Niedermunster,
l'autre abbaye de Ste Odile

la façade

Charlemagne reçut en 799 de la part du patriarche de Jérusalem une série de reliques parmi lesquelles figuraient le prépuce de Jésus, un fragment de la vraie croix, le voile de la vierge, un bras de St Denis et un bras de St Basile. À la même période, des intrigants le convainquirent que son ami le comte Hugo de Bourgogne complotait contre lui. Le comte fut arrêté et condamné à mort. La dernière volonté du comte fut de passer sa dernière nuit en compagnie des reliques récemment reçu par Charlemagne. Le lendemain, le bourreau, au moment d'exécuter la sentence, se trouva paralysé. Son assistant qui voulut exécuter le comte fut également frappé de paralysie. Charlemagne subit le même sort lorsqu'il voulut lui-même abattre son épée sur la tête de Hugo. Les trois hommes furent délivrés lorsque Charlemagne reconnut l'innocence d'Hugo. Pour se faire pardonner, Charlemagne offrit à Hugo le fragment de la vraie croix. Hugo se retira après cette mésaventure dans son château de Bourgogne. Peu de temps après, le château fut le théâtre d'étranges phénomènes comme la présence d'un halo lumineux l'entourant la nuit. Le comte en conclut que la relique ne pouvait rester au château, mais qu'elle devait être confiée à une communauté religieuse. Il décida donc de la confier au jugement de Dieu. La relique, enchâssée dans une croix constituée de plaques d'or et d'argent, fut attachée sur le dos d'un chameau. À ce trésor, la femme du comte rajouta un évangile richement orné. Il fut convenu que le chameau errera librement et qu'à l'endroit où il s'arrêtera, la relique sera vénérée. Le chameau fut accompagné dans son périple par cinq chevaliers chargés d'assurer la protection du précieux chargement.

la nef

Le chameau, après un long périple à travers la France, arriva en 802 au pied du mont Ste Odile. Il finit par se coucher devant l'église de l'abbaye de Niedermunster. La relique fut donc confiée aux nonnes de cette abbaye qui vit affluer les pèlerins. Même Richard Cœur de lion, après son procès à Haguenau, vint y prier pour remercier Notre-Dame d'avoir retrouvé sa liberté.

la façade vue depuis la nef

la nef

l'église
Les vestiges de l'abbatiale vue depuis la tribune

Voici pour la légende, revenons à l'histoire. L'abbaye de Niedermunster a été fondée par Ste Odile en 720 pour y accueillir les pèlerins malades qui ne pouvaient pas gravir la montagne vers l'abbaye de Hohenbourg. Elle y fit construire une église consacrée à St Martin (très en vogue à l'époque mérovingienne) et un hospice pour les malades. L'ensemble fut ensuite transformé en monastère pour moniales au courant du IXe siècle. En 1016, l'abbaye se rebella contre la maison mère, l'abbaye de Hohenbourg. L'empereur Henri II accorda alors à l'abbesse Helewig le droit d'autonomie et le droit d'élire librement l'abbesse. Vers 1150, l'empereur Frédéric Barberousse plaça à la tête de l'abbaye sa parente Relindis. Celle-ci réforma l'abbaye en y introduisant la règle augustinienne. Elle fit construire à partir de 1167, une abbatiale qui sera consacrée en 1180 à Ste Marie. L'abbaye sera pillée en 1375 par les Grandes Bandes puis ruinée en 1525 par les paysans. Le feu dévastera les bâtiments, une première fois en 1540 puis à nouveau en 1546. La foudre, qui frappa l'église en 1572, donnera le coup de grâce. L'abbaye ne sera plus reconstruite et servira jusqu'au XIXe siècle de carrière. En 1758, les pierres serviront à la construction de la grange de la ferme occupant aujourd'hui les lieux. La relique, confiée un temps au monastère du mont Ste Odile, puis aux jésuites de Molsheim, disparu durant la Révolution.

la tour sud
La tour sud de la façade

le vestibule
La nef vue depuis le vestibule

le vestibule
L'entrée de l'abbatiale

le plafond
Le plafond du vestibule

De l'abbaye, ne subsistent aujourd'hui que les ruines de l'église dont l'imposante façade. Celle-ci, située à l'ouest, comprenait deux tours, arasés à l'heure actuelle au niveau du premier étage. Chaque tour comprend un escalier en colimaçon donnant accès à la tribune dont l'arc, restauré, donne la hauteur de la voûte recouvrant la nef. Dans le vestibule d'accès à la nef sont conservés quelques chapiteaux des colonnes de l'église. À droite de ce vestibule se trouve une dalle funéraire. Sur celle-ci est représentée une croix pattée chevauchant un éperon qui enserre une croix ansée. Cette tombe fut fouillée en 1901 par monsieur Wolf, conservateur des monuments historiques. Il y aurait découvert cinq crânes disposés les uns au-dessus des autres et le squelette d'un enfant. Se pourrait-il qu'il s'agisse de la dernière demeure des cinq chevaliers ayant accompagné le chameau ? L'identité de l'enfant reste mystérieuse, mais pour avoir eu droit à l'honneur d'une sépulture dans l'entrée, il devait être noble, voire même de sang royal. Une légende parle d'un enfant élevé à Niedermunster par des sages chrétiens afin d'en faire le Grand Monarque.

dalle funéraire
La dalle funéraire du vestibule

l'escalier
L'escalier d'accès à la tribune

la tribune
La tribune

escalier
Le haut de l'escalier d'accès

La nef était divisée en trois parties par deux rangées de colonnes soutenant les voûtes. Les colonnes alternaient les formes cylindriques et cruciformes. À l'avant du chœur était disposé un autel précédé par une vasque cylindrique enchâssée dans le sol. Dans cette vasque jaillissait l'eau déviée de la source du mont Ste Odile. Sur le côté nord de la nef se trouvait la porte donnant sur l'hôpital destiné aux pèlerins. Sur le côté nord du chœur se trouvent deux dalles funéraires dont l'une porte deux écus. Celui du haut porte les trois roses de la famille de Bucheck et celui du bas le tau de la famille des Senin. Cette dalle pourrait être celle de l'abbesse Marguerite de Senin dont la mère est née Bucheck. L'autre dalle funéraire est celle de Rosine de Stein, dernière abbesse morte en 1534.

le choeur
Le chœur de l'abbatiale

la vasque
La vasque de la source

Rosine de Stein
Dalle funéraire de Rosine de Stein

Marguerite de Senin ?
Dalle funéraire de Marguerite de Senin ?

Dans le chœur se trouvent également deux dalles funéraires dont une porte la silhouette d'une femme. L'inscription formant la bordure parle de Marguerite de Senin "+.O. MARGA / SENIN ABATISSA INFERIORIS MANASTERII HOHENBURG. ANNO. DNI. MCCCLX". La deuxième porte un chevron rompu trois fois, la crosse abbatiale et l'écu des Bapst de Bolsenheim orné d'un visage portant une tiare. C'est la dalle funéraire d'Ursule de Tribel.

Ursule de Triebel
Dalle funéraire d'Ursule de Triebel

Marguerite de Senin
Dalle funéraire de Marguerite de Senin

le choeur
Le choeur

la nef
La nef

De part et d'autre du chœur sont disposés deux escaliers donnant dans la crypte. Le circuit des pèlerins descendait dans la crypte par l'escalier nord, pour remonter par celui du sud. Ces escaliers étaient bordés côté extérieur par des ossuaires recueillant les restes des moniales. Les fouilles effectuées dans la crypte en 1844 par monsieur Levrault dégagèrent un sarcophage portant les armes de Marguerite de Senin. Nous avons donc trois tombes pour cette abbesse. Quels mystères cachait cette femme ? Le sarcophage est, depuis ces fouilles, introuvable. Les fouilles provoquèrent également l'effondrement de la crypte. En 1901, monsieur Wolf en la dégageant ne retrouva pas le sarcophage. La crypte abrite par contre toujours trois dalles funéraires, une aux armes des Berger, une aux armes des Landsberg et une portant une croix de procession. La végétation envahissant les ruines ne m'a pas permis de les voir.

la crypte
La crypte

une autre vue de la crypte
La crypte

La nef

la grange
La grange construite en 1758 sur les ruines du couvent

Dans les prés devant les ruines de l'abbaye se trouve la chapelle St Nicolas. Elle serait construite à l'emplacement de la première église de l'abbaye consacré à St Martin. La chapelle fut reconstruite au XIIe siècle probablement en même temps que la construction de l'abbatiale et consacré à St Nicolas alors en vogue. La chapelle a été restaurée au milieu du XIXe siècle.

la chapelle st nicolas
La chapelle St Nicolas

st nicolas 

une belle chapelle

Au-dessus de l'abbaye de Niedermunster se trouvent les ruines du petit ermitage de St Jacques. C'est ici que s'établirent, en 803, les cinq chevaliers qui accompagnèrent le chameau transportant la relique de la vraie croix. Il n'en subsiste que le soubassement de la chapelle constitué d'une nef d'environ 8 m de longueur sur 5 m de largeur et d'un chœur de 3 m sur 3 m. Sur le côté occidental de la nef émerge un rocher rappelant les deux bosses d'un chameau. Ce rocher nous rappelle la légende. L'écrivain alsacien Guy Trendel nous remémore en parlant de ce rocher un épisode de la vie du Prophète Mahomet. En l'an 620, celui-ci est chassé de La Mecque. Il est accueilli à Médine par cinq de ses disciples qui chacun lui offrent un terrain pour construire sa mosquée. Le Prophète refusa et décida de s'en remettre à Dieu. Il construira sa mosquée à l'endroit où sa chamelle se couchera. Cet épisode présente une étrange coïncidence avec la légende de Niedermunster.

St Jacques
La nef de la chapelle St Jacques avec à l'avant plan le rocher du chameau

la chapelle st jacques
La nef de la chapelle vue depuis le choeur

Ces photographies ont été réalisées en juin 2010.

 

Y ACCÉDER:

D'Obernai, allez à Bernardswiller puis à St Nabor et entamez la montée vers St Odile. Après environ un kilomètre et demi est situé sur le côté droit un parking d'où part le chemin forestier menant en dix minutes aux ruines de Niedermunster.

La chapelle St Jacques est située à côté de l'hostellerie St Jacques située un peu plus haut le long de la route vers St Odile. Laissez la voiture à cet endroit et prenez à pied le chemin forestier vers Niedermunster. La chapelle est à deux cents mètres sur la droite.

le mont ste odile
Le Mont Ste Odile 

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 21 août 2010

Cette page a été mise à jour le 21 février 2015