La tour de Moricq

moricq 2

Au XIe siècle, la région eut à subir les incursions normandes et vikings. Il devint donc important pour les seigneurs de la région de protéger les embouchures des rivières et les ports. Une fortification est attestée à Moricq en 1090. Elle aurait été tenue par Giraudus de Morech, vassal de la forteresse de Talmont dépendant de l'Angleterre. À l'époque, le paysage n'avait pas le même aspect qu'aujourd'hui. Le rivage actuellement distant de plusieurs kilomètres se trouvait aux abords immédiats de Moricq qui était un port actif. C'est à cet endroit que le Lay se jetait dans l'océan. Grues, Triaize et St-Michel-en-l'Herm étaient des iles. L'assèchement progressif des marais à partir du XVIIe siècle provoqua l'ensablement de l'embouchure du Lay et la constitution de la côte actuelle.

moricq 7

Par le biais des successions, la fortification de Moricq devint la propriété des Princes de Talmont en 1414. Le maire de La Rochelle Regnaud-Girard, membre de la noblesse vendéenne et homme de confiance du roi Charles VII, acquit la fortification en 1430. En 1435, il fait détruire la fortification, plus ou moins ruiné, pour y construire un château-fort dont la tour actuelle est le donjon. Cette tour est établie sur l'ancienne motte féodale et réutilise les caves de l'ouvrage précédent comme en attestent les voutes romanes de ses sous-sols.

moricq 8

Ce château va désormais contrôler tout mouvement maritime ou fluvial entre l'arrière-pays et La Rochelle. Établi à 4,50 m au-dessus du niveau de la pleine mer, il est défendu par de profonds fossés. L'accès au château se faisait par une porte à chicane et un pont-levis. La tour, de forme carrée de 14,70 m de côté, possède un large couronnement avec des mâchicoulis permettant le bombardement des assaillants s'approchant au pied du mur. Les angles est, sud et ouest sont munis d'échauguettes permettant de prendre sous les tirs d'arbalète (plus tard au fusil) les pieds des murs. Le château tiendra son rôle jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans (qui se termine en 1453) puis dans les échauffourées liées à la succession du duché de Bretagne. Le mariage d'Anne de Bretagne et du roi de France Charles VIII en 1491 pacifie la région. Le château de Moricq y perd son intérêt militaire. Il sera réutilisé par les protestants au cours des guerres de religion entre 1565 et 1628. Après le siège de La Rochelle en 1628, Richelieu fait partiellement démanteler le château. Le donjon y perdra une grosse tour d'angle abritant un escalier à vis donnant accès aux étages. Le donjon, seul survivant du château, servira de prison pour les protestants après la révocation de l'Édit de Nantes en 1685.

moricq 9

moricq 11

Après être passée entre les mains de divers propriétaires, la tour devient la possession de Mme de La Taste vers 1730. Après avoir obtenu l'autorisation d'assécher les marais des environs, elle rétablit le port de Moricq et fait transformer la tour en grenier à blé. C'est de cette époque que date la construction d'un mur de refend constitué d'arcade supportant des planchers supplémentaires. Visiblement, ce mur reste, à l'heure actuelle, le seul aménagement interne subsistant. Le port de Moricq restera actif comme port céréalier jusqu'au tout début du XXe siècle où l'ensablement de la côte le rend définitivement impraticable. Malgré son classement aux Monuments historiques en 1915, la tour est définitivement abandonnée aux outrages du temps à cette époque. La tour est acquise en 1988 par la commune de Moricq qui y entreprend des travaux de sauvetage et de consolidation. Elle fera poser un toit provisoire permettant la mise hors eau de la tour.

moricq 3

La tour possède également son lot de légendes. Ainsi un souterrain relierait la tour à l'église d'Angles. Nul ne l'a trouvé pour l'instant. D'étranges signes gravés sur la façade nord de la tour seraient un plan permettant de retrouver un trésor enfoui dans les entrailles de la tour. La légende nous apprend qu'il s'agit d'un coffre en cuivre jaune (ou en or) qui ne serait accessible qu'au moment du Sanctus de la messe de minuit à Noël. Beaucoup ont essayé de retrouver le trésor, mais personne ne s'est vanté de l'avoir trouvé. La tour aurait également été construite par les fées. Celles-ci, habitant les souterrains de la région, s'en seraient acquittées en une seule nuit (comme pour toutes leurs constructions). Les matériaux nécessaires auraient été transportés à l'aide de trois dornées. La dornée, mot du patois local, désigne la poche que forme le tablier des paysannes en remontant les bords.

moricq 13

Ces photographies ont été réalisées en juillet 2012.

 

Y ACCÉDER:

De la Tranche-sur-Mer, prendre la direction d'Angles par la D747. Au rond-point, prendre à droite vers Moricq. Traversez le village en direction de Grues par la D25. À la sortie du village, prendre le chemin sur la gauche.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 14 octobre 2012

Cette page a été mise à jour le 23 février 2015