La grotte de la Glacière 

La grotte de la Glacière

Cette grotte présente un phénomène unique en France. Aucun autre endroit, en dehors des montagnes à haute altitude, ne présente une telle accumulation de glace durant toute l'année. Cette formation de glace a, de tout temps, été exploitée par l'homme. D'abord à des fins de conservations des aliments, puis, comme aujourd'hui, à des fins touristiques.

grotte 5
Le porche de la grotte

grotte 18
Le porche vu du fond de la grotte

La grotte, située à 525 m d'altitude, s'est formée dans les couches calcaires accumulées durant le jurassique. La cavité, profonde de 68 m, a la forme d'un sablier. Au fond, sa largeur avoisine les 35 m. Creusée patiemment par l'eau durant des millénaires, une partie de la voûte s'est effondrée bien avant l'apparition de l'homme dans la région. Cet effondrement a créé un gouffre dont la paroi nord-est présente une pente inclinée. Un sentier en lacet, avec des escaliers modernes, permet d'atteindre facilement le fond. À des fins de conservation, l'accès au fond du gouffre n'est plus autorisé actuellement.

grotte 2

grotte 7

grotte 12
La grotte avec le brouillard qui s'y forme

grotte 14

La formation de la glace dans la grotte a longtemps été un mystère, avant d'être attribué à un courant d'air froid circulant dans la grotte. De nombreux savants se penchèrent sur le cas. La première théorie scientifique fut formulée en 1584 par Boissent puis reprise en 1592 par Gollut, en 1686 par Boissot et en 1743 par Charpentier de Cossigny. Ses écrits nous apprennent qu'en 1727 la grotte fut entièrement vidée de sa glace et qu'en 1743, la grotte en était de nouveau entièrement remplie. L'entrée en entonnoir de la grotte, orientée au nord-est, favorise l'entrée du vent froid en hiver. La température, au fond de la grotte, atteint fréquemment les - 25°C. Dans ces conditions, l'eau s'infiltrant dans la roche depuis le plateau gèle et produit l'accumulation de glace. Mais en cas de sècheresse durant l'automne ou en hiver peu ou pas de glace se forme dans la grotte. Durant l'été comme l'air chaud monte, une couche d'air frais stagne à l'entrée de la grotte. La température au fond de la grotte est en moyenne comprise entre - 6° et - 2°C et ne devient que rarement positive. La présence de hautes futaies de sapins tout autour de la grotte, la maintenant toujours à l'ombre, contribue également à ce climat. Au début du XXe siècle, un déboisement massif supprima tous les arbres des environs. Durant cet été, la glace disparut entièrement de la grotte. Depuis, afin de préserver le phénomène naturel, les propriétaires se gardent bien de couper les arbres.

galerie historique
La galerie dite "historique" car c'est à cet endroit
que se refugièrent les habitants de la région lors des conflits

garde manger
L'emplacement du "garde-manger" où les
habitants de la région conservaient les aliments.

stalamite 2

stalatide 3

Des outils de l'âge du bronze, retrouvés dans la grotte, attestent qu'elle était occupée depuis 2000 ans av. J.-C.. Après avoir servi de congélateur naturel durant le Moyen-âge, la glace fut exploitée par les moines de l'abbaye de la Grâce-Dieu à partir du XVIe siècle. À l'époque, les habitants de la région l'appelaient la "Froidière". Durant le XVIIe siècle, elle servit de refuge aux habitants de la région fuyant les exactions des guerres. En 1712, la grotte fut mentionnée dans les "Mémoires de l'Académie Royale des Sciences". Au cours du XIXe siècle, les habitants de Chaux-les-Passavant exploitèrent la glace en fournissant les hôpitaux (la glace servait d'anesthésiant), les brasseries et les fromageries. Les blocs de glace, recouverts de paille, étaient empilés sur des charrettes et transportés de nuit vers les lieux de consommation. Afin d'améliorer le rendement de cette glacière naturelle, les étangs des alentours furent utilisés pour déverser en hiver de l'eau ou directement de la glace dans la grotte. Cette activité fut cependant concurrencée à la fin du XIXe siècle par l'attrait touristique de la glacière. En 1869, la grotte fut aménagée et ouverte au public.

fond 2
Le fond de la cavité avec des restes de glace

fond 6

glace
Un reste de glace

Comme la croyance populaire affirmait que la glace se formait même en été, les propriétaires entretenaient cette rumeur. Au début de l'hiver, ils mettaient en place au fond de la grotte des fagots et des fascines de formes variées qui ensuite se couvraient de glace durant l'hiver. Ces constructions glacées se maintenaient ensuite assez facilement jusqu'à la fin de l'été. L'exploitation de la glace à des fins commerciales et le réchauffement climatique finit par vider la grotte de toute présence de glace. Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, des installations de vaporisation d'eau, un peu à la manière des canons à neige, furent installées afin de recréer de la glace. Les canalisations de cette installation, qui n'est plus en fonction actuellement, sont toujours visibles à certains endroits de la descente. Le peu de glace subsistant au fond de la grotte est, aujourd'hui, d'origine naturelle. Mais le réchauffement climatique actuel condamne le phénomène à la disparition. La formation de brouillard au niveau de l'entrée de la grotte, liée à la présence d'air froid et d'une forte humidité dans l'air, perdurera cependant encore de nombreuses années.

stalatite 4

fossile 1
Un fossile de crabe dans une des parois de la grotte

Ces photographies ont été réalisées en août 2010.

 

Y ACCÉDER:

De Baume-les-Dames, prendre la D50 vers Vercel-Villediau-le-Camp / Valdahon. À Orsans, prendre, à droite, la D120 en direction de l'Abbaye de la Grâce-Dieu, puis, à gauche, la D427 vers Chaux-les-Passavent. La route passe devant la grotte (visite payante).

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 2 mars 2014

Cette page a été mise à jour le 15 février 2015