L'église ruinée de Champlieu

Champlieu est surtout connu par ses ruines gallo-romaines. Mais, à quelques centaines de mètres, se trouve une ancienne église, en ruine depuis 1814, qui mérite également votre visite.

chapelle champlieu 16

La plus ancienne mention de Champlieu date de 1186 où un lieu nommé Campilocum, dépendant de l'abbaye bénédictine de St-Crespin-le-Grand à Soissons et dédiée à Notre Dame de la Nativité, apparait. En 1194, la comtesse Éléonore, fille posthume de Raoul de Crépy, offre une rente de 20 sols à Ste Marie de Champlieu. Le site est de nouveau mentionné au XIVe siècle, où il dépend du prieuré de St Thibaut de Bazoches. Louis XI fit don au site de la fameuse pièce des "Ouis". Selon l'abbé Claude Carlier, qui écrivit entre 1728 et 1768, l'Histoire du duché de Valois, le site subit plusieurs incendies à des dates non connues. Il nous apprend également qu'il y avait deux chapelles, l'une dédiée à St Jacques le Majeur et l'autre dédiée à Notre Dame de la Nativité où l'on pratiquait depuis fort longtemps un pèlerinage pour les enfants souffrant de langueur. Vers la même période, le site échoue aux bénédictins anglais de Paris.

chapelle champlieu 7

L'abbé Marsaux affirma, en 1907, qu'à cet endroit les femmes enceintes pratiquaient un pèlerinage à la Vierge Marie. Il nous apprend qu'en 1620 une jeune fille tombée dans le puits du village fut ramenée par trois fois à la surface puis soutenue par la "Grande Dame" dont elle ne put entrevoir que le bras protecteur. Une dévotion à la Vierge se déroulait ensuite tous les 16 mars en souvenir de ce miracle.

En 1625 éclata un conflit entre le curé de Champlieu et le curé d'Orrouy, chacun revendiquant le droit de dire la messe. À cette date, Champlieu faisait partie de la paroisse d'Orrouy. La cause fut portée à la primatie de Reims où l'évêque trancha en faveur du curé d'Orrouy. Les habitants de Champlieu refusèrent cependant l'autorité du curé d'Orrouy et continuèrent de fréquenter leur église. Le 23 janvier 1791, le curé Louis François Castella prêta le serment constitutionnel à Champlieu. Le 8 décembre 1791, Louis Auguste Blesme, vicaire desservant Champlieu, prêta le même serment dans l'église d'Orrouy. Ceci conduisit à l'éviction de Castella qui reçut, selon un acte du 14 décembre 1791, un traitement définitif de 700 livres, clôturant ainsi un conflit vieux de 166 ans entre les deux communautés. L'église fut ensuite désaffectée. Les enterrements dans le cimetière de Champlieu perdurèrent cependant jusqu'en 1792.

chapelle champlieu 3

Le 16 avril 1794, le mobilier de l'église fut vendu aux enchères. Le 16 juin 1795, le presbytère de Champlieu fut estimé à 1800 livres. Il ne sera finalement vendu que le 21 février 1797 pour 538 livres. La maison et le lopin de terre avaient beaucoup souffert d'un abandon de 2 ans. La foudre ruinera définitivement l'église en 1814.

chapelle champlieu 2

Une fouille de sauvetage fut réalisée entre 1976 et 1978. Elle permit de préciser les différentes phases de construction et d'occupation des lieux. L'église est construite sur l'emplacement d'un ancien cimetière mérovingien dont 412 sarcophages furent mis à jour au nord de l'église. Une première église carolingienne fut édifiée avant le Xe siècle. Elle avait une forme d'abside. Ce bâtiment fut reconstruit au Xe siècle. Au XIe siècle, un chœur et un transept furent rajoutés puis la nef fut agrandie par un bas-côté au sud. La charpente en bois couvrant le chœur fut remplacée à la fin du XIe siècle par une voute en pierre. Au XIIe et XIIIe siècle, la nef de style roman fut remplacée par une nef de style gothique rallongée d'une travée et munie de deux bas-côtés. Les murs entre la nef et les bas-côtés laissèrent la place à des piliers. Le portail fut une nouvelle fois remanié au XIIIe siècle.

plan
Plan du site avec les tombes retrouvées

Au cours du XVe et du XVIe siècle, le bas-côté nord fut supprimé. Le bâtiment à la forme d'une croix latine avec une nef à cinq travées longue de 19,80 m et large de 6,10 m (dimension interne). Le chœur, rectangulaire, a 4,50 m de large et une profondeur de 3,90 m (dimension interne). Le chevet de ce chœur a reçu au cours du XVe ou du XVIe siècle une large baie. La décoration du portail fut une nouvelle fois remaniée au XVIIIe siècle. Il se compose de trois boudins en retraite retombant sur six colonnettes dont les chapiteaux sont ornés de feuillage et de crochets. L'archivolte est décorée de violettes et retombe sur des culs de lampes en forme de têtes humaines. Autour du tympan est inscrite une phrase en latin : "Res spectatur in hoe templo veneranda Maria quam rosa pulchra magis matris imago Dei 1716". Plusieurs interprétations de ce texte ont été données au cours des temps passés. En 1905, l'abbé Hivet la traduisit ainsi : "on admire dans ce temple, l'image vénérable de Marie, la mère de Dieu, image plus belle que la rose".

chapelle champlieu 14

chapelle champlieu 12

Les fouilles effectuées mirent également à jour 53 sépultures du Moyen-âge situé dans l'église et à proximité des murs extérieurs. Les fouilles n'ont concerné que 25% de la surface du site. Ces sépultures, conformément à la tradition religieuse de l'époque, ne comportaient aucun mobilier. L'église avait une capacité d'accueil de 620 à 640 personnes, ce qui montre l'importance qu'avait, dans le passé, cette communauté.

chapelle champlieu 5

Ces photographies ont été réalisées en août 2013.

 

Y ACCÉDER:

De Compiègne, prendre la D332 en direction de Crépy-en-Valois. Prendre sur la droite, la direction d'Orrouy et des ruines gallo-romaines de Champlieu. Après les ruines, poursuivre sur la route et prendre la 1re à gauche. L'église est juste après le bosquet.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 16 novembre 2013

Cette page a été mise à jour le 21 février 2015