Le Saint Mont
et la Pierre de Kerlinkin

vestiges du St Mont
Le Saint Mont

Le Saint Mont est un ancien oppidum celtique. Il permettait le contrôle des vallées de la Moselotte et de la Moselle au débouché de Remiremont. Cet oppidum fut occupé et renforcé par les Romains. Le site portait alors le nom de Habendum.

la chapelle
La chapelle au sommet du Saint Mont

L'abbé Eustaise, qui succéda à saint Colomban au monastère de Luxeuil, s'adjoint lors de ces voyages l'aide d'un moine d'Agaune (Saint-Maurice du Valais en Suisse) du nom de Amé. A Metz, Amé se lia d'amitié avec Romaric, fils du comte palatin. Romaric, après d'innombrables intriques de la cour où son père fut condamné à mort par Thierry II, accepta de suivre Amé et de se consacrer à Dieu. Les deux missionnaires après bien des voyages s'établirent sur le Habendum. En 620, ils y fondèrent le monastère du Saint Mont. Après un certain temps, Amé préféra aller vivre en ermite dans une grotte perdue dans la montagne. Cette grotte serait située à l'emplacement actuel de l'église de St Amé. Amé mourut en 628 ou 629 et fut inhumé devant l'église du monastère. Romaric dirigea le monastère jusqu'en 653, année de sa mort. Il fut inhumé à côté de St Amé. Des enfants prétendirent avoir entendu les deux saints converser dans leurs tombeaux. Les reliques des deux saints furent transférées au XIe siècle dans la crypte de l'église de Remiremont.

L'intérieur de la chapelle
L'intérieur de la chapelle

Aujourd'hui, il ne reste que quelques rares ruines de la splendeur passée du Saint Mont. A l'époque glorieuse, un monastère d'hommes et un de femmes occupaient le sommet. La trace d'une dizaine de chapelles fut retrouvée lors des fouilles effectuées à partir de 1964. De nombreux bâtiments accompagnaient ces chapelles. Une véritable ville devait exister à cet endroit du VIe au VIIIe siècle. Un grand centre cultuel et culturel avec une école monastique colombanienne (d'influence irlandaise) rayonnant dans tout le royaume d'Austrasie. C'est dans ce monastère que vint mourir Eberhardt, petit-fils du duc Etichon d'Alsace et père de Sainte Odile.

vestige de murs
Vestige de mur sur le Saint Mont

L'église abbatiale était situé au sommet du Mont où se trouve actuellement la petite chapelle St Michel. C'est à cet endroit que fut découvert le sarcophage mérovingien visible dans la chapelle. Il a probablement été réutilisé en 1077 pour l'inhumation de l'abbesse Cunégonde de Remiremont. Les restes visibles sont ceux de l'église bâtie au XIIe siècle et consacrée en 1168 par Pierre de Brixey, évêque de Toul. L'ensemble fut détruit vers 1770.

Fosse
Vestige d'une tombe devant la chapelle

Légèrement en contrebas sur le flanc sud sont visibles les ruines de la chapelle Sainte Claire construite en 1160 dans lesquels figure un beau sarcophage.

Chapelle Ste Claire
Les ruines de la chapelle Ste Claire

La tradition nous informe que les moniales désertèrent les hauteurs en 818 pour s'installer à Remiremont. Entre 910 et 920, les invasions barbares les contraignirent à revenir au Saint Mont. Elles ramenèrent avec eux les corps de St Amé, St Romaric et St Adelphe (le successeur de St Romaric à la tête du monastère). La légende nous dit que la plus jeune des nonnes, Sabine, ayant eu du mal à suivre la fuite éperdue, s'égara dans la montagne. Elle fut rejointe par les Huns à proximité d'une source où ils la décapitèrent. A cette source, qui prit le nom de St Sabine, se produisirent par la suite de nombreux miracles. Un dicton nous le confirme "St Sabine de tout mal affine". Cette source est réputée guérir les ulcères. Pour cela, il faut piquer le mal avec une aiguille puis la jeter dans l'eau. La source peut aussi prédire aux jeunes filles le mariage. Si une épingle jetée dans l'eau surnage, la jeune fille était sûre de se marier dans l'année.

chapelle ste Sabine
La chapelle Ste Sabine

La fontaine
La source Ste Sabine

En 629, Arnould, évêque de Metz abandonna sa charge et vint rejoindre St Romaric au Saint Mont. Il se construisit une cellule sur le sommet voisin, le Morthomme. Il y vécut en ermite jusqu'à sa mort en 640. Ces reliques ont été ensuite ramenées à Metz. Les ruines de deux cellules et d'une chapelle étaient encore visible au XIXe siècle. Actuellement une simple croix rappelle ce lieu.

St Arnould
Les vestiges de l'ermitage de St Arnould

Le Saint Mont est relié au Morthomme par le Pont des Fées. Cet ouvrage, constitué de milliers de blocs dont certains sont parfaitement taillés, forme une digue barrant le vallon séparant les deux sommets. Il est long d'une centaine de mètres, large d'une quinzaine et haut d'une douzaine. Nul ne sait qui l'a construit et pourquoi. La légende s'est toutefois emparée du lieu. Marlus, un enchanteur habitant le Morthomme en voulait à Aimery, le jeune seigneur du Saint Mont. Aimery aurait aidé un pauvre bucheron que Marlus s'apprêtait à voler. Marlus enleva le jour de ces noces, la princesse Alienor épouse d'Aimery. Il la séquestra dans la tour des corbeaux. Aimery tenta plusieurs fois de la délivrer, mais échoua à chaque fois par la faute d'un dragon l'empêchant de passer le vallon. Alienor meurt de faim et de langueur. Désespéré, Aimery tente de se noyer dans l'étang de Xenois. Une dame blanche, une fée, l'en empêche et lui ordonne de délivrer Alienor le lendemain. A l'heure convenue, Aimery approche du lieu avec ces soldats et découvre que les fées ont construit durant la nuit, un pont reliant le Saint Mont au Morthomme. Aimery parvient enfin à délivrer Alienor tandis que Marlus, fou de rage, trancha la tête du dragon. Il semble que cette légende soit cependant récente, elle n'aurait été transcrite pour la première fois qu'en 1925.

le pont des fées
Le pont des Fées

le pont
Une autre vue du pont

Entre le Morthomme et la chapelle Ste Sabine se trouve la Pierre de Kerlinkin. Ce grand monolithe de 6 m de haut pour 10 m de large est selon la tradition locale une pierre à bébés. C'est à cette Pierre à Marmots que les sages-femmes venaient chercher les bébés pour les apporter aux mamans. Cette pierre serait également le point de rendez-vous des fées habitant le massif du Fossard. Il paraît même qu'elle vacillerait lorsque la grosse cloche de Vagnez sonne. Le nom même de cette pierre intrique. Kerlinkin signifie en breton "la pierre de Merlin". Que vient faire un nom breton dans les Vosges ?

Le monolithe
La Pierre de Kerlinkin

La pierre
Le côté du monolithe

Les gravures
Les gravures de la Pierre de Kerlinkin

Ces photographies ont été réalisées en août 2007.

 

Y ACCÉDER:

De Remiremont, allez à St Étienne les Remiremont et cherchez la caserne de gendarmerie. Suivez la rue qui monte dans la montagne. Après avoir passé un restaurant et un petit étang caché par la végétation, prenez le 1er chemin forestier partant à droite. Il vous mènera vers le Pont des Fées. Vous pouvez laisser la voiture au 1er embranchement à gauche (le circuit redescend par ce chemin). Poursuivez à pied. Pour accéder au Saint Mont, il faudra traverser le Pont des Fées et suivre le sentier balisé.

Après être redescendu du Saint Mont, il faudra prendre le sentier partant au niveau du Pont des Fées pour grimper au Morthomme. Arrivée au sommet, vous comprendrez la raison de ce patronyme. Au sommet, le sentier balisé vous fera passer par la croix de St Arnould pour atteindre la Pierre de Kerlinkin. De là, vous allez suivre le chemin forestier (balisé) vers la droite et à l'embranchement (en Y) prendre à gauche. Au prochain embranchement, prenez à gauche (balisage) pour atteindre la chapelle et la source Ste Sabine. De là part un sentier vers la Croix Ste Sabine où il rejoint le chemin forestier qui redescend en une heure vers St Étienne de Remiremont en passant par l'Epinette et l'endroit où vous avez laissé la voiture. Comptez entre 3 et 4 heures pour faire le circuit.

Croix St Sabine
Croix près de la chapelle Ste Sabine

 

Coordonnées GPS de la Pierre de Kerlinkin

48 N 02' 16"

06 E 38' 26"

Altitude 806 m

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 09 octobre 2007

Cette page a été mise à jour le 23 février 2015