Les grottes de Ste Reine

La Moselle, au sud de Toul, a creusé son cours dans le calcaire du jurassique en formant de larges méandres. Dans la boucle, en amont du village de Pierre-la-Treiche, les eaux souterraines ont formé quantité de grottes. Trente-neuf ont été explorées par l'homme. Trois de ces grottes ont un développé de plus de 1000 m. Il n'y a que quatre grottes de cette importance dans le département.

ste reine 5
Le porche de la grotte de Ste-Reine

Ces grottes se sont formées au pléistocène moyen et inférieur (1,5 million d'années à 300000 ans) par les eaux d'infiltration de la Moselle. Celle-ci, coulant initialement au niveau du plateau, s'est enfoncée dans le calcaire à polypiers et oolithique, déposé durant le jurassique, recoupant ainsi les grottes et les rendant accessibles à l'homme. La Moselle, affluent primitif de la Meuse, fut capturée par la Meurthe dans la région de Toul il y a 300000 ans. C'est l'étude des remplissages des grottes de Pierre-la-Treiche qui permit de préciser la date de cet évènement majeur dans la vie de ce fleuve. De nombreux conduits des grottes sont totalement obstrués par les sédiments déposés par la Moselle au moment de cette capture.

trou 4-6
Une des grottes exploitées en carrière

trou 4-5
Dans cette cavité

Ces grottes sont connues de longue date. Le "Trou des Celtes", grotte de la rive gauche, servit de sépultures lors du néolithique. La grotte, d'un développement de 75 m, a été découverte en 1863 par Camille Husson. Les fouilles qu'il y effectua permirent la découverte des restes osseux de 25 à 30 individus, de silex taillés, de poinçons en os, de fragments de poterie et des fibules. Les poteries et les fibules permirent de déterminer que la grotte servit de refuge à une population de Leuques. Ceux-ci occupèrent la région entre le IIIe et le Ier siècle av. J.-C.. Leur capitale était Tulo Loucoru devenu, avec la conquête romaine, Tullum Leucorum, l'actuelle Toul.

Sur les rives de la Moselle, les grottes accessibles sont la grotte Jacqueline, la grotte Ste-Reine, la grotte des Puits, la grotte des Excentriques et la grotte des 7 salles. De nombreuses entrées de grottes sont visibles le long de la Moselle. Certaines sont facilement accessibles, d'autres non. Certaines des cavités ont été exploitées en tant que carrières. Ces grottes sont accessibles au niveau de leur porche sur quelques mètres. Pour poursuivre la visite, il faut être accompagné de spéléologues expérimentés et être équipés.

trou 4-9

trou 4-10

plan des grottes

La plus anciennement connue est la grotte Ste-Reine puisqu'elle abrita, en 1711, un ermitage dans son porche. Ce qui lui valut son classement comme Monument historique en 1910. La première exploration spéléologique fut entreprise en 1860 par Nicolas Husson et son fils Camille. Ils y firent des fouilles archéologiques qui mirent à jour des ossements d'ours des cavernes. C'est également eux qui réalisèrent en 1863 la première topographie de la grotte. Ernest Brezillon et Charles Deschamps poursuivirent l'exploration à la fin du XIXe siècle. En 1932, Christian Chambosse fit une description complète de la grotte dans le journal "L'avenir toulois". Après les travaux de différents explorateurs, une topographie presque complète fut publiée en 1954. Les travaux de Benoit Losson en 1990 sur les sédiments de la grotte permirent de préciser la datation de la capture de la Moselle. En 2008, David Parrot et les membres de l'USAN dégagèrent l'accès à une nouvelle galerie, la salle 33. Actuellement, les galeries explorées totalisent un développement de 1260 m pour un dénivelé de 17 m. C'est la plus importante cavité de la région.

ste reine 1
Le porche de la grotte Ste Reine

ste reine 2
Le porche de la grotte Ste-Reine

plan Ste reine

Le 2 décembre 1934, Christian Chambosse découvrit la grotte des Puits. Il désobstrua le premier puits donnant accès aux galeries inférieures. En 1952, le groupe spéléologique du clan des Montenlairs accéda aux galeries supérieures et en 1961, Michel Louis ouvrit une nouvelle galerie inférieure. La grotte a actuellement un développé de 440 m et un dénivelé de 20 m.

puits 1
Une des entrées de la grotte des Puits

puits 4
Cette entrée de plus près

plan grotte des puits

La grotte des Excentriques, située sur la rive gauche, fut découverte le 26 mars 1935 par Christian Chambosse qui la baptisa alors grotte des Renards. Elle fut redécouverte en 1958 par Michel Louis et Jean-Michel Delhotal qui notèrent que des inconnus les y avaient précédés. C'est dans cette grotte, d'un développement de 185 m, que J. L. Contet-Audonneau réalisa, pour le compte du laboratoire de zoologie de Nancy, l'étude des animaux cavernicoles.

trou 8-8
Un des nombreux porches de grotte

trou 8-7
Nous pénétrons dans ce porche

trou 8-3
Dans le porche ci-dessus

trou 8-6
Une autre vue de ce porche

La grotte des 7 salles fut découverte le 31 mars 1937 par Christian Chambosse qui explora les salles 1 à 7. La salle 1 avait cependant déjà été visitée par des inconnus. Au début des années 1950, le clan des Montenlairs ouvrit la partie gauche de la grotte. Ils en réalisèrent la topographie. Durant les années 1970 et 1980, Michel Louis explora la totalité de la partie droite et désobstrua l'entrée numéro 2. L'entrée 3 par le puits du Chouchen, d'une profondeur de 6 m, fut ouverte en 1996 par l'USAN. La grotte présente un développement de 1235 m et un dénivelé de 19 m.

7 salles 1
Une des entrées de la grotte des 7 salles

7 salles 8
Dans cette entrée

7 salles 10
Dans le porche

7 salles 7
La descente vers les salles de la grotte

7 salles 4
Une autre galerie

7 salles 2
Une autre entrée

plan 7 salles

La dernière grotte découverte est la grotte Jacqueline. Jean Colin en trouva l'entrée (M) en 1948. Elle sera explorée en 1948/49 par le GSL qui en réalisa la topographie. De 1960 à 1963, Michel Louis avec différents clubs de spéléologie découvrit deux autres entrées et réalisa la topographie complète. En 1963, l'USAN y inventoria les animaux cavernicoles. Cette grotte a un développé de 1155 m et un dénivelé de 16 m.

trou 2
Une des entrées de la grotte Jacqueline ?

trou 3-2

trou 7-1
Une autre entrée

trou 5-4
Dans la galerie prolongeant cette entrée

plan jacqueline

Ces photographies ont été réalisées en février 2014.

 

Y ACCÉDER:

De Toul, prendre la direction de Neufchâteau par la N74. À la sortie de Toul, prendre la direction de Chaudeney-sur-Moselle et poursuivre pour Pierre-la-Treiche. Au niveau du pont traversant la Moselle, prenez tout droit le chemin longeant la voie ferrée. Les différentes grottes sont situées le long de ce chemin qu'il faut parcourir à pied.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 24 avril 2014

Cette page a été mise à jour le 17 février 2015