Les tumulus de Ricoh

L'usine Ricoh
Le site de l'usine Ricoh à Wettolsheim

Le projet de construction de l'usine "Ricoh" a permis de réaliser une grande opération de fouille. Ces fouilles ont eu lieu sur le site situé au sud de Colmar. Très rapidement, les archéologues retrouvèrent des centaines de tessons néolithiques, des outils en silex, des ossements d'animaux et un bracelet à boules à cannelures longitudinales daté du Hallstatt. Ce bracelet étant associé à des ossements humains, les archéologues présumèrent la présence d'une nécropole de l'âge du fer. Les fouilles furent poursuivies du printemps 1987 à la fin de l'année 1988. Elles s'étendirent sur 5 hectares. Elles exhumèrent des vestiges allant du Néolithique ancien (5300 av; J.-C.) jusqu'au Bas Empire romain, soit une période de cinq millénaires. La période du Néolithique ancien et la première partie du Néolithique moyen (5300 à 4700 av. J.-C.), ainsi que la période de la fin de l'âge du Bronze à l'époque romaine (900 av; J.-C. à 350 apr. J.-C.) sont les mieux représentées.

Les vestiges les plus anciens trouvés sur le site sont des maisons sur pilotis avec des fosses latérales, ainsi que quelques tombes. Ces éléments ont été rattachés à la civilisation préhistorique dite des "rubanés". Cette civilisation, en provenance de la région du Danube, est caractérisée par des poteries à décoration en traits incisés ou en rubans.

Un tumulus
Le tumulus principal

Une autre vue du tumulus
Une autre vue de cette tombe préhistorique

Les fouilles de la partie sud-est de la nécropole de l'âge du fer ont permis de découvrir sept tumuli. La partie fouillée contenait 14 incinérations et 21 inhumations. Les tumuli étaient très arasés expliquant le nombre restreint de tombes et pour certains, l'absence de tombe centrale. Les tumuli avaient un diamètre de 9 m à 14 m avec des contours parfois irréguliers. Un tumulus est nettement ovale et contient une seule tombe légèrement excentrée. Deux tumuli circulaires disposent d'une tombe centrale et un troisième comprend une tombe située à sa périphérie. Les autres tumuli n'ont livré aucune sépulture. Les autres inhumations sont des fosses ovales ou rectangulaires disséminées autour des tumuli. Quatre de ces tombes sont particulièrement remarquables par leur longueur, supérieure à 3 m, et par leur profondeur, plus de 2 m. Ce sont également les plus riches en trouvailles archéologiques. L'une d'elles possédait une couverture exécutée à l'aide de blocs en grès. Ces différentes inhumations sont, soit isolées, soit regroupées par deux ou par quatre.

Les incinérations sont disposées de manière identique, soit seules, soit groupées par deux. La tombe la plus richement dotée est celle d'un des tumulus. Le mobilier funéraire était composé de :

- deux anneaux retrouvés de part et d'autre de la tête du défunt et constituant probablement des boucles d'oreilles
- une perle de jais découverte au niveau du cou
- deux bracelets à boutons en bronze finement gravées à cannelures longitudinales qui ornaient les deux poignets
- cinq vases (quatre coupelles et une urne à col évasé dont la lèvre est peinte en noir et la panse décorée de croisillons) déposés au pied du défunt.

Cette tombe a été datée du Hallstatt.

Le bord du tumulus
Détail du tumulus principal

Dans la zone fouillée ont également été dégagés trois silos datés de la Tène ancienne (450 - 250 av. J.-C.). Ces silos ont été réutilisés en sépulture. Dans un des silos a été retrouvés à mi-hauteur, les restes d'une jeune femme de 20 à 25 ans. Son corps, appuyé contre la paroi, était paré d'un bracelet ouvert à tampons en bronze. En dessous de cette sépulture, sur le plancher du silo, ont été découverts les restes d'un cheval dont il manque le crâne. L'étude de ce cheval a permis de déterminer qu'il a été placé dans le silo en stade de décomposition avancé et que la décomposition s'est poursuivie à l'air libre au fond du silo. La tête a été retirée à ce moment-là. Par contre, aucune preuve ne permet d'affirmer que l'association des deux squelettes a été délibérée. Les corps humains inhumés dans ces silos étaient en position fortement contractée, c'est à dire avec les jambes repliées sur le ventre. Cette pratique funéraire est en contradiction avec les rites habituels de cette période. Nous sommes ici en présence d'une volonté de marquer une différence, pour ces défunts, par rapport aux autres membres du groupe social.

La totalité des fouilles est décrite dans la "Carte archéologique de la Gaule", de l'Académie des inscriptions et Belles Lettres, département du Haut-Rhin, page 306 à 309.

Vue sur les tumulus
Vue sur les tumuli

Le site reconstitué
Une autre vue du site reconstitué

Les Japonais, très respectueux des traditions et des ancêtres, ont reconstitués les tumuli dégagés lors des fouilles. Les tumuli ont été intégrés dans les espaces verts entourant l'usine "Ricoh".

Ces photographies ont été réalisées en 1995.

 

Y ACCÉDER:

L'usine "Ricoh" est située à la sortie sud de Colmar en direction de Rouffach et de Belfort. Les tumuli sont situés dans l'enceinte de l'usine, à côté du parking du personnel. Ils sont parfaitement visibles de la route. Mais peut-être arriverez-vous à convaincre le portier de vous laisser entrer sur le site.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 24 avril  2003

Cette page a été mise à jour le 21 février 2015