Les Dentelles de Montmirail

les dentelles
Les Dentelles du Grand Montmirail

Malgré l'imposante présence du Mont-Ventoux, le massif des Dentelles de Montmirail ne passe pas inaperçu. Ces crêtes délicatement ciselées par l'érosion attirent le regard de loin. Les dalles de calcaire, érigé à la verticale, sont devenues, ces dernières années, le paradis de l'escalade. Un grand chemin de randonnée en fait le tour et quelques sentiers traversent le massif. Ces pentes ont été colonisées à partir du XIXe siècle par les vignerons dont la production a vite acquis une renommée mondiale.

dentelles sarrasine
Les Dentelles Sarrasines

dentelles

grand montmirail
Le Grand Montmirail

La formation des Dentelles remonte à la lointaine époque du trias. À cette époque, la Provence était recouverte par une mer peu profonde et soumise à un climat chaud et aride. À la charnière entre le trias et le jurassique (205 à 195 millions d'années [Ma]) va s'accumuler au fond de cette mer une couche de près de 400 m d'épaisseur. Les couches de gypse et de sel gemme alternent avec des dolomies et des marnes colorées. Dans le Vaucluse, cette couche est située actuellement à 6000 m de profondeur. Durant le jurassique, la plate forme provençale s'effondre lentement. La mer peu profonde et fermée de la fin du trias s'ouvre sur la mer alpine et devient une mer profonde : la fosse vocontienne. Dans cette fosse, dont la profondeur excède les 3000 m, vont s'accumuler les matériaux en provenance du Massif Central. Des marnes, alternant avec des bancs de calcaire, se déposent au fond de la fosse. Ils forment les marnes bleues oxfordiennes (161 à 155 Ma). Au dessus s'installe une couche de vase claire que le temps transformera en calcaire, le calcaire tithonien. À la fin du jurassique, plusieurs centaines de mètres de sédiments se seront accumulées dans la fosse vocontienne.

dentelles sarrasines
Les Dentelles Sarrasines

dentelles
Les Dentelles Sarrasines

Durant le crétacé (145 à 65 Ma), le régime de sédimentation ne change pas fondamentalement. La fosse accumule les vases et les restes d'animaux marins. Entre 130 et 125 Ma cette sédimentation s'accélère pour former une couche de 800 m de calcaire, le calcaire urgonien (barrénien et aptien). Ce calcaire forme aujourd'hui l'ossature des Monts du Vaucluse, du Mont-Ventoux et des monts du Lubéron. Durant les périodes du paléocène, de l'éocène et de l'oligocène, l'ancien tertiaire (65 à 24 Ma), la fosse vocontienne se comble définitivement. La mer laisse la place à des terres émergées. La formation des Pyrénées et des Alpes, liées aux collisions des péninsules ibérique et italienne avec le continent européen, va créer de fortes tensions dans la croute terrestre et générer un "accident" géologique. Le sel possède une densité plus faible que les roches et devient malléable lorsqu'il est soumis à une forte pression. Sous la pression des Alpes et des Pyrénéens, la couche de sel gemme accumulé à la fin du trias va jaillir vers le haut à la faveur d'une fracture survenu dans la faille de Nîmes. La faille de Nîmes est la plus importante du sud-est de la France. Elle se situe à plusieurs kilomètres de profondeur, prend naissance en Catalogne, traverse le Midi et se perds dans les Alpes. Cette poussée du sel gemme vers le haut prend la forme d'un champignon et se nomme un diapir. Dans le Vaucluse ce diapir va propulser vers le haut en les redressant à la verticale les couches calcaires du tithonien (150 à 145 Ma). Les Dentelles de Montmirail sont nées.

chemin d'accès
Le chemin d'accès aux crêtes des Dentelles Sarrasines

dans les dentelles
Les crêtes des Dentelles Sarrasines

diapir
Géologie des Dentelles de Montmirail

Au miocène (24 à 5,5 Ma), la mer envahit à nouveau le couloir rhodanien et contourne les Alpes par l'ouest et le nord. Les Dentelles de Montmirail et le Mont-Ventoux sont des iles autour desquelles les courants marins accumulent des dunes de sables issus de l'érosion des Alpes naissantes. Le rocher de Rocalinaud est ainsi formé. La mer se retire définitivement durant le pliocène (5,5, à 2,5 Ma). Depuis, le massif des Dentelles de Montmirail subit l'érosion pluviale et venteuse provoquant de nombreux éboulis que les torrents puissants liés à la fin des périodes glaciaires du pléistocène (2,5 Ma à 11 000 ans) ont déblayés.

Vue des sommets
Vue vers le massif de St Amand

entre les dentelles
Vue vers le sud depuis les Dentelles Sarrasines

Le massif des Dentelles de Montmirail est constitué de trois arêtes parallèles. Au nord-est se trouve la crête de Saint-Amand qui culmine à 732 m, au centre se trouve les Dentelles Sarrasines avec leurs 667 m d'altitude et au sud le Grand Montmirail domine de ses 553 m la plaine du Comtat Venaissin. Ces trois arêtes sont séparées par des vallons recouverts d'une chênaie verte souvent impénétrable. De vaillants vignerons, reconnaissant dans les terres constituant ces vallons un admirable terroir défrichèrent quelques parcelles pour y planter leurs vignes. La chênaie qui occupe le fond des vallons cède avec l'altitude la place à la garrigue qui s'amenuise peu à peu pour laisser la place à l'univers minéral des crêtes.

Dentelles Sarrasines
Le Grand Montmirail

Dentelles sarrasines
Les Dentelles Sarrasines

Ces photographies ont été réalisées en août 2011.

 

Y ACCÉDER:

De Beaumes-de-Venise, rendez-vous à Lafare puis suivez la petite route vers les Dentelles et le domaine de Casan. Garez-vous au niveau du parking dans le virage précédent la descente vers le domaine. Le sentier des Dentelles débute dans les vignes du côté gauche de la route après les bâtiments du domaine. Le sentier entame très rapidement la montée (rude) vers la crête Sarrasine. Le sentier (balisage rond bleu) suit la crête en montant et en descendant. Après un passage au nord de la crête, il passe sur le versant sud. Certains passages sont proches de l'escalade. Au bout de la crête (si vous rencontrez un embranchement, poursuivez tout droit), le sentier entame une forte descente très glissante sur les petits cailloux pour déboucher sur une piste carrossable. Prendre sur la gauche et passer le portail (et oui un portail en pleine nature). Le sentier reprend sur la droite de la citerne (rond bleu ou jaune). Après une montée et un passage à escalader, il entame la descente le long du versant nord du Grand Montmirail. Au bout d'un certain temps de marche, il faut prendre sur la gauche la forte descente vers le fond du vallon pour traverser le lit du torrent à sec (en été). Poursuivre ensuite vers la droite (rond jaune). Deux passages dans le lit du torrent vous conduisent vers une parcelle de vigne qu'il faut longer pour entreprendre une dernière montée qui débouche sur le parking.

Pour des sportifs, 2h30 devrait suffire, pour les autres compter un minimum de 4h pour cette randonnée où une bonne condition physique est indispensable.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 10 octobre 2011

Cette page a été mise à jour le 23 février 2015