Les thermes d'Alauna

Les vestiges des thermes d'Alauna, bien conservé, sont connus de longue date. Ils étaient assimilés jusqu'en 1695 aux vestiges d'un ancien château. Le père Dunod, jésuite et missionnaire royal, associé à l'intendant Foucault, collectionneur passionné, en firent l'étude et identifièrent une cité gallo-romaine. Celle-ci fut assimilée à la cité d'Alauna figurant dans l'itinéraire d'Antonin (IIIe siècle apr. J.-C.) et sur la Table de Peutinger du IVe siècle apr. J.-C.

alauna 27

alauna 22

Les fouilles de la fin du XVIIe siècle mirent en évidence une agglomération d'environ 35 hectares de superficie qui pourrait être la capitale des Unelles. Elle est architecturée autour de deux artères principales, l'une orientée nord-sud et nommée "cardo maximus" et l'autre orientée est-ouest, nommée "decumanus maximus". Un quadrillage de rue formait des ilots (insula) d'habitations. La cité était habitée entre le 1er et le IIIe siècle apr. J.-C., datation estimée selon les monnaies retrouvée lors des fouilles. Un théâtre de 3700 places fut retrouvé à l'extrémité nord-est de la ville. Un plan de la cité fut publié par le père Dunod en 1719.

alauna 9
Contour de la piscine froide

alauna 1

Malgré les fouilles de 1695 et de multiples actions au cours du XVIIIe siècle, les propriétaires des terrains entreprirent la destruction des ruines. En 1811, Charles Duherissier de Gerville (un des pères de l'archéologie française) constata que les thermes avaient servi de cibles à des tirs d'artillerie et que le théâtre avait perdu ses gradins, vendus comme pierre à chaux. En 1845, la société des antiquaires de Normandie réalisa une nouvelle exploration des thermes et du théâtre.

alauna 13

alauna 25

Les fouilles modernes, effectuées entre 1989 et 1992, dégagèrent entièrement les ruines des thermes situés à l'extrémité nord-est de la cité. Il ne s'agit peut-être pas des thermes principaux de la cité gallo-romaine. L'édifice, d'un plan symétrique, possédait six salles froides et quatre salles tièdes ou chaudes. Une piscine froide était implantée en abside sur la façade est. La piscine chaude, de forme circulaire de 7,30 m de diamètre, était recouverte de mastic rouge et chauffé par douze fourneaux en brique. L'alimentation en eau se faisait depuis la source du Bu, près du théâtre antique, par un aqueduc souterrain de 40 cm de largeur. Les maçonneries des thermes, conservés sur 12 m de hauteur, présentent une mise en œuvre soignée d'assises de petit bloc de pierre et de briques. La construction est datée de la 2e moitié du 1er siècle apr. J.-C.. Les thermes furent abandonnés avant la fin du IIe siècle apr. J.-C. Les restes de deux bâtiments médiévaux implantés au pied des ruines témoignent d'une réoccupation des lieux au XIVe siècle.

alauna 8

plan

Les fouilles effectuées en 2002 et 2010 ont mis à jour sur les marges sud-ouest de la cité Gallo-Romains des enclos fossoyés datés du 1er siècle av. J.-C. Ces enclos sont associés à une production métallurgique.

alauna 3

alauna 10

Ces photographies ont été réalisées en juillet 2017.

 

Y ACCÉDER:

Du centre-ville de Valognes, prendre la direction de Carentan. Pas loin du centre, il faut bifurquer sur la gauche en direction de l'église d'Alleaune et de la piscine (panneau indicateur de petite taille). Poursuivre sur le chemin après la piscine, il vous mènera aux thermes.



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 24 septembre 2017

Cette page a été mise à jour le 24 septembre 2017