entrèrent à Heugueville sous les tirs allemands. Les canons américains, placés sur les hauteurs de Heugueville, firent vite taire les tirs ennemis. À 10 h, le génie débuta le montage d'un pont Bailey qui fut achevé à 17 h. Le VIIIe CAUS se rua alors en direction d'Avranches qu'elle atteignit le 31 juillet 1944. Elle poursuivit ensuite vers Saint-Malo et Brest. Le VIIIe CAUS, le IIe CAUS de Collins et le Ve CAUS de Patton formèrent ensuite la IIe armée américaine.

pont de la roque 4

pont de la roque 11

Le pont Bailley resta en place jusqu'à la construction du pont actuel en 1967 qui fut construit à 50 m en amont de l'ancien pont.

Ces photographies ont été réalisées en juin 2017.

 

Y ACCÉDER:

Le pont de la Roque est situé sur la D650 reliant Agon-Coutainville à Montmartin-sur-Mer.



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 24 septembre 2017

Cette page a été mise à jour le 24 septembre 2017