L'oratoire de Germiny-les-Prés

L'oratoire de Germiny-les-Prés fait partie des plus anciennes églises de France. Reconstruite au XIXe siècle, il ne reste finalement de la construction d'origine que les fondations et une magnifique mosaïque.

oratoire 4

oratoire 5

Théodulf (750-821), lettré, poète, conseiller de Charlemagne et évêque d'Orléans de 799 à 818, se fit construire une villa dotée d'un oratoire privé. Il confia la construction à Odo le Messin (Eudes de Metz), l'architecte de Charlemagne. Selon un texte dont l'authenticité est contestée, la construction de cette villa se situe entre 803 et 806. L'oratoire était magnifiquement décoré. Il s'agissait pour Théodulf d'une des treize nouvelles "mairie" érigées sur le domaine monastique de Fleury dont il était l'abbé.

oratoire 6

oratoire 21

Le plan de l'oratoire était inspiré des églises arméniennes comme celle de Bagaran ou de Sainte Etchmiadzin. Autour d'un carré central de 10 m de côté, constitué de quatre piles soutenant une tour lanterne, était disposé, sur chaque face, de grandes absides en cul-de-four formant une croix grecque. Deux absidioles flanquaient l'abside est. Le carré central était haut de 12 m (3 niveaux) et surmonté d'une coupole. La totalité de l'intérieur de l'oratoire était ornée de stuc, de mosaïques et de pavements de marbre. Aucune construction en Neustrie ne pouvait soutenir la comparaison. Des mosaïques, seule celle de l'abside est nous est parvenue. D'une surface de 9 m², elle est constituée de 130 000 tesselles (6 mm² à 1 cm²) dans des tonalités bleu, or, vert, rouge, blanc, noir et argent. Elle représente une scène de l'Ancien Testament (exode 25, 10-21). On y voit l'arche d'alliance surmontée de deux chérubins encadrés de deux archanges entre lesquels apparaît la main de Dieu. Ce décor représente un symbolisme particulier évoquant Dieu sans la représentation du Christ et renvoi probablement au temple de Salomon. Théodulf était assez hostile à la représentation figurée comme il en ressort de l'ouvrage "Libri Carolini" (vers 785) dont il était le coauteur avec Alcuin. Sous la mosaïque se trouve une inscription en latin signifiant "Regarde le saint oracle et les chérubins, contemple la splendeur de l'arche de Dieu et, à cette vue, songe à toucher par tes prières le maitre du tonnerre, et associe, je t'en prie, le nom de Théodulf à tes prières".

oratoire 11

En 843 et 844, les 1ers états généraux français furent tenus en ces lieux par les grands du royaume. Charles II le Chauve visita les lieux qu'il désigna comme palais royal en 854. À la fin du IXe siècle, l'oratoire et la villa furent détruits par un incendie probablement lors d'un des raids des Normands qui eurent lieu en 856, 865 et 866. Après ces temps troublés, l'oratoire fut reconstruit entre 1060 et 1067 par Hugues 1er, abbé de Saint-Benoit-sur-Loire, qui y établit trois religieux. À cette occasion, l'abside ouest fut remplacé par une nef recouverte d'une charpente en bois. Celle-ci fut détruite lors des guerres de religion en 1560 ou 1562. Après sa reconstruction au cours du XVe ou XVIe siècle, l'oratoire ne fut plus qu'une simple église de village.

plan

oratoire 26

Lors de la révolution, les mosaïques furent cachées sous un badigeon. Mais en 1820, celui-ci laisse apparaître des cubes de verre que les enfants arrachèrent pour jouer. Cela finit par être connu des autorités et contribua à la redécouverte des mosaïques. Celles-ci furent classées Monument historique en 1839. L'architecte Delton refit alors la voute de l'abside est en préservant la mosaïque qui fit l'objet d'une restauration en 1841 par Ciulli et en 1848 par Théodore Chrétien. Prosper Mérimée fit restaurer l'abside sud en 1845. En 1856, la mosaïque fut de nouveau endommagée et l'église menaçait ruine. À partir de 1867, l'architecte Juste Lisch reconstruit l'église. Il supprima les absidioles de l'abside est, abaissa la tour lanterne d'un étage, recréa la coupole du carré central et rallongea la nef à cinq travées. Au cours de la démolition, trois nouvelles mosaïques furent mises à jour. Elles furent dessinées par Juste Lisch avant leur destruction, car il estima que leur état ne permettait pas leur restauration. La reconstruction se termina en 1876. De l'oratoire d'origine ne subsistait plus que les fondations, enfouîtes dans le sol, et la mosaïque de l'abside est.

oratoire 10

oratoire 18

oratoire 22

Ces photographies ont été réalisées en septembre 2021.

 

Y ACCÉDER:

L'oratoire se trouve dans le village de Germiny-les-Prés.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 31 décembre 2021

Cette page a été mise à jour le 31 décembre 2021