Le fort du Petit Gouin

Pour assurer la protection de l'anse de Camaret-sur-Mer, un corps de garde fut construit en 1859 sur la Pointe du Grand-Gouin auquel fut rajoutée, en 1896, une batterie de quatre canons. L'ensemble fut complété en 1941 par des blockhaus allemands. Restauré en 2019/2020, le corps de garde est un rare exemple de ce type accessible au public.

fort gouin 1

À la suite des tours de défense modèle 1811, voulue par Napoléon 1er, furent construits, entre 1844 et 1862, 150 corps de garde le long des côtes françaises. Le corps de garde du Petit-Gouin est un corps de garde N° 2 modèle 1846, construit en 1859. Il fut construit sur une plateforme occupée au cours du XVIIIe siècle par une batterie côtière, construite en 1693 par Vauban, et qui prit part à la bataille de Camaret-sur-Mer, le 18 juin 1694. Le corps de garde N° 2 est un bâtiment long de 19,50 m et large de 10,30 m constitué de trois niveaux. Sur un sous-sol accueillant une citerne est disposé un rez-de-chaussée aux salles voutées surmontées de la terrasse d'artillerie. L'entrée se fait au rez-de-chaussée par un pont-levis basculant. Ce rez-de-chaussée accueille le casernement pour 40 hommes, les magasins à vivres et à poudre et la cuisine. La terrasse était prévue pour accueillir 8 à 12 canons. Les emplacements de tir étaient cloisonnés par des murs-traverses pour protéger les servants des tirs en enfilades et des accidents de tir. La terrasse était entourée par un parapet à bretèche avec des créneaux de fusillade pour la défense rapprochés. L'épaisseur des murs était de 0,60 m sauf pour le magasin à poudre où ils atteignaient une épaisseur de 1,20 m.

fort gouin 5
L'entrée du corps de garde

fort gouin 11
Salle du rez-de-chaussée

fort gouin 21
Salle du rez-de-chaussée

fort gouin 15
Le magasin à poudre

Le rôle de ce corps de garde était de tirer sur les navires au mouillage dans l'anse de Camaret-sur-Mer afin d'empêcher les débarquements et de soutenir la ligne de défense de Quélern. Pour cela, il était armé de trois canons de 30 livres et de trois obusiers de 22 pouces. À la suite de la crise de l'obus-torpille (apparition de la mélinite remplaçant la poudre noire et augmentant significativement la puissance des obus), les corps de garde furent déclassés en 1889, car incapables d'assurer une protection à la garnison. En 1896, une batterie basse, constituée de quatre canons de 95 mm modèle 1888-04, fut construite en contrebas du corps de garde. Cette batterie fut déplacée en 1901 au-dessus du corps de garde. Elle fut totalement rasée par les bombardements américains de 1944.

fort gouin 16
La terrasse d'artillerie

fort gouin 17
La terrasse d'artillerie

Le corps de garde fut intégré, en 1941, dans les défenses du mur de l'Atlantique par l'armée allemande. Le corps de garde fut recouvert d'un toit à quatre pans en béton armé pour abriter les servants des deux canons de 75 K 97 Schneider. Ces deux canons étaient abrités dans deux blockhaus de type 671 (300 m3 de béton) construit en contrebas du corps de garde. Le corps de garde et les blockhaus furent ensuite utilisés par l'armée française jusqu'en 2006. Il fut ensuite investi par une association d'artistes-peintres puis par un centre de vacances. Le corps de garde reçut à cette occasion des éléments de confort moderne comme le chauffage central, des toilettes, des douches et l'électricité. Après une période d'abandon, le corps de garde fut restauré en 2019/2020 pour lui redonner son aspect d'origine. Seule concession à la modernité, un escalier métallique remplaça l'échelle de meunier en chêne d'accès à la terrasse.

fort gouin 8
L'emplacement de la batterie basse et des blockhaus allemands

fort gouin 24
Emplacement des canons de 95

fort gouin 22
L'emplacement de la batterie basse et des blockhaus allemands

fort gouin 26
Le couloir reliant le blockhaus allemand à la soute à munitions

fort gouin 31
Un des blockhaus type 671

fort gouin 32
Un des blockhaus type 671

Des corps de garde de ce type furent érigés dans le nord de la presqu'ile de Crozon au réduit de Quélern, en 1852, au fort Robert, en 1857 et à Roscanel, en 1859. Au sud de la presqu'ile de Crozon, ils furent érigés à Postolonnec, en 1860 (détruit), à Rulianec, en 1861 (il sert de réception à une résidence de vacances), à la pointe du Kador, en 1861 (au-dessus des grottes de Morgat), et sur l'ile de l'Aber, en 1862.

fort gouin 28
La chambre du canon du blockhaus type 671

Ces photographies ont été réalisées en juin 2021.

 

Y ACCÉDER:

Le corps de garde est accessible en empruntant le sentier côtier faisant le tour de la Pointe du Grand-Gouin au départ de Camaret-sur-Mer.

 

Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont donnés sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accès au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 26 septembre 2021

Cette page a été mise à jour le 26 septembre 2021