L'ancienne papeterie Vallée

La vallée du Léguer, au nord de Belle-Isle-en-Terre, fut au XIXe et XXe siècle profondément marqué par l'industrie du papier. Durant 75 ans, la papeterie Vallée, installée à cet endroit, fut le seul fournisseur d'articles pour écoliers en Bretagne et dans les départements voisins. Il en subsiste les ruines aujourd'hui aménagées pour la visite.

papeterie vallée 1

papeterie vallée 2

Le papier fut inventé en Chine au cours du IIIe siècle apr. J.-C. et introduit en Europe au VIe siècle. Le premier moulin à papier de France fonctionna à Troyes au cours du XIVe siècle. Un siècle plus tard fut mis en route le premier moulin à papier en Bretagne. Le moulin de Gaslan à Pleyben-Christ (Finistère) produisit du papier à partir de 1629.

En 1813, les Andrieux, négociant à Morlaix, rachetèrent presque tous les moulins (28) autour de Morlaix. Deux ans plus tard, Jean-François Vallée s'associa avec eux dans cette entreprise pour fabriquer du papier. En 1843, la société "Andrieux, Vallée Père et fils et Compagnie" acheta tous les moulins à blé de Traou-Bruno à Plounevez-Moëdec et ceux de Loc-Maria en Belle-Isle-en-Terre. En 1855, Jean-François Vallée installa au bord du Léguer à Belle-Isle-en-Terre la première machine à papier qui fut opérationnelle en 1856. En 1850, 250 machines à papier fonctionnaient en France. La papeterie Vallée occupera progressivement tout le fond de la vallée. Elle produisit en 1858, 300 tonnes de papier. En 1860, les 100 ouvriers produisirent 375 tonnes de papier à partir de chiffons récoltés par une armée de chiffonniers.

papeterie vallée 4

papeterie vallée 16

papeterie vallée 3
Piles hollandaises : Il s'agit d'un cylindre muni de lames métalliques permettant d'obtenir par broyage en 4 h une pâte à papier fine et homogène.

papeterie vallée 6
Ancienne chaudière

Au décès de Jean-François Vallée en 1868, la société fut reprise par ses fils et renommée "Société Vallée Frères et Cie". Théodore Vallée s'occupait de la fabrication, son frère Adolphe s'occupait de la chiffonnerie, de la salle de triage et de l'expédition, leur beau-frère, Joseph Mairet, avait en charge la mécanique de la papeterie et leur autre beau-frère, Eugène de Jaegher, s'occupait de la comptabilité. En 1874, la papeterie employait 120 ouvriers et produisait 1000 tonnes de papier. En 1891, les fils de Théodore, Yves et Charles, prirent la direction de l'usine. À la fermeture de la papeterie Andrieux à Pleyber-Christ en 1898, les ouvriers de cette dernière furent embauchés par la papeterie Vallée. Lorsqu'Olivier Vallée, le dernier fils d'Adolphe, prit la gérance de l'usine en 1907, le repos du dimanche fut instauré.

papeterie vallée 18

papeterie vallée 19

papeterie vallée 20

papeterie vallée 28

En 1912, la production de papier fut de 1700 tonnes. Après la démobilisation d'Olivier Vallée en 1917, la papeterie contribua à l'effort de guerre en produisant du coton à nitrer (nitrocellulose) pour les poudreries de l'armée. En 1920 fut entreprise la construction du barrage de Kernansquillec en aval de l'usine. Le premier barrage à voute de Bretagne avait une largeur de 110 m et une hauteur de 15 m. Il créa une retenue d'eau de 12 hectares et la chute d'eau de 13 m de hauteur produisit l'électricité nécessaire à l'usine. Celle-ci était acheminée à l'usine par une ligne de 3 km de longueur. En 1926 fut mise en service une nouvelle machine à papier à grande vitesse construite par Cordebart et Michaud d'Angoulême. À partir de 1937, les besoins en électricité de l'usine furent complétés par la compagnie Lebon. À la veille de la 2e guerre mondiale, la papeterie Vallée employait 250 ouvriers et faisait vivre plus de 1000 familles. C'était alors une des plus grandes industries de Bretagne.

papeterie vallée 24

papeterie vallée 26

papeterie vallée 13

papeterie vallée 15

En 1947, la production atteignit 2000 tonnes de papier. À partir de 1949, d'importants investissements furent réalisés afin d'accroitre la productivité. En 1956, celle-ci était de 4000 tonnes de papier et de 300 tonnes de coton à nitrer. La papeterie exploitait alors trois machines à papier et arrêta la production de papier journal pour se concentrer sur le papier sulfurisé et le papier buvard. À partir de 1960, la concurrence européenne se faisant de plus en plus vive, la papeterie arrêta d'utiliser les chiffons comme matière première et ferma la chiffonerie. En 1961 la papeterie Vallée trouva un accord avec le papetier belge Genval-Balatum aboutissant au transfert de 85 % de ces actions à la filiale "Unipa" de ce dernier. La société des Papeteries Vallée fut dissoute en juin 1964. Le dernier rouleau de papier fut produit le 27 février 1965 et la papeterie ferma ses ateliers définitivement le 1er mars 1965. Le barrage de Kernansquillec fut démantelé en 1996 et le site fut réhabilité en 2005.

papeterie vallée 27

papeterie vallée 10

papeterie vallée 34
La maison du patron

papeterie vallée 35

Ces photographies ont été réalisées en mai 2021.

 

Y ACCÉDER:

De Belle-Isle-en-Terre, prendre la direction de Plounevez-Moëdec. Avant la sortie du village, au niveau du "Le bas de la Côte", prendre le chemin à droite rejoignant le Léguer. Suivre ce chemin en prenant au prochain embranchement à droite (Allée des Frères Vallée).

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 3 octobre 2021

Cette page a été mise à jour le 3 octobre 2021