Le château de Kaysersberg

Le donjon du château domine fièrement le village de Kaysersberg élu parmi les villages préférés des Français. Mis à part ce donjon cylindrique et une partie du mur d'enceinte, il ne subsiste rien du château que des chercheurs de trésors ont totalement ruiné à la fin du XVIIIe siècle.

kaysersberg 2

chateau 2

Entre 1218 et 1227, le grand bailli Woelfelin édifia une forteresse pour l'empereur du Saint Empire germanique, Henri VII, sur des terres rachetées aux sires de Ribeaupierre. Elle était destinée à contrôler la voie d'accès entre la Lorraine et l'Alsace passant par cette vallée. En 1247, une guerre opposa l'empereur du Saint Empire germanique au Pape. L'évêque de Strasbourg s'employa alors à la destruction des châteaux des Hohenstaufen présents dans la région. Il obtint la reddition de la forteresse de Kaysersberg en menaçant ses défenseurs d'excommunication et d'interdit. Le château retourna dans l'escarcelle du Saint Empire germanique en 1263 lorsque Rodolphe de Habsbourg s'en rendit maitre. Entre 1264 et 1268, les remparts de la ville furent rattachés à l'enceinte du château. Rodolphe de Habsbourg en fit une de ces résidences en 1285.

chateau 13
Le donjon vue de la cour du château

chateau 5
Le donjon vue depuis l'attaque

chateau 17
L'entrée basse du donjon

Le château fut transmis en 1326 par Frédéric 1er de Habsbourg à ses deux frères. Louis III de Bavière (Empereur du Saint Empire germanique sous le nom de Louis IV) mit le siège au château puis s'en empara en 1336. En 1444, le château résista victorieusement aux assauts des "Ecorcheurs" ou "Armagnacs" à la solde du roi de France, Charles VII, qui ravagèrent l'Alsace et la Lorraine au cours d'une trêve franco-anglaise de la guerre de Cent Ans. Ce ne fut pas le cas en 1525, où il fut saccagé lors de la révolte des Rustauds.

chateau 8

chateau 10
La porte du haut château

chateau 19
La couleuvrinière

chateau 18

Le château fut restauré à partir de 1583 par Lazare de Schwendi, conseiller de l'empereur Charles Quint. Il fut cependant mentionné comme étant "délabré" en 1600 et fut définitivement ruiné par les Suédois, en 1632, au cours de la guerre de Trente Ans. À l'époque, le château aurait déjà été déserté. Il fut vendu comme bien national en 1796 au maire de Kientzheim. Le nouveau propriétaire fit détruire les logis pour planter des vignes. À la même période, les ruines furent ravagées par des chercheurs de trésors à la recherche des richesses des empereurs du Saint Empire germanique que la légende disait cachés au château. Les ruines furent rachetées par le Reichland d'Alsace-Lorraine en 1899 puis devinrent la propriété de l'état français en 1919. Elles furent classées Monument historique en 1930.

chateau 14
Emplacement du logis

chateau 20

chateau 11

chateau 16
Le créneaux du donjon

Le château occupe l'extrémité de la crête surplombant le village de Kaysersberg. Du côté de l'attaque se trouve un donjon cylindrique construit au cours du XIIIe siècle. Le donjon est enchemisé par la courtine de plan triangulaire. À l'arrière du donjon se trouve un vaste enclos où s'élevaient les logis et les dépendances pour une quarantaine de chevaliers. Le donjon a une hauteur de 22 m pour un diamètre de 11,40 m. Il possède des murs épais de 4 m, ce qui ne laisse subsister, au centre, que l'espace nécessaire à un escalier. L'entrée originelle se trouvait à 10,60 m de hauteur. Le crénelage à son sommet est un aménagement de la fin du Moyen-âge destinée à l'emploi d'armes à feu individuelles. Le donjon est protégé du côté de l'attaque par un mur "chemise" qui forme à cet endroit un bec. L'érection de ce mur est datée, à l'aide des morceaux de bois intégré à la maçonnerie, de 1264. Le mur fut rehaussé en 1380.

plan

chateau 23

chateau 3
La porte de 1264

Ces photographies ont été réalisées en mars 2020.

 

Y ACCÉDER:

Le château est accessible à pied depuis le centre du village de Kaysersberg.

village 1

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 7 avril 2020

Cette page a été mise à jour le 7 avril 2020