Le four à chaux de Rozan

La presqu'ile de Crozon est traversée par une formation calcaire, la formation de Rozan, qui s'étend de la Pointe de Lostmarc'h jusqu'au-delà d'Argol. Cette formation fut identifiée au XIXe siècle par le pharmacien, M. Bourassin de Quimper. Pour exploiter le calcaire, il s'associa à monsieur Boulet qui fonda la société "Les calcaires de Rozan" qui fonctionna jusqu'en 1874. Le sous-préfet de Châteaulin autorisa, le 21 septembre 1839, la société "Boulet et Cie" de construire un four à chaux au niveau de l'estuaire de l'Aber. À marée haute, la mer vient au plus haut de l'estuaire permettant l'expédition de la chaux par bateaux.

four à chaux rozan 3

four à chaux rozan 12

Après avoir été la plus importante de la presqu'ile, la production de chaux s'arrêta en 1872 après qu'une tempête endommagea le four. L'abandon de la production était également la conséquence de l'effondrement du marché. À l'époque, les militaires, grands consommateurs de chaux pour la construction des forts, remplacèrent celle-ci par le ciment. Après une restauration du four en 1889, la production reprit jusqu'à la 1re Guerre mondiale. À l'abandon, le site fut fortement endommagé par les combats de libération de la presqu'ile de Crozon en 1944. Un chantier de jeunes scouts bruxellois dégagea, en 1984, les ruines du four. Classé Monument historique en 1988, celui-ci fut restauré en 1992.

four à chaux rozan 13

La chaux est obtenue par la calcination de pierre calcaire à environ 900 °C. Ce qui produit du CO2 et de l'oxyde de calcium (CaO) nommé couramment de la chaux vive. Celle-ci est éteinte par immersion dans de l'eau. La réaction exothermique qui en résulte transforme l'oxyde de calcium (CaO) en hydroxyde de calcium (CaOH2) nommé chaux éteinte. Au cours du XIXe siècle selon les localités de France pour calciner le calcaire, était utilisé comme combustible le bois, des fagots, de la bruyère, de la houille, de l'anthracite, de la lignite, de la tourbe ou du coke. Le charbon de bois était rarement utilisé. La forme du four dépend du combustible. Pour un combustible produisant une longue flamme comme le bois, le four possède une vaste chambre en brique ou pierre réfractaire de forme prismatique ou cylindrique plus haute que large et munie d'une petite ouverture en partie basse. Le four était rempli avec des pierres calcaires de la taille d'un petit moellon en formant en bas une voute. C'est à cet endroit qu'est brulé le combustible. Les flammes passant entre les pierres pour s'échapper par l'ouverture du haut. Pour un four d'une capacité de 75 à 80 m3 de pierre, la cuisson prenait entre 100 et 150 heures. Pour 1 m3 de pierre, il fallait 1,66 stère de chêne ou 22 stères de fagots ou 30 stères de bruyères. Pour les combustibles sans flamme (coke, houille, anthracite), le four est ovoïde, en cône renversé ou en entonnoir. Le chargement se fait par couches successives, alternant de la pierre et du combustible, par le haut au fur et à mesure que la pierre cuite est extraite en partie basse. Pour calciner 1 m3 de pierre, il fallait 0,33 m3 de coke.

four à chaux rozan 10
Le gueulard du four

Un four à empilement du XIXe siècle était un four imposant de forme cylindrique dont la paroi interne était revêtue de brique réfractaire. Il était alimenté par le haut, le gueulard, avec de la pierre calcaire réduite en petits morceaux. Les chaufourniers alternaient les lits de pierre avec les lits de charbon. Du bois apporté au pied assurait la mise à feu. Le chaufournier devait maintenir une température comprise entre 800 et 1000 °C en gardant le four rempli au maximum par un réapprovisionnement en pierres et charbon. La chaux était récupérée par l'ouverture en partie basse, l'ébraisoir. La chaux vive était éteinte dans une fosse adjacente avec une grande quantité d'eau. La chaux éteinte était ensuite mise en barils pour être expédiée. Le four de Rozan a une hauteur de 11 m et son foyer a une forme ovoïde concave (en forme de ballon de rugby). Il fonctionnait selon le principe défini par ingénieur Simoneau (brevet déposé en 1845).

four à chaux rozan 5
La partie basse du four

four à chaux rozan 6
L'intérieur du four

 

Ces photographies ont été réalisées en juin 2021.

 

Y ACCÉDER:

À Tal ar Groas, prendre la direction de Trélannec et la plage de l'Aber. Le four à chaux se trouve en bordure de l'estuaire sur la route menant à la plage de la Source et à l'ile de l'Aber.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 1er novembre 2021

Cette page a été mise à jour le 1er novembre 2021