Les dolmens de Peyrecor

Les collines situées au nord-est d'Oloron-Sainte-Marie et plus précisément entre les villages de Prècilhon et Escou ont été utilisées par les hommes du néolithique pour y implanter leurs monuments funéraires. Sur les points hauts se trouvent, alignés selon une direction sud-est/nord-ouest, quatre dolmens.

peyrecor 15
Le dolmen de Peyrecor II

Le dolmen de Peyrecor I a été fouillé pour la première fois (officiellement) en 1866 par Paul Raymond qui n'y découvrit aucun objet. En 1933, M. Camblong, curé d'Escout, démonta une partie du dolmen. Il utilisa huit dalles pour faire les fondations de la croix qu'il érigea à côté. Il a indiqué qu'il fallut douze paires de bœufs pour extraire les dalles du tumulus. Celui-ci a une forme ovale, d'une longueur de 16 m et d'une largeur de 12 m. Du dolmen il ne subsiste plus qu'une cavité longue de 5 m, large de 1,65 m et profonde de 1,30 m. Il ne reste qu'un orthostate en place. Il a une longueur de 2,10 m, une hauteur de 1,50 m et une épaisseur de 0,30 m.

peyrecor 3
Les restes du dolmen de Peyrecor I

En 1957, l'abbé Barandiaran remarqua, à proximité, un autre tumulus d'un diamètre de 12 m et de 0,90 m de hauteur. Il y vit quatre dalles de grès entièrement noyées dans le tumulus et disposées en arc de cercle. En 1979, J. Blot décrivit le même tumulus et le dénomma dolmen de Peyrecor II. En 1981, un début de défrichage et de nivèlement du tumulus fut interrompu par l'intervention de G. Marsan, correspondante de la DRAP. Une nouvelle tentative de destruction en 1989 provoqua l'intervention du Ministère des Affaires Culturelles qui autorisa une campagne de fouilles (1990 à 1993) suivie de la restauration du monument en 1994.

peyrecor 5
La croix et les dalles restantes du dolmen de Peyrecor I

Les fouilles ont mis à jour un tumulus de 12,50 m de diamètre circonscrit par un mur de parement construit avec de grandes dalles de grès posées horizontalement. Ce mur, constitué de 4 à 8 niveaux de dalles, a une hauteur de 0,90 m et une épaisseur de 0,70 à 1 m. Il présente une légère inclinaison vers l'intérieur en montant. À l'intérieur du tumulus, un deuxième massif, de forme ovale et de 1 m d'épaisseur, entoure le dolmen. Le remplissage du tumulus est constitué de terre argileuse. Le dolmen intégré au tumulus est constitué de deux orthostates côté nord, de deux orthostates côté sud et d'une dalle de chevet. L'ouverture de la chambre est au sud-est. Les orthostates alternent avec des murs en pierre sèche. Les orthostates sont disposés dans des tranchées de 10 à 20 cm de profondeur. La chambre a été placée dans une fosse de 40 à 50 cm de profondeur par rapport au sol environnant. Elle a une forme de trapèze avec une largeur de 0,80 m, à l'entrée, et de 1,60 m au niveau du chevet. Sa longueur est de 3,30 m. La hauteur de la chambre a été estimée à 1,20 m. La couverture de la chambre est absente, certainement détruite lors du défrichage. Un reste de dallage a également été retrouvé. La dalle de chevet en grès jaune a été partiellement détruite (sur la moitié de sa hauteur). Cette destruction est supposée ancienne et correspond certainement à une violation de sépulture.

peyrecor 8
Le dolmen de Peyrecor II

Ce dolmen présente une chambre et un couloir non différencié qui s'ouvre en façade du tumulus. Le dolmen n'est pas centré, mais en position radiale du côté est du tumulus. Cette architecture est dominante dans les dolmens du Quercy. En 1981, G. Marsan a dégagé, dressé devant le chevet, une dalle en grès jaune haute de 1,12 m, large de 0,55 m et épaisse de 9,50 cm. Le rôle de cette dalle est inconnu. S'agit-il d'une stèle ou d'une réparation de la dalle de chevet suite à sa destruction ? L'accès à la chambre fut condamné par des blocs de pierre dressés en arc de cercle. Dans une niche aménagée dans ce mur fut retrouvée, dressée sur son tranchant, une hache polie. La présence de nombreux charbons de bois laisse supposer que la condamnation du dolmen fut réalisée par un incendie.

peyrecor 10
Le dolmen de Peyrecor II

Les fouilles ont mis en évidence cinq phases d'utilisation du monument. La première phase correspond à la construction du monument. Elle est datée de 2869 à 2300 av. J.-C. À la base du tumulus furent mis à jour 47 éclats de silex formant des lames et des lamelles de petite taille, mais aucune céramique. La deuxième phase, datée de 2500 à 2200 av. J.-C., correspond à la condamnation du monument. Les artefacts correspondant à cette période sont constitués de la hache polie retrouvée dans la niche du mur fermant le couloir, de 105 microlithes (lamelles et éclats) retrouvés sur le tumulus et d'un vase brisé retrouvé incomplet.

peyrecor 12
Le dolmen de Peyrecor II

La troisième phase est datée du bronze ancien (2400 à 2000 av. J.-C.). Elle est représentée par 132 microlithes, une meule dormante et 34 tessons de céramique correspondant à 6 vases. Ces pièces ont été retrouvées sur le parvis devant le tumulus. Durant cette période ont également été construites dans le tumulus cinq structures. La première, érigée côté sud, est une fosse ovale de 2,10 m sur 0,90 m. Elle ne contenait aucun mobilier, seulement des charbons de bois, daté par C14 de 2432 à 2036 av. J.-C.. La deuxième structure est une fosse ovale de 2,10 m sur 1,10 m et profonde de 0,83 m. Elle était totalement stérile. La troisième structure correspond à une fosse ovale de 2,40 m sur 0,90 m. La quatrième structure est un empilement de dalles de grès prélevé sur le tumulus et la cinquième structure est également une fosse de 2,30 m sur 1,80 m et profonde de 0,64 m.

peyrecor 14
La chambre du dolmen de Peyrecor II

La quatrième phase est datée du bronze final. Elle est représentée par un coffre, de 1,40 m sur 1,20 m, qui contenait des charbons de bois. Ils ont été datés par C14 de 1075 à 814 av. J.-C.. Durant la cinquième phase fut réalisé au niveau de la façade nord-est du tumulus une cuvette de combustion de forme ovale de 1 m sur 0,70 m et profonde de 25 cm. Des résidus, retrouvés dans cette fosse, ont été datés de 761 à 402 av. J.-C.. Il s'agit probablement d'un four de cuisson réalisé en argile.

plan
Plan du dolmen de Peyrecor II (sans échelle)

Sur les hauteurs d'Escou, le curé Camblong fit ériger en 1975 une deuxième croix. Il récupéra trois dalles en grès qu'il érigea en dolmen au pied de la croix. Ces dalles furent mise à jour par un engin de terrassement entre 1970 et 1975 à une cinquantaine de mètres de l'emplacement de la croix. Elles proviennent certainement, comme le pensait le curé Camplong d'un autre dolmen détruit par les travaux agricoles. Les différentes dalles en grès, constituant ces dolmens, sont issus des affleurements du flysch campanien, situé 200 m en contrebas dans la plaine.

escou 2
La croix d'Escou

escou 8
Le dolmen d'Escou

D'autres informations et théories sur les mégalithes sont consultable sur la page "Les mégalithes".

Ces photographies ont été réalisées en septembre 2014.

 

Y ACCÉDER:

À Escout, suivre le fléchage "Dolmen de Peyrecor" qui monte sur la colline. Après le passage du bois, s'arrêter au croisement entre la route et un chemin en terre de chaque côté de la route. Attention, dans la colline le fléchage est inversé. Suivre au croisement, le chemin de gauche qui mène au dolmen et au tumulus.

Coordonnées GPS
43 N 11' 50"
00 W 33' 01"
Altitude 377 m

À Escou, traversez le village en allant tout droit. Après le passage du pont, prendre la route à gauche montant vers la colline.

Coordonnées GPS
43 N 11' 34"
00 W 32' 07"
Altitude 399 m


Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

Cette page a été mise en ligne le 13 décembre 2014

Cette page a été mise à jour le 13 décembre 2014