La grotte de l'Ermitage

La forêt du massif de la Serre cache en son sein un petit joyau de l'érosion. Le sous-sol de ce massif se compose de grès quartzifère déposé par les mers du trias inférieur. Ce matériau, assez tendre, a été façonné par l'eau et le vent pour nous laisser une petite grotte formant un abri à deux étages.

ermitage 1

Au niveau inférieur, un porche large de 3,90 m et haut de 2 m, donne accès à une salle profonde de 6,30 m. À l'arrière, une tranchée, creusée par l'érosion, laisse pénétrer la lumière par le haut. Au niveau supérieur se trouvent trois petites chambres côte à côte et ouvertes sur l'extérieur. Celle de gauche a une largeur de 1,90 m, une hauteur de 2,25 m et une profondeur de 5,50 m. Celle du milieu a une largeur de 3 m, une hauteur de 2 m et une profondeur de 7 m. Celle de droite a une largeur de 1,50 m, une hauteur de 1,48 m et une profondeur de 3,80 m. Toutes les trois donnent sur la tranchée qui sépare l'ensemble de la grotte du socle rocheux. Certains piliers du niveau supérieur, très désagrégés, ont été remplacés, il y a une quarantaine d'années, par de la maçonnerie. Des traces de pics, visibles au niveau inférieur, démontrent que celui-ci fit l'objet d'aménagements voire même d'un creusement par la main de l'homme.

ermitage 3
L'étage inférieur

ermitage 7
L'étage supérieur

La présence, à proximité, d'une source qui ne se tarit en aucune saison fit que l'endroit a été fréquenté par l'homme depuis des temps immémoriaux. Désiré Monnier considéra l'endroit comme un monument druidique. Il nous parle également dans son ouvrage "Traditions populaires comparées", paru en 1854, de la présence en ces lieux d'une Dame Blanche, fantôme ou fée hantant l'endroit certaines nuits. Au cours du XIXe siècle, messieurs Feuvrier et Fèvret fouillèrent l'endroit, mais, mis à part un foyer, ne découvrirent aucun objet confectionné par nos ancêtres.

ermitage 8

ermitage 19

Nous connaissons peu de chose sur l'origine de l'appellation de cette grotte qui aurait également été dédié à St Hubert, le patron des chasseurs. Il nous reste toutefois le souvenir d'un certain Guilley qui y vivait. Il a quitté l'Ermitage en 1694 après la mort de son compagnon pour s'établir dans une maison de Moissey où il mourut en 1697. Une note du docteur Claude François Guillaume, médecin à Moissey et daté du 1er janvier 1850, indique qu'il a vu, à la fin du XVIIIe siècle, des châssis de fenêtre et des portes aux différentes ouvertures de la grotte. Cette note fut retrouvée au dos d'un portrait qui pourrait être celui de Guilley. Les archives locales sont également très pauvres en renseignements. Nous savons uniquement qu'entre 1840 et 1850, les membres de la confrérie de la "Vente des bons Coussins Charbonniers de la Serre" célébraient leurs cérémonies et intronisaient les adeptes en ce lieu.

ermitage 21

ermitage 13

Depuis l'endroit est un lieu de promenade très prisé des habitants de la région qui viennent se mettre au frais sous les frondaisons du massif de la Serre.

ermitage 25
La source

Ces photographies ont été réalisées en mai 2014.

 

Y ACCÉDER:

De Dôle, prendre la direction de Gray par la D475. À Moissey, prendre à droite vers Amange. Dans la forêt, prendre, au croisement, le chemin goudronné à gauche puis se garer au parking "Site de l'Ermitage". De là, suivre le sentier partant à gauche de la route. La grotte est à 300 m.

Coordonnées GPS
47 N 11' 15"
05 E 33' 00"
Altitude 315 m

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 9 août 2014

Cette page a été mise à jour le 16 février 2015