Les mégalithes des Yvelines

L'allée couverte de Conflans

En 1872 pour se débarrasser des dalles en grès qui encombraient un de ces champs, le seigneur des lieux, Monsieur de Loslier, fit appel à l'entrepreneur A. Dumé. Celui-ci, soupçonnant la présence d'une sépulture, prévint le préhistorien Guégan de l'Isle. Celui-ci ne put cependant pas à s'opposer à la destruction de ce qui s'avéra être une allée couverte. Le maire de Conflans parvint à racheter les dalles, mais lors des interventions de Guégan de l'Isle les dalles de couverture avaient déjà été débitées et la chambre vidée de sa couche archéologique. Par la suite, le préhistorien Alexandre Bertrand racheta les dalles pour le compte du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye et fit reconstituer l'allée couverte dans le fossé du château de Saint-Germain-en-Laye.

alle couverte conflans

À son emplacement initial, l'allée couverte était orientée nord-sud, avec son entrée disposée au sud, face à la Seine. Elle se compose d'une chambre et d'une antichambre séparées par une dalle transversale munie d'une ouverture en forme de hublot d'environ 55 cm de diamètre. La chambre a une longueur de 9,15 m et une largeur variant de 2 m à l'entrée à 1,25 m au niveau de la dalle de chevet et de 2,15 m au milieu. La hauteur va de 1,50 m à l'entrée à 2 m au niveau de la dalle de chevet. Celle-ci a 2,10 m de largeur et une hauteur de 2 m. La chambre est circonscrite par cinq orthostates de chaque côté. Elle est également divisée en deux parties par une dalle transversale. L'antichambre est longue de 2 m et sa largeur varie de 1,75 m à l'entrée à 2,20 m au niveau du passage vers la chambre. Les ouvriers chargés de la destruction de l'allée couverte exhumèrent une vingtaine de squelettes. Parmi le mobilier, qui fut dispersé et maintenant perdu, figuraient une espèce de poignard en silex taillé et une petite hache polie. Guégan de l'Isle signala également avoir retrouvé dans les déblais un grand nombre de silex taillés et plusieurs haches polies.

allée couverte conflans

plan conflans


Le dolmen de la "Pierre Ardoue".

De ce dolmen, actuellement très dégradé, ne subsiste qu'une dalle de couverture reposant sur quatre orthostates (peut être cinq). Cette dalle de couverture a une longueur de 3 m pour une largeur de 2,40 m du côté est-nord-est et de 3,60 m du côté ouest-sud-ouest. Son épaisseur est d'environ 55 cm. Le dolmen, classé Monuments historiques en 1906, est connu au moins depuis 1764 où il est mentionné sur la "carte des chasses" dressée par Jean-Baptiste Berthier. En 1841, il fut signalé à la Société Archéologique de Rambouillet et en 1842 au Comité des Arts et Monuments. Il fut alors décrit par Robert Franville de Montfort-l'Amaury dans un document non publié. Selon Auguste Moutié, qui a eu connaissance de cette description "la chambre fut vidée et creusée assez profondément pour donner accès sous la dalle et y établir bergerie, toit à porc ou cellier".

pierre ardoue

plan pierre ardoue


Le menhir de la "Pierre Drette"

La "Pierre Drette" est une dalle en calcaire lutétien, haute de 2,40 m, large de 3 m et épaisse de 0,60 m. Elle est orientée est-ouest. Près du sommet, elle est percée d'un trou naturel d'environ 6 cm de diamètre, ce qui lui a valu l'appellation de "pendant d'oreille de Gargantua". Le menhir est classé Monument historique depuis 1957.

pierre drette

 

Le menhir de la "Pierre Grise"

Ce menhir est un bloc en calcaire tendre haut de 1,90 m, large de 1,90 m et épais de 0,80 à 1 m. Il est orienté ouest-nord-ouest / est-sud-est et s'incline vers le nord-est. Selon Armand Cassan, en 1801 un habitant espérant, selon une antique tradition, y trouver un trésor y fit, pendant la messe de minuit, une fouille profonde de 2 m sans rien trouver.

pierre grise


L'allée couverte du "Trou aux Anglais"

Cette allée couverte fut découverte en 1880 par Henry Leroy, le garde-chasse de M. Bertin, le propriétaire du château de la Garenne. Henry Leroy en effectua alors la fouille. Il exhuma dans l'antichambre cinq squelettes et plus d'une trentaine dans la chambre. Parmi le mobilier retrouvé, figuraient une hache polie, deux haches dont seul le tranchant avait été poli, des grattoirs et lames, plusieurs pointes de flèches en silex, une petite hache en diorite, un pendentif en schiste, un polissoir à main et de nombreux tessons de céramique.

trou aux anglais 2

En 1892, M. Bertin fit don de l'allée couverte au musée des Antiquités nationales. Le monument, menacé de destruction par la construction d'un égout, fut transféré, en 1901, par la Société Normande d'Études préhistoriques dans le fossé du château de Saint-Germain-en-Laye. La reconstitution n'est cependant pas fidèle à l'original.

trou aux anglais 1

Originellement orienté est-ouest avec son entrée côté est, l'allée couverte se compose d'une chambre et d'une antichambre. Les deux étant séparés par un portique. L'antichambre a une longueur de 2,30 m et une largeur de 1,30 m. Elle est constituée de chaque côté de deux orthostates. La chambre a une longueur de 8 m et une largeur de 1,60 m. Haute d'environ 1,50 m, elle est circonscrite par sept orthostates du côté nord, par six orthostates du côté sud et par une dalle de chevet. Lors de sa découverte, l'allée couverte était déjà dépourvue de dalles de couverture.

plan trou aux anglais

Au niveau de la séparation de l'antichambre et de la chambre, la dalle de droite présente près du sommet du côté de l'antichambre une gravure haute de 65 cm représentant la déesse des morts. Cette même dalle présente, côté chambre, une hache gravée de 24 cm de longueur. Un autre orthostate de l'antichambre présente deux gravures superposées. Celle du haut représente une sorte de fenêtre constituée de quatre rectangles aux bords arrondis et celle du bas représente une forme humaine stylisée.

gravure trou aux anglais

 

Ces photographies ont été réalisées entre 2010 et 2020 .

 

Y ACCÉDER:

Les allées couvertes de Conflans et du "Trou aux Anglais" sont visibles dans le fossé du château de Saint-Germain-en-Laye (musée des Antiquités nationales).

Pour le dolmen de la "Pierre Ardoue", prendre de Saint-Léger-en-Yvelines la D38 en direction de Montfort-L'Amaury. Près du Clos-Renard, prendre à gauche la D111 en direction de Ganebaiseuil. Au niveau de la fourche au lieu-dit "Les bruyères", prendre le chemin à gauche vers le château de Pincourt. Poursuivre à pied le long du GR1 vers le dolmen.

Le menhir de la "Pierre Drette" se trouve au sud de Guitrancourt au lieu-dit "Les Terres Blanches". À Guitrancourt, aller au cimetière et suivre le chemin le plus à droite partant à côté du cimetière.

Le menhir de la "Pierre Grise" se trouve à 250 m du hameau des Loges sur le côté droit de la D115.2 allant de Bréval à Guainville.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 29 mars 2021

Cette page a été mise à jour le 29 mars 2021