La cité maya de Chichén Itzá

kukulcan 2
La pyramide de Kukulcan

L'aire culturelle de la civilisation maya s'étendait sur 340 000 km2 recouvrant le sud-est du Mexique (état de Tabasco, du Chiapas, du Campeche, du Yucatan et du Quintana Roo), le Belize, le Guatemala, l'extrémité ouest du Honduras et l'extrémité ouest du Salvador. Les spécialistes découpent ce territoire en trois secteurs, le littoral pacifique, les Hautes-Terres (altitude supérieure à 800 m) et les Basses-Terres (une grande partie du Yucatan). À l'apogée de la civilisation maya, ce territoire aurait été occupé par une population estimée entre 7 et 11 millions d'habitants.

osario 4
Le complexe du cimetière

jeu pelote 1

L'origine de la civilisation des Maya se perd dans la nuit des temps. À partir de 2000 av. J.-C., la région du sud-est du Mexique et du Guatemala vit émerger la civilisation des Olmèques. Aux alentours de 1000 av. J.-C. apparut une architecture cérémonielle. Les recherches actuelles montrent qu'à partir de 300 av. J.-C., les sites d'habitats se multiplièrent, ce qui correspond à un fort accroissement de la population. Entre 150 et 200 apr. J.-C. apparut une période de tension liée à une crise de croissance ou à une invasion du territoire par une autre population. Un certain nombre de sites furent alors abandonnés. La période entre l'an 250 et l'an 900 fut une perpétuelle rivalité entre de puissantes cités-États. Parmi ces cités, les métropoles de Tikal (culturellement proche de Teotihuacan) et Calakmul furent les plus importantes. Au milieu du VIe siècle, Tikal fut vaincu par Calakmul. La situation s'inversa à la fin du VIIe siècle. Ces cités contrôlant les Basses-Terres du Sud connurent leurs apogées entre le VIIe et le IXe siècle. Entre 750 et 1050, les cités-États des Basses-Terres connurent un effondrement de leurs influences dont les raisons nous sont inconnues. La date la plus récente inscrite sur les monuments à Copán est de 822, à Tikal de 869 ou à Tonina de 909.

temple nord 1
Le temple du nord

temple guerrier 3
Le temple des Mille colonnes

À partir de 900, les Toltèques venant du nord étendirent leur influence. Les cités des Basses-Terres du Nord connu pour le style architectural Puuc (Uxmal, Sayil, Labna, etc.), après un âge d'or compris entre le IXe et le Xe siècle, connurent également un déclin. Seul Chichén Itzá continua à prospérer jusqu’au XIIIe siècle où elle déclina au profit de Mayapán. De nombreux conflits politiques agitèrent à cette époque les cités.

caracol 3
Le Caracol

En 1521, les Espagnols, après avoir vaincu les Aztèques, se lancèrent à la conquête des territoires maya. Aidés par la variole qui tua un tiers de la population locale, ils écrasèrent rapidement les habitants des Hautes-Terres qu'ils contrôlèrent en 1524. Les Mayas occupants les Basses-Terres opposèrent cependant une forte résistance. Les tentatives de conquêtes de Francisco de Montejo en 1527-1528 et de 1531 à 1535 se soldèrent par des échecs. Ce n'est qu'en 1541 que son fils Montejo le Jeune parvint à s'implanter et fonda Mérida en 1542. Le dernier état maya, le royaume Itza de Tayasal, succomba en 1697. Une longue période d'oubli s'abattit alors sur les cités mayas.

jeu pelote 2
Le serpent à plumes ornant le terrain de jeu de pelote

jeu pelote 4
La tête du serpent à plume avec au fond la pyramide de Kukulcan

La chronologie de la civilisation maya va de 300 av. J.-C. à 1517 apr. J.-C.. La période allant de 300 av. J.-C. à 250 apr. J.-C. est dénommée "Préclassique tardif". La période de 250 apr. J.-C. à 600 apr. J.-C. est le "Classique hâtif". La période de 600 à 800 est le "Classique tardif" suivi, entre 800 et 1000, du "Classique terminal". La période entre 1000 et 1250 est le "Postclassique hâtif" et la période entre 1250 et 1517 est le "Postclassique tardif".

kukulcan 1
La pyramide de Kukulcan

Si vous souhaitez compléter votre connaissance de la civilisation maya, je vous invite à consulter la page Wikipédia.

chichen itza 18

La cité de Chichén Itzá fut entre 900 et 1300 la plus importante cité de la culture maya. Son nom signifie "la bouche ou l'entrée du puits des Itza" certainement en référence aux cénotes qui fournissaient l'eau dans cette région très aride. L'histoire de la cité reste encore très floue. Selon la légende, elle fut fondée entre 450 et 500 par la tribu des Itzaes en provenance de la région de Bacalar. Elle devint rapidement la capitale d'une vaste région et connut une première période de splendeur au VIIIe et au IXe siècle. C'est de cette période que date l'érection des monuments de style Puuc. La plus ancienne date gravée en écriture maya découverte sur le site est 832. À la fin du Xe siècle, la cité de Chichén Itzá aurait selon la légende été occupée par les Toltèques conduits par le légendaire Quetzalcóatl, chassé par une faction rivale de leur capitale de Tula. Ils en développèrent le plan et en firent la capitale d'une zone allant du centre à la côte nord du Yucatan. Son pouvoir s'étendit jusqu'à la côte est et ouest du Yucatan. Cette deuxième et la plus importante période de gloire se termina avec l'arrivée au pouvoir des seigneurs de Mayapán, entre 1185 et 1204. La cité connut alors un fort dépeuplement.

chichen itza 3

chichen itza 4

Après la conquête du territoire maya, les conquistadors en firent, en 1542, la première capitale du Yucatan, mais l'abandonnèrent très rapidement. Elle tomba dans l'oubli jusqu'à la visite de John Lloyds Stephens et de Frederick Catherwood en 1842. En 1894, le consul américain Edward Herbert Thompson fit l'acquisition de la plantation sur laquelle se trouvaient les ruines. Il entreprit les premières fouilles. En 1904, il plongea en scaphandre dans le cénote sacré. Il en remonta de nombreux objets qu'il envoya au Peabody Museum d'Harvard. Une première campagne de restauration sous la direction de Manuel Gamio fut entreprise à partir de 1922. Après son classement au patrimoine mondial par l'UNESCO en 1988, une nouvelle campagne de restauration fut réalisée à partir de 2011.

chichen itza 9

chichen itza 13

plan

La cité de Chichén Itzá présente une zone centrale d'une superficie de 5 km2 entourés d'une vaste étendue de logement en matériaux périssables secondaire. Seul un cinquième du site a été, à ce jour, exploré. La zone centrale présente deux secteurs à l'architecture forte différente. Au sud se trouve le "vieux Chichen" avec une architecture proche du style Puuc comme à Uxmal, Kabah ou Labna. Au nord, le "nouveau Chichen" a un style proche de celui du Mexique central comme Tula, la capitale des Toltèques. Cette partie est plus particulièrement dédiée au dieu Kukulcan, l'équivalent maya du dieu Quetzalcóatl des Toltèques.

osario 2
Complexe du cimetière

osario 3

Le site est dominé par le Castillo, la pyramide de Kukulcan. Cette pyramide à neuf degrés a une hauteur de 30 m. À la base, ces côtés ont une largeur de 55,5 m. Le temple du sommet est accessible par quatre escaliers implantés au centre de chaque face qui sont orientés selon les quatre points cardinaux. Les quatre escaliers totalisent 360 marches représentant les jours de l'année maya (+ 5 jours considérés comme néfastes). La décoration interne du temple est constituée de 52 panneaux représentant les années du cycle sacré. Les murs délimitant les escaliers sont prolongés au sol par une tête représentant le serpent à plumes Kukulcan. Sur le côté nord, aux équinoxes de printemps et d'automne, les ombres des degrés de la pyramide dessinent sur les murs de l'escalier le corps ondulant du serpent à plumes Kukulcan. Le phénomène dure environ 5 h et est visible une semaine avant et une semaine après l'équinoxe.

kukulcan 11
La pyramide de Kukulcan

kukulcan 4

La pyramide actuelle fut érigée sur une précédente pyramide haute de 20 m. Les fouilles archéologiques mirent en évidence en 2016 que cette pyramide fut elle-même construite sur une autre pyramide haute de 10 m. En 2015 avait déjà été découvert que la pyramide était érigée sur un cénote. La première pyramide fut érigée entre 500 et 800 apr. J.-C.. La deuxième le fut entre 800 et 100 apr. J.-C. et la troisième fut construite entre 1050 et 1300. La montée de la pyramide est interdite aux touristes depuis 2007.

kukulcan 7

kukulcan 8
Les serpents à plumes de la pyramide de Kukulcan

Le site de Chichén Itzá fut érigé sur un lieu regroupant cinq cénotes. Dans cette région très aride où aucun lac ou rivière n'existe, les cénotes (gouffres karstiques) sont d'une importance vitale. Ces gouffres, très souvent circulaires, donnent accès aux rivières souterraines qui parcourent le sous-sol calcaire du Yucatan. Un de ces cénotes fut considéré comme sacré. Il a un diamètre de 60 m et est profond de 20 m. Les Mayas construisirent une voie processionnelle (sacbé) longue de 300 m pour le relier au centre de la cité. Ce cénote était un lieu de pèlerinage dédié au dieu de la pluie Chac. Son rôle sacré fut découvert par le consul américain Edward Herbert Thompson qui y plongea et le dragua en 1904. Il y recueillit un nombre considérable d'objets en jade, en or et en céramique. Il y trouva également des squelettes. Les Mayas pratiquants les sacrifices humains, la rumeur en fit un lieu de sacrifices de jeunes vierges. Celles-ci étaient jetées dans le cénote en offrande au dieu Chac pour qu'il apporte la pluie. Une étude récente a démontré que les ossements recueillis dans le cénote correspondent à environ une centaine d'individus en majorité de sexes masculins. La thèse du sacrifice de jeunes filles est donc réfutée et au vu de la durée d'utilisation du site (plus de 900 ans) il est possible qu'il s'agisse de chute accidentelle.

cenote
Le cénote sacré (© Wikipédia)

Une des cérémonies sacrées des Mayas était le jeu de pelote. Ce jeu de balle qui pouvait durer plus d'un jour opposait deux équipes au nombre de joueurs inconnus. Une des équipes symbolisait l'inframonde (celui des morts) représenté par des jaguars et l'autre symbolisait la lumière représentée par des aigles. Le jeu se pratiquait entre deux murs parallèles au milieu desquels se trouvait un anneau de pierre par lequel devait passer la balle. La balle en caoutchouc ne pouvait être touchée qu'avec les genoux, les coudes, les hanches ou les fesses. À la fin du jeu, la tête du capitaine de l'équipe perdante était tranchée par le capitaine des gagnants et son sang était répandu sur le sol. Les Mayas associaient le sang à la vie et croyaient qu'il permettait la fertilisation du sol. Le sacrifice était considéré comme un grand honneur. La tête tranchée était empalée sur un mur spécialement prévu à cet effet à proximité du terrain de jeu. Chichén Itzá présente treize terrains de jeu de pelote. Le terrain central, long de 120 m et large de 30 m, est le plus grand de toute la Mésoamérique. Le terrain de jeu est un centre cérémoniel d'une longueur totale de 168 m. Il présente en outre une acoustique spécifique. Un son émis sur le côté droit du terrain produit sept échos et un son émis sur le côté gauche se réverbère neuf fois. Les chiffres 7 et 9 étaient des nombres sacrés pour les Mayas.

jeu pelote 7
Le terrain du jeu de pelote

jeu pelote 8
Le terrain du jeu de pelote

jeu pelote 9
L'anneau sur le mur du jeu de pelote

jeu pelote 5

Au niveau du mur du côté est du jeu de pelote se trouve le temple des Jaguars dont la partie arrière comporte une chambre décorée de sculptures de guerriers, des prêtres et d'animaux.

temple des jaguars 1
Le temple des jaguars

temple des jaguars 2
Le temple des jaguars

Près du jeu de pelote se trouve également la plateforme du Tzompantli, le mur des crânes. Les murs de cette plateforme sont constitués de dizaines de crânes sculptés dans la pierre. À l'intérieur de la plateforme furent retrouvés des crânes humains, probablement ceux des perdants du jeu de pelote.

tzompantli 1
La plateforme du Tzompantli

tzompantli 3
La plateforme du Tzompantli

tzompantli 5
La plateforme du Tzompantli

tzompantli 6
La plateforme du Tzompantli

Une autre plateforme à proximité est dénommée la plateforme de Vénus. Aux quatre coins de cette plateforme est représenté le dieu Quetzalcóatl sortant de la gueule d'un serpent avec à ses côtés l'étoile du matin et du soir (Vénus). Cette représentation est interprétée comme un symbole de fertilité.

plateforme venus 6
La plateforme de Vénus

plateforme venus 3
La plateforme de Vénus

plateforme venus 5
La plateforme de Vénus

plateforme venus 10
La plateforme de Vénus

Un des édifices célèbres de Chichén Itzá est le temple des Guerriers. Située sur un édifice pyramidal, l'entrée du temple est encadrée par deux magnifiques piliers sculptés posés sur deux énormes têtes de serpents. Entre les deux se trouve un Chac-Mool. Cette sculpture représente un homme en position semi-allongée sur le dos avec les jambes fléchies tenant un récipient sur son ventre. Le récipient servait probablement à des sacrifices. Les pilastres du temple sont décorés de bas-reliefs représentant des guerriers soumettant des prisonniers.

temple guerriers 5
Le temple des Guerriers

temple guerriers 7
Le temple des Guerriers

temple guerriers 6
Le temple des Guerriers

chac mool 2
Un des Chac-Mool de Chichen Itza

Sur le côté droit du temple des Guerriers se trouve le temple des Mille colonnes. Elles ne sont en réalité que 499.

temple guerriers 2
Le temple des Mille colonnes

temple guerriers 4
Le temple des Mille colonnes

temple des guerriers 1
Le temple des Mille colonnes

Dans le secteur nord se trouve également l'édifice du Caracol (escargot) qui doit son nom à la présence d'un escalier en colimaçon. Cet édifice circulaire haut de 12 m comporte deux étages. La chambre supérieure possède dans ses murs sept fentes correspondantes aux positions de Vénus et de l'étoile Polaire à des dates cruciales du calendrier maya. Le Caracol servait donc clairement d'observatoire astronomique.

caracol 2
Le Caracol

caracol 4
Le Caracol

L'édifice le plus important du secteur sud est le complexe des Nonnes. La multitude de petites chambres composant les édifices rappela aux Espagnols les cellules d'un couvent. Les trois niveaux des édifices combinent le style architectural Puuc à celui plus tardif des Mayas toltèques. Un archéologue amateur du XIXe siècle, Augustus Le Plongeon, explora le complexe de façon sacrilège à coup de dynamite.

nonnes 1
Le complexe des Nonnes

nonnes 3

nonnes 4

nonnes 5

La "casa colorada", la maison rouge, doit son nom aux traces de peinture rouge subsistant sur les fresques décorant l'intérieur. Cette construction de pur style Puuc est surmontée d'une frise à motif géométrique avec des masques du dieu Chac.

colorada 1
La Casa Colorada

colorada 2
La Casa Colorada

Le bâtiment nommé "Iglesia" est un édifice à chambre unique possédant une exubérante décoration de masques du dieu Chac complété avec des représentations des quatre coins du ciel sous la forme de nains agenouillés.

iglesia
L'Iglesia

Le temple "del Venado" (du cerf) fut nommé ainsi d'après les fresques qui l'ornaient. Celles-ci, constituées de nombreuses représentations de cerf, ont malheureusement disparu.

temple du cerf
Le temple Del Venado

 

Ces photographies ont été réalisées en novembre 2019 par Thomas.

 

Y ACCÉDER:

De Mérida, prendre la route fédérale 180 en direction de Valladolid en passant par Pisté. Chichén Itzá est à 120 km.

Le site est ouvert de 8 h à 17 h et l'entrée est payante.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 14 janvier 2020

Cette page a été mise à jour le 14 janvier 2020