L'abbatiale d'Andlau

L'abbaye d'Andlau fut fondée par l'impératrice Richarde à un emplacement que lui aurait, selon la légende, indiqué une ourse. En son souvenir, l'abbaye abrita durant de nombreux siècles un ours. Actuellement se trouve dans la crypte de l'abbatiale une statue d'ours, réputée comme une pierre fertilisante.

andlau 1

andlau 2

Richarde (840-906), native d'Alsace, était la femme de l'empereur d'Occident Charles III le Gros (839-888). D'un caractère trop faible pour gouverner efficacement son empire, il le laissa aux mains de sa femme qui s'adjoignit comme conseiller Liutward, l'évêque de Verceil en Italie. Cela créa des convoitises et des courtisans jaloux complotèrent pour allumer dans le cœur de Charles de la jalousie. Après de longues années de mariage sans qu'un héritier ait vu le jour, Charles saisit l'occasion pour accuser sa femme d'adultère. Liutward fut chassé de la cour et Richarde fut répudiée. Pour prouver son innocence, Richarde se soumit à l'ordalie, l'épreuve du feu. Revêtue d'une chemise enduite de cire, Richarde traversa un feu sans subir la moindre brulure. Innocentée par Dieu, mais meurtrie par le soupçon des hommes, Richarde partit en ermite dans la forêt. Elle y eut la vision d'un ange lui enjoignant de fonder une abbaye à l'endroit que lui indiquerait un ours. Selon une autre version de la légende, Richarde aurait eu cette vision en priant sur la tombe de Sainte-Odile. En remontant le val d'Eléon, autre nom du val d'Andlau, sur les bords du ruisseau, Richarde vit une ourse creusant une fosse pour y enterrer son ourson mort. Ce fut à cet endroit que Richarde fonda son abbaye. En souvenir de cet événement, l'abbaye entretenait un ours. Chaque boulanger qui venait vendre son pain au marché d'Andlau devait donner un pain chaque semaine pour nourrir cet ours. Après un accident où un ours tua un enfant, celui-ci fut remplacé par une statue. L'abbaye offrait également l'asile à tous les montreurs d'ours passant sur ses terres.

andlau 13
Les reliques de Saint-Lazare

andlau 8

Richarde fonda l'abbaye d'Andlau en 880. Contrairement aux dires de la légende cette fondation eut lieu sept ans avant sa répudiation. Après cet événement, Richarde se retira à l'abbaye. Richarde rédigea la règle de l'abbaye et les fit approuver par le Pape Jean VIII. L'abbaye était destinée à accueillir des femmes nobles qui devaient faire preuve d'au moins seize quartiers de noblesse. Richarde y ramena également, aux alentours de 899, les reliques de Saint-Lazare de Constantinople. L'empereur Henri II plaça l'abbaye sous statut d'immédiateté (indépendance) d'empire en 1004. Après un incendie, l'abbatiale fut reconstruite en 1045 par l'abbesse Mechthilde, nièce du Pape alsacien Léon IX. Celui-ci canonisa Richarde en 1049 lors de son passage à l'abbaye qui devint alors un lieu de pèlerinage.

andlau 6
La nef de l'abbatiale

andlau 11
Sainte Richarde avec l'ourse

L'abbesse Hadewitz fit construire, en 1130, le portail et le massif occidental qui fut orné d'une frise haute de 60 cm et longue de 30 m. Sur cette frise est représenté le mal répandu dans le monde opposé à la paix de Dieu. Dans la nuit du dimanche de Pâques 1160, un incendie détruisit l'abbatiale. Il ne resta que la crypte, le tombeau de Sainte-Richarde et le portail occidental. Les abbesses de l'abbaye d'Andlau reçurent, en 1288, le droit de porter le titre de princesse du Saint Empire romain germanique avec droit de vote aux diètes de l'empire. L'empereur du Saint Empire romain germanique, Charles IV, déclara, en 1347, l'abbaye exempte de toutes charges et contributions et confirma le titre de princesse de l'Empire aux abbesses.

andlau 7

andlau 32
Le portail du massif occidental

En 1429, l'abbesse Sophie II reconnut à la cité d'Andlau le rang de ville, permettant par là aux seigneurs d'Andlau de construire une enceinte fortifiée autour de la ville. Sollicité par l'abbesse Sophie, le Pape Eugène IV confirma en 1435 puis à nouveau en 1444 les privilèges de l'abbaye. C'est à cette époque que le chœur de l'abbatiale fut reconstruit pour la troisième fois. Au cours de la guerre de Trente Ans, les moniales et les reliques de l'abbaye trouvèrent refuge en Suisse. En juillet 1622, les troupes d'Ernest II Von Mansfeld pillèrent et incendièrent l'abbaye lors de leur passage en Alsace et en Lorraine. Il faudra attendre 1658 pour la voir reconstruite. Dans le traité de juillet 1686, Louis XIV confirma les privilèges de l'abbaye.

andlau 19

andlau 9

La nef et les parties hautes du transept et du chœur furent reconstruites en style baroque entre 1698 et 1703 et le massif occidental fut restauré et surmonté d'un clocher en 1704. Le clocher prit sa forme actuelle en 1732. À la Révolution française, l'abbaye fut supprimée et, après une période de désaffectation, l'église, dédiée à Saint-Pierre et Saint-Paul, devint église paroissiale. Les bâtiments de l'abbaye servirent à partir de 1816 de cantonnement à la troupe. L'abbatiale fut classée Monument historique en 1846.

andlau 18
L'ourse dans la crypte

andlau 20
La crypte

Le dernier ours des Vosges aurait été tué en 1695 par le garde forestier du château d'Andlau. Ce qui est plus sûr, c'est le fait que la statue de l'ours de l'abbaye, installée sous le porche de l'abbatiale, fut transférée dans la crypte en 1857. Cette statue est renommée comme étant une pierre fertilisante donnant un mari à la jeune fille et un enfant à la femme mariée qui vient lui en faire la demande. La femme souhaitant enfanter doit, pour cela, s'assoir sur l'ours. L'ours assure la garde d'un autre lieu de guérison. Au pied de l'ours se trouve une trappe fermant une cavité cylindrique donnant sur la terre sous la crypte. Cette terre à la réputation de guérir les paralytiques. Pour espérer obtenir la guérison, il faut que les malades placent leurs jambes dans la cavité.

andlau 14
L'ourse

andlau 15
La trappe donnant accès à la terre originelle

Ces photographies ont été réalisées en août 2007.

 

Y ACCÉDER:

L'abbatiale est au centre du village d'Andlau. L'ours se trouve dans la crypte.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 13 juin 2020

Cette page a été mise à jour le 13 juin 2020