Le four à boulets de
la Pointe du Roselier

La Pointe du Roselier s'avance dans la baie de Saint-Brieuc et vient protéger le port de Saint-Brieuc et l'anse d'Yffiniac. Ses falaises dominent de leur 60 m de hauteur l'estran.

pointe roselier 1

pointe roselier 7

De la Pointe du Roselier, le regard porte, en fonction du temps, sur toute la baie, voire au-delà, depuis Saint-Quay-Portrieux, au nord-ouest, au cap d'Erquy, au nord-est. C'est peut-être cette vue exceptionnelle qui prévalut au choix d'y implanter le monument aux disparus en mer. S'y trouve également un monument aux 50 victimes, dont onze Costarmoricains de l'explosion du pétrolier français Bételgeuse, le 8 janvier 1979, lors de son déchargement dans la baie de Bantry en Irlande. Le Bételgeuse était un pétrolier long de 281 m et 121 000 t, construit en 1968 aux Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire. C'était à l'époque le plus grand pétrolier français.

monument betelgeuse
Monument aux victimes du petrolier Betelgeuse

monument disparus 1
Monument aux disparus en mer

monument disparus 2
Monument aux disparus en mer

monument disparus 5
Monument aux disparus en mer

La Pointe du Roselier fut utilisée pour assurer la défense des côtes françaises contre l'ennemi juré que furent durant de longues années, les Anglais. Pour interdire l'accès à Saint-Brieuc, des canons y furent installés. Au début du XIXe siècle, il s'agissait de deux canons de calibre 36 (poids du boulet en livres). Au XVIIIe siècle, les ingénieurs militaires eurent l'idée de chauffer au rouge les boulets des canons afin de mettre le feu aux navires ennemis. Ils conçurent ainsi un four à boulets permettant de chauffer les boulets en 35 minutes à la température de 800 à 900 °C. Le boulet était ensuite enfourné à l'aide de pinces dans la gueule du canon. Celui-ci était préalablement chargé d'une gargousse de 2,8 kg de poudre, d'un bouchon de foin sec et d'un bouchon de foin humide ou de goémon.

roselier 3

roselier 5

four a boulets 8
Le four à boulets

roselier 4

Les fours à boulets furent installés sur les côtes sur ordre du ministre de la Guerre en 1794. Celui de la Pointe du Roselier, un des rares subsistants, fut construit en pierre de taille de granit. Présentant un plan en "L", il est long de 5 m, large de 3,80 m et haut de 2,20 m. Il est muni d'un toit en plan incliné vers l'arrière, couvert de moellons de schiste et de brique. La gueule de chargement s'ouvre à l'arrière. Elle est large de 0,67 m et est constituée de trois rayures pouvant accueillir une vingtaine de boulets. À l'avant, la goulotte réceptrice est longue de 1,30 m. Pour son fonctionnement, le four nécessitait 5 servants. Le four à boulets fut restauré par la commune de Plérin.

four a boulets 12

four a boulets 2.

four a boulets 3
La gueule de chargement

four a boulets 9
Le foyer du four à boulets

Ces photographies ont été réalisées en ami 2021.

 

Y ACCÉDER:

L'accès à la Pointe du Roselier est fléché depuis le centre-ville de Plérin (route D36).

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 3 octobre 2021

Cette page a été mise à jour le 3 octobre 2021