Le château de la Rochepot

rochepot 12

Le château de la Rochepot, transformé en carrière de pierre après la Révolution française, fut partiellement reconstruit au début du XXe siècle dans un style proche du château médiéval. Avec ses toits en tuiles vernissées de Bourgogne, il est un des châteaux majeurs et incontournables de la Côte-d'Or.

barbacane 2
La barbacane d'entrée au château

L'histoire du château débuta en 1180 par la construction d'un nouvel édifice sur les ruines du château du XIe siècle du seigneur de Montagu, pour Alexandre de Bourgogne (1170-1205), fils du duc Hugues III de Bourgogne (1148-1192). Le château portait alors le nom de château de la Roche-Nolay. À son retour de croisade, en 1403, le seigneur Régnier Pot (1362-1432), chevalier de la Toison d'Or et chambellan du duc Philippe II de Bourgogne, acheta le château. Ce fut lui qui lui donna le nom de Rochepot. Il transmit le château à son fils, Jacques Pot (1399-1458), qui le transmit, en 1458, à son fils, Philippe Pot (1428-1495), ambassadeur à Londres du duc de Bourgogne Charles le téméraire (1433-1477).

barbacane 5

rochepot 18

Au cours du XVIe siècle, le domaine devint la propriété du connétable de France Anne de Montmorency (1493-1567). Jean-François Paul de Condi, cardinal de Retz, hérita du château au XVIIe siècle. En 1644, il fut acheté par le chevalier Pierre Legoux de la Berchére, premier président du parlement de Bourgogne. Ses descendants le vendront, en 1740, à Joseph Blancheton qui y créa de nouveaux appartements et restaura la chapelle. Il émigrera lors de la Révolution française. Renommé "château de la Roche fidèle", le château fut vendu, comme bien national, le 7 messidor an VII (25 juin 1799) au citoyen Belorgey qui en fit une carrière de pierre. Les ruines furent acquises en 1893 par Cécile Carnot, l'épouse du président Sadi Carnot. Elle les offrit à son fils ainé, le colonel d'infanterie Sadi Carnot (1865-1948), stationné à Dijon. Il fera procéder à la reconstruction du château, chantier qui durera 26 ans. Il sera classé Monument historique en 2013 et 2014.

rochepot 19
La chapelle

rochepot 17
La tour Marlot

rochepot 7

La restauration est l'œuvre de l'architecte en chef des Monuments historiques de la Côte-d'Or, Charles Suisse. Il s'inspira du château de Châteauneuf-en-Auxois et y œuvra jusqu'à sa mort en 1906. La restauration fut achevée par ses associés Forey et Prost en 1927 avec une interruption entre 1914 et 1921. Lors de la visite vous pourrez vous rendre dans la chapelle, la salle d'armes, la cuisine, la salle à manger puis dans la tour Marlot pour admirer la chambre aux fauteuils Dagobert, la chambre à la légende et la chambre chinoise. Dans la cour se trouve le puits, profond de 70 m, entièrement taillé dans le rocher.

rochepot 3

rochepot 9

La chapelle a été construite au XIIIe siècle sur l'emplacement d'un oratoire datant de l'époque romaine. Elle fut reconstruite entre 1899 et 1901. Placées sous le vocable de la Vierge Marie, nous pouvons y admirer une belle vierge en pierre polychrome du XVe siècle et une autre en bois du XVIIIe siècle.

chapelle
La chapelle

La salle d'armes est une grande pièce sur deux niveaux. À l'origine, elle ne possédait qu'une seule fenêtre, mais Charles Suisse y a percé deux fenêtres supplémentaires lors de sa rénovation. Sur les murs de la partie haute de la salle sont présentées une collection d'armes typique du Moyen-âge tel que des lances à fantassin (pertuisanes), des hallebardes, des carquois, des arbalètes (les plus puissantes armes de l'époque) et de grandes épées. Au-dessus de la cheminée figure une reproduction du tombeau de Philippe Pot, né dans le château en 1428, et dont le tombeau originel est exposé au musée du Louvre à Paris.

salle arme 4
La salle d'armes

salle armes 3
La cheminée de la salle d'armes

La cuisine, aménagée au début du XXe siècle, témoigne de la modernité appliquée lors de la rénovation du château. C'est une pièce spacieuse articulée autour d'un grand fourneau en fonte construit sur place en 1907. Il possède un foyer à charbon et un autre à bois ainsi que quatre fours et deux bains-marie de 50 l chacun. Sa particularité est de fonctionner en tirage inversé c'est-à-dire que le conduit de fumée passe sous le carrelage pour déboucher dans la cheminée.

cuisine 1
La cuisine

cuisine 3

La plus grande pièce du château est la salle à manger avec une superficie de plus de 100 m2. Son plafond à la française est soutenu par des poutres dont les extrémités sont sculptées de têtes de dragons ou engoulant qui sont supposés éloigner le mauvais sort et la mort. Les peintures murales furent réalisées au pochoir en 1924 et le mobilier date de la Renaissance et de la fin du XIXe siècle.

salle à manger 1
La salle à manger

salle à manger v4
La salle à manger

Dans la chambre aux fauteuils Dagobert se trouve un très beau lit à baldaquin en noyer avec quatre colonnes torsadées et sculptées de style Louis XIII. Devant la cheminée est placé un coffre de mariage recouvert de cuir "chagrin" orné de clous en laiton. Il est entouré par une paire de fauteuils Dagobert en chêne sculpté.

chambre dagobert
La chambre aux fauteuils Dagobert

La chambre à la légende est une pièce à l'ambiance médiévale peinte de couleurs vives et décorées de teintures masquant les épais et froids murs de pierre. Sur le manteau de la cheminée sont représentées les armoiries de la famille Pot. Les cimeterres figurant sur le blason sont dus à la bataille de Nicopolis où combattit Régnier Pot. Sous les armoiries, est inscrite la devise de la famille "A la belle tant elle vault" dédiée à la Vierge Marie.

chambre legende
La chambre à la Légende

Au sommet de la tour se trouve la chambre chinoise. Celle-ci fut offerte en 1880 à Sadi Carnot, alors ministre des Travaux publics, par l'impératrice de Chine Tseu-Hi. Dans la Chine ancienne, offrir un lit était l'expression d'un profond hommage, car le lit était le meuble le plus important dans le mobilier chinois. En face de la statue de Bouddha, ornant cette chambre, sont placés deux chiens Fô. Selon la légende, ces chiens précédaient Bouddha lors de ses promenades en forêt et se transformaient en dragons pour le protéger.

chambre chinoise 1
La chambre chinoise

chambre chinoise 3
Le lit de la chambre chinoise

Ces photographies ont été réalisées en septembre 2017.

 

Y ACCÉDER:

De Beaune, prendre la direction de Pommard et de Nolay par la D973. Le château de la Rochepot est situé dans le haut du village de Rochepot.

La visite du château est payante.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 23 janvier 2018

Cette page a été mise à jour le 23 janvier 2018