Le fort de Giromagny

Le fort de Giromagny ou fort Dorsner est le premier ouvrage du rideau défensif de Haute Moselle faisant la jonction entre les camps retranchés de Belfort et d'Épinal. Ce fort d'arrêt garde la route descendant le ballon d'Alsace et devait empêcher le contournement de Belfort par le nord. Il était prévu pour tenir un siège de trois mois (autonomie théorique des réserves en eau).

la cour intérieure
La cour intérieure

façade du casernement interne
La façade du casernement interne

Ce fort est dominé du nord/ouest vers l'est par quatre montagnes. Cette configuration géographique et l'espace limité vont conduire à la construction d'un fort très concentré, largement enterré. L'installation de deux tourelles Mougin en fait le fort le plus puissant de la Haute Moselle. Il n'y a que deux autres forts qui ont été équipés, comme ici, de deux tourelles. La construction débute en juin 1875. Le gros œuvre est terminé en juillet 1879 et les essais de l'armement sont menés en 1880. La construction a coûté 2032901 francs-or (environ 5671800 €).

le fossé
Le fossé est

l'entrée
L'entrée du fort

plate forme de tir
Les plates-formes d'artillerie du flanc est

le flanc nord
Le flanc nord

Le fort a une forme de trapèze dont le centre est occupé par les deux tourelles Mougin. Il est entouré d'un fossé de 7 m de profondeur pour une largeur de 10 m. L'entrée du fort, situé au sud, s'effectue par un pont-levis donnant sur le corps de garde. Sous ce corps de garde est disposé, en fond de fossé, le casernement. Celui-ci est constitué de deux fois cinq chambrées placées de chaque côté de la salle de manœuvre du pont-levis. Les chambrées sont éclairées par des fenêtres donnant sur le fossé. À l'arrière, elles sont desservies par un couloir. Celui-ci donne également accès aux deux caponnières de gorge défendant l'entrée et le fossé sud. En face de l'entrée, un tunnel donne sur la cour centrale et deux autres donnent sur les cours droite et gauche.

plan du fort

La cour centrale est entourée de deux étages de locaux. De part et d'autre, côté sud, sont disposées deux chambrées pour les hommes. Les autres chambres sont les locaux techniques des deux tourelles Mougin. Ces bâtiments sont construits en grès des Vosges et constituent une des plus belles réalisations des forts Séré de Rivière. Ces locaux sont entourés d'une galerie couverte desservant les six casemates de tir indirect et débouchant dans les cours droite et gauche.

côté ouest de la cour intérieure
Le côté ouest de la cour intérieure

vue d'une fenetre
Ce même côté vu d'une fenetre

reconstitution du chambrée
Une chambrée reconstituée

un lit
Un lit pour quatre

Autour de la cour droite sont disposées d'autres chambrées. Au niveau de la cour de gauche sont disposées trois chambres. Entre ces chambres et les locaux entourant la cour centrale est placée la poudrière d'une capacité de 102 t. Cette poudrière est entourée d'un couloir desservant la chambre des lampes servant à son éclairage. Un magasin à cartouches d'une capacité de 394 000 cartouches est placé sur la gauche de cette cour.

la cour droite
La cour droite

une chambrée du sous sol
Une chambrée au sous-sol de la caserne de gorge

chambrée cour droite
Une chambrée donnant sur la cour droite

couloir d'entrée
Le couloir reliant l'entrée à la cour intérieure

L'ensemble de ces bâtiments est entouré par la rue du rempart partiellement couverte. Celle-ci dessert huit abris traverses séparant onze plates-formes d'artillerie. La protection du fort est assurée par une caponnière au saillant II, prenant sous son feu le fossé ouest et par une caponnière double au saillant III couvrant les fossés nord et est. Le fort est également muni d'un poste optique permettant la communication avec le fort du Salbert à Belfort. Son effectif était de 17 officiers, 20 sous-officiers et 608 hommes. Une infirmerie de quinze lits y était aménagée. La boulangerie était équipée d'un four de 300  rations et l'alimentation en eau était assurée par un puits et deux citernes de 370 m3. Les différents bâtiments du rez-de-chaussée et des étages furent construits en plein air puis recouverts avec la terre extraite des fossés. Cette terre représente 60 % du volume du fort.

couloir d'accès à la caponniere double
Le couloir d'accès à la caponnière double du saillant III

l'escalier d'accès à la caponnière double
L'escalier doublant le couloir d'accès à la caponnière double

embrassure de tir de la caponnière double
Embrasure de tir dans la caponnière double

dans la caponnière
Dans la caponnière double

Lors de sa mise en service en 1880, le fort était armé de deux tourelles Mougin équipées de quatre canons de 155 long, de quatre canons de 155 court et de deux mortiers de 220 placés dans les casemates à tir indirect, de deux canons de 155 long, de trois canons de 120 long, de sept canons de 138, de six canons de 7, de dix canons de 5 et de cinq mortiers de 15. Les caponnières étaient équipées de cinq canons de 7 et de cinq canons revolver de 40 (voir descriptif au fort du Mont-Bart). Une batterie annexe armée de trois canons de 120 long était aménagée à l'extérieur du saillant IV. Elle était reliée au fort par un chemin couvert.

canon 12 culasse
Réplique d'un canon de 12 culasse

couloir central de la caponnière double
Le couloir central de la caponnière double

embrassure de tir
Embrasure de tir dans la caponnière double

caponniere de gorge
Dans la caponnière de gorge droite

embrassure d'un casemate indirecte
Embrasure d'une des casemate à tir indirect (murée)

rdc de la tourelle mougin droite
Le RDC de la tourelle Mougin de droite

rdc de la tourelle mougin gauche
Le RDC de la tourelle Mougin gauche

puits de la tourelle
Le puits de communication inter étages de la tourelle Mougin

L'armement principal du fort était constitué des deux tourelles Mougin. Cette tourelle a été conçue par le commandant Mougin. Elle devait résister à au moins mille coups du plus puissant canon de l'époque qui était de calibre 155. La tourelle est constituée d'une structure circulaire soutenant deux canons de 155 long sur affût St Chamond. Cette structure est coiffée d'un dôme en fonte dure constitué de cinq voussoirs de 21 t chacun, surmonté d'une calotte de 12 t soit un total de 117 t. Dans un des voussoirs étaient percées les embrasures des deux canons qui dépassaient de 15 cm. Seul ce dôme dépassait du sol. L'ensemble de la tourelle, pesant 160 t, repose sur 16 galets circulant sur un rail scellé dans le sol. La tourelle est centrée par un pivot de 300 cm de diamètre. Ce pivot est un vérin hydraulique qui sous une pression de 200 bar soulage les galets des 9/10e du poids de la tourelle facilitant sa rotation. La rotation de la tourelle est assurée par une chaine entrainée par un treuil manuel. Par la suite, le treuil est complété par une machine à vapeur. La rotation de la tourelle sert au pointage, mais surtout à la protection des embrasures, point vulnérable de la tourelle. La rotation est constante durant les combats à raison d'un tour par minute ou d'un tour toutes les trois minutes. La mise à feu des canons est assurée par un contact électrique lorsqu'ils passent dans l'axe de tir choisi. Les deux canons sont indépendants et peuvent tirer dans des directions différentes. Le chargement et le pointage sont effectués durant la rotation. La tourelle est desservie par onze hommes situés dans la partie mobile et par trois hommes actionnant le treuil. D'autres personnes assurent l'approvisionnement en obus. Le diamètre intérieur de la tourelle est de 5 m et sa hauteur interne est de 3,45 m. Son diamètre extérieur est de 6,20 m. L'épaisseur des voussoirs est de 60 cm. Les canons ont une portée de 8 km avec un pointage maximum de 20°. La cadence de tir pouvait atteindre une salve (deux coups) toutes les deux minutes. La tourelle avait un coût de 205000 francs-or auquel il fallait rajouter les 60000 francs-or pour la maçonnerie. Cette tourelle a été construite à 25 exemplaires. Seuls les forts de Giromagny, de Manonviller (Lunéville) et du Suchet (Nice) ont été équipés de deux tourelles.

plan de la tourelle

dalle de la tourelle
Le dessous de la dalle soutenant la tourelle avec le trou ayant contenu le pivot

emplacement de la tourelle
L'emplacement de la tourelle Mougin (vue extérieure)

le rail
Le rail de soutien de la tourelle

un bout d'un voussoir
Un morceau du blindage existant entre la tourelle et son puits en béton

En 1888 fut réalisée une première transformation du fort. Deux magasins sous roc seront creusés sous les saillants I et IV. Leurs accès se font par des escaliers aménagés dans le prolongement du couloir du casernement. En même temps, les casemates à tir indirect sont supprimées. En 1913, le fort fut équipé de l'électricité et deux observatoires en béton furent installés à proximité des tourelles Mougin. Ils étaient accessibles par des puits percés dans les voutes des casemates du premier étage et équipés d'une échelle. En 1914, les escaliers d'accès aux magasins sous roc furent prolongés et deux abris-cavernes de 100 places seront construits. Ces abris cavernes sont munis d'une issue de secours donnant sur le glacis à la gorge du fort. Cette galerie permet également l'écoulement de l'eau de ruissèlement.

1er étage
Le couloir au 1er étage du bâtiment de la tourelle gauche

face avant du 1er étage
La partie avant (façade) du 1er étage du bâtiment de la tourelle gauche

le puits de la tourelle
Le puits de la tourelle gauche (1er étage)

le puits droit
Le puits et la partie avant du 1er étage de la tourelle droite

accès magasin sous roc
L'escalier d'accès au magasin sous roc droit

magasin sous roc
Le magasin sous roc droit

abri caverne
L'abri caverne droit

l'escalier de l'abri caverne
L'escalier reliant le magasin sous roc à l'abri caverne

En 1914, le fort était armé des deux tourelles Mougin, de sept canons de 120 long, de huit canons de 80 et de cinq mortiers de 15. La batterie annexe était désarmée et la défense était assurée par cinq canons révolver et de cinq canons de 12 "culasse". En 1915, les caponnières seront renforcées intérieurement avec du béton et les locaux des cours droite et gauche recevront une couverture en béton.

haut des tourelles
La partie supérieure du bâtiment des tourelles Mougin

rue du rempart
La rue du rempart avec l'entrée vers la caponnière double

la rue du rempart
La rue du rempart vers le sud est

fossé de gorge
Le fossé de gorge côté gauche de l'entrée

D'autres travaux de modernisation étaient projetés. Parmi eux, nous pouvons noter le rabaissement d'un étage des tourelles Mougin pour les rendre moins vulnérable au tir direct, l'installation d'une tourelle à éclipse de 75R05 (deux canons de 75) au saillant III, l'installation de trois observatoires cuirassés, la construction de deux batteries bétonnées pour deux canons de 120, la construction d'un casernement bétonné et le remplacement des caponnières par des coffres de contre-escarpe. Mais aucun de ces projets ne fut réalisé.

chemin couvert
Galerie couverte allant du bâtiment de la tourelle vers la rue du rempart du flanc est

galerie couverte
Galerie couverte à l'entrée de la caponnière double

fossé de gorge droit
Le fossé avec la caponnière de gorge droite

observatoire
L'entrée de l'observatoire construit en 1917

Le fort connut l'épreuve du feu en 1940. Il utilisa ses tourelles Mougin pour tirer sur les chars allemands. Il sera investi par l'armée allemande le 18 juin 1940. En 1941, ils y tourneront un film de propagande sur la prise de la ligne Maginot. Dans ce film, on peut y voir l'attaque des tourelles Mougin au lance-flammes puis leurs dynamitages. À partir de 1942, les Allemands procèdent au ferraillage complet du fort. En 1944, lors de leur retraite, ils dynamiteront l'entrée du fort. Depuis 1988, le fort est restauré par une association qui le fait visiter.

cuve à canon
Le couloir menant à la casemate de tir indirect à l'arrière de la tourelle de droite

accès à la tourelle
L'escalier d'accès à la tourelle Mougin droite

Ces photographies ont été réalisées en septembre 2009.

 

Y ACCÉDER:

La visite de ce fort est indispensable pour toute personne s'intéressant à l'architecture militaire.

Le Fort Dorsner est ouvert au public par l'Association du Fort Dorsner (AFD).

Ouverture au public du sommet, avec vue panoramique sur la trouée de Belfort et ses alentours. Plus d’une heure de visite libre dans les souterrains et au milieu de l’architecture militaire.

Pour 2017, il est ouvert :
- circuit-visite ouvert les mercredis, dimanches et jours fériés, du 2 juillet au 17 septembre 2017, de 14h à 18h : 4 € par personne (gratuit pour les moins de 12 ans).
 - visites guidées de nuit à la lampe à pétrole (sur réservation) : les 13 et 29 juillet, 11 et 26 août, 15 septembre (5 € par personne, 3 € pour les enfants de moins de 12 ans).
- visites guidées d’avril à octobre (sur réservation) pour les groupes de 30 pers. maxi (40 €/groupe).
- circuit visite libre à l’extérieur du fort

 

À Giromagny, prendre la direction d'Auxelles par la D12. Au cimetière, prendre le chemin à gauche qui mène au fort.

 

Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont donnés sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accès au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 01 décembre 2009

Cette page a été mise à jour le 14 avril 2017