La grotte de la Diau

le porche
Le porche vu de l'intérieur de la grotte

La visite de cette grotte se mérite. Le chemin d'accès ne peut être parcouru qu'a pied et nécessite environ 45 minutes de grimpette avec, vers la fin, un passage pouvant être déconseillé aux personnes souffrant de vertige.

les entrées de la grotte
L'entrée principale (à gauche) et une des entrées secondaires (impraticable)

L'intérieur de la grotte est un labyrinthe de gros blocs tombés de la voûte où il est facile de se perdre. Ne vous y aventurez que si vous possédez un solide sens de l'orientation. Moi-même, je me suis à un moment donné, posé la question "par où suis-je venu ?". J'ai lu sur un autre site Internet qu'un groupe de spéléologues avait erré durant plus d'une heure avant de trouver son chemin.

Le cirque de la grotte
Le cirque dans lequel s'ouvre la grotte

L'entrée de la grotte s'ouvre dans un grand cirque dominant la vallée de la "Fillière". Le massif rocheux est constitué de calcaire hauterivien, déposé lors du crétacé inférieur il y a 120 millions d'années. C'est une grande cavité avec une voûte haute se refermant au bout d'une cinquantaine de mètres. Au fond de cette caverne, un passage étroit laisse passer une rivière qui passe ensuite sous le plancher de la caverne d'entrée. Ce passage permet également l'entrée dans la partie obscure du réseau. Après ce passage, qui bloque la lumière du jour, s'ouvre une immense cavité dont le fond et le plafond n'ont jamais été éclairés par mes torches électriques.

L'entrée vers la partie profonde
Le passage vers la partie profonde de la grotte

couloir secondaire
Un couloir venant vers une des entrées secondaires de la grotte

Le réseau souterrain de la Diau totalise, à l'heure actuelle, 33 km de galeries. Les différents clubs de spéléologie qui explorent ce réseau ont reconnu treize entrées différentes. Le réseau draine l'eau du plateau du Parmelan, du vallon du Perthuis et le mont Teret. La rivière souterraine réapparait à l'air libre au niveau de cette grotte, dont l'entrée sert de déversoir lors des crues. Lors des crues, le débit de la rivière peut atteindre 15 m3/s. L'exploration de cette grotte nécessite, du fait de la présence de la rivière, de se mouiller les pieds (voire bien plus) au bout de quelques dizaines de mètres dans la partie obscure. L'exploration du réseau peut d'ailleurs devenir impossible à partir d'un débit de 0,3 m3/s. Faites donc très attention à la météo lors de vos explorations.

Le couloir secondaire
Le couloir secondaire

Plus en avant
Plus en avant dans ce couloir

riviere souterraine
La rivière souterraine à l'entrée de la grande salle

le chaos de bloc
Le chaos de blocs dans la salle principale

La société spéléologique genevoise, qui explore cette grotte depuis 1930, y a reconnu plusieurs siphons. En 1996, un de leurs plongeurs a franchi le plus long siphon connu à ce jour. Ce siphon, le S10, a une longueur de 174 m avec un dénivelé de 20 m. Le plongeur, qui a réalisé cet exploit, a ensuite été bloqué par une cascade de 4 m de hauteur.

De nombreuses traversées du réseau, reliant les différentes entrées entre elles, ont également été réalisées par différents clubs de spéléologie.

le passage
Le passage vers la sortie vu de l'intérieur

le porche
La salle d'entrée

l'entrée
Le porche depuis le fond de la salle d'entrée

le porche 2
Une autre vue du porche

la sortie
La sortie de la grotte

le deversoir
Le déversoir emprunté par la rivière souterraine lorsque le débit augmente

Ces photographies ont été réalisées en mars 2007

 

Y ACCÉDER:

De Thorens-Glières, prendre la route du plateau des Glières et rejoindre le village de La Verrerie. De là suivre le fléchage, toujours tout droit jusqu'au parking où se trouve une stèle commémorant le Maquis des Glières. Suivre ensuite le chemin qui traverse le pont sur le ruisseau, puis prendre à gauche en montant.

la cascade du pas du roc
La cascade du Pas du Roc fait face au cirque de la grotte de la Diau

la cascade
La chute majestueuse de la cascade du Pas du Roc

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 7 mai 2007

Cette page a été mise à jour le 23 février 2015