La chapelle des Templiers 

La chapelle des Templiers

Du puissant ordre des Templiers, né lors des Croisades, devenu plus riche que les rois, ne subsiste à Metz qu'une modeste chapelle. Cette chapelle octogonale de style roman tardif est le seul exemplaire d'une église en rotonde en Lorraine.

chapelle templiers 1

L'ordre des Templiers fut créé à Jérusalem en 1119 par Hugues de Payens avec six autres chevaliers. Cet ordre de moines-chevaliers avait pour rôle de protéger les pèlerins sur la route de la Terre Sainte. Il bénéficia très rapidement de nombreux dons et n'avait de compte à rendre qu'au Pape. Après une période très faste qui vit la mise en place de plus de 9000 commanderies dans tout l'occident, la chute fut brutale. En 1307, le roi de France, Philippe le Bel, espérant s'approprier ses richesses, ordonna l'arrestation de tous les templiers. Il fit pression sur le Pape qui prononça la dissolution de l'ordre en 1312. Le grand maitre de l'ordre, Jacques de Molay, et de nombreux templiers furent condamnés au bucher pour hérésie.

chapelle templiers 12

La plupart des commanderies templières en occident furent érigées entre 1150 et 1250. Celle de Metz le fut entre 1180 et 1220. Les templiers furent accueillis à Metz par Agnès, abbesse du couvent de bénédictines de Ste Glossinde. Elle leur donna la chapelle St Maurice, construite en dehors des murs près de l'ancienne porte St Thiebault. Les templiers de Metz vont bénéficier d'importantes donations comme celle effectuée, attestée en 1147, par les frères Gérard et Guérin de Bosanville au moment de leurs départs pour la deuxième croisade. Celle-ci fut prêchée à Metz par St Bernard en personne. La multiplication des ressources va amener les templiers à délaisser leur petite chapelle pour installer la commanderie à proximité de l'église St-Pierre-aux-Nonnains. La commanderie avait sous sa juridiction, les trois évêchés de la Lorraine et du Duché de Bar. Lors de la dissolution de l'ordre en 1312, une partie de leurs biens revint à l'ordre des Chevaliers Teutoniques et la commanderie échoua aux Hospitaliers de St Jean de Jérusalem (l'ordre de Malte), leurs grands rivaux.

chapelle templiers 16
La voute

La date de construction de la chapelle n'est pas exactement connue. Mais des comparaisons stylistiques la rendent contemporaine de l'église St Maximin à Metz, érigé entre 1191 et 1200. Après le rattachement de Metz à la France, la construction d'une citadelle est entreprise en 1556 sur le site. Un procès verbal de l'époque fait état d'une église et d'une grande maison constituant la commanderie. Seules la chapelle et l'église St-Pierre-aux-Nonnains échappent à la destruction liée à la construction de la citadelle. La chapelle est convertie en magasin à poudre. En 1840, Prosper Mérimée fait classer la chapelle en tant que Monument historique. Malgré le classement, la construction de l'arsenal Ney en 1860 menace une nouvelle fois la chapelle. Elle échappe à la destruction grâce aux actions de la société d'archéologie et d'histoire de la Moselle. En 1900, elle est convertie en central téléphonique jusqu'en 1904 où l'armée la remet avec toute la citadelle aux autorités civiles de Metz.

chapelle templiers 22

chapelle templiers 25

chapelle templiers 21

chapelle templiers 24

Une première restauration fut effectuée en 1882. Elle a concerné le remplacement partiel des jambages de fenêtres et la mise en place d'une corniche avec chéneaux et gargouilles. Un projet de restauration fut élaboré dès 1904 et mit en œuvre à partir 1908. Entre 1910 et 1913, le peintre Schwarting de Hanovre réalisa les fresques actuellement visibles. Il réalisa le projet élaboré par le professeur Hermann Schaper (mort en 1911) et personnellement approuvé par le Kaiser Guillaume II en 1904. Durant la même période, un atelier munichois reconstruisit les vitraux dans l'esprit du XIIIe siècle. Ces vitraux représentent dans l'abside, la vie du Christ, et dans l'avant-chœur, les activités des chevaliers du temple.

chapelle templiers 28

chapelle templiers 31

La chapelle fut probablement décorée de fresques dès sa construction. Cependant, nous ignorons totalement l'ampleur et l'ordonnancement de ces fresques. Une partie des fresques du XIVe siècle est conservée dans une petite niche face à la méridionale de la rotonde. Y est représentée la Vierge assise sous un arc trilobé. Son voile, retenu par une couronne, tombe en plis élégants sur ces épaules. Sa main gauche tient un crucifix alors que de l'index de la main droite elle désigne le Sauveur. Cette indication est destinée à un personnage situé sur le côté gauche de la fresque. Sous cette composition apparait une femme debout. Sur la droite, trois éléments en forme de roues semblent indiquer le martyre de Ste Catherine.

chapelle templiers 19
La fresque du XIVe siècle

La chapelle, orientée vers l'est, forme un octogone dont le diamètre intérieur est de 8,40 m dans le sens nord/sud et de 8 m dans le sens est/ouest. À l'opposé de l'entrée est disposé un chœur rectangulaire large de 3,65 m et profond de 4,30 m. Le fond de ce chœur est constitué d'une abside circulaire profonde de 2,75 m. Les dimensions extérieures de la chapelle sont de 17 m sur 11,15 m. À remarquer également, la clé de voute de la rotonde ornée d'une colombe, symbole de l'Esprit Saint.

chapelle templiers 20

chapelle templiers 18

Ces photographies ont été réalisées en août 2013.

 

Y ACCÉDER:

La chapelle est située dans la citadelle au centre-ville de Metz. Elle est ouverte les après-midi du mardi au dimanche.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 16 novembre 2013

Cette page a été mise à jour le 21 février 2015