La batterie de Mauvanne

La batterie de Mauvanne, construite par l'armée française en 1890, fut récupérée en 1943 par les Allemands qui y construisirent une batterie d'artillerie du Sudwall, l'équivalent le long de la côte de la Méditerranée du célèbre mur de l'Atlantique.

fort mauvanne 1
Le corps de garde

fort mauvanne 2
Le fossé du côté nord

La commission de révision de l'armement du littoral de l'arrondissement maritime de Toulon reconnut, en 1873, que la majorité des ouvrages défensifs existant sur le littoral et les iles étaient très vulnérables et inefficaces au vu des progrès considérables que connut l'artillerie dans la deuxième moitié du XIXe siècle (crises des canons à âme rayés et de l'obus-torpille). En 1875, la commission de défense des côtes confirma cela et demanda l'abandon des ouvrages au profit de nouveaux forts construits sur des points hauts. Elle préconisa la construction du fort de l'Éminence à Port-Cros et du fort de Repentance à Porquerolles conforme à la typologie des forts Séré de Rivières érigées sur les frontières de l'est de la France. Sur le littoral, elle préconisa de garder, en les modernisant, la redoute du Pradeau (sur la presqu'ile de Giens), la redoute de Gapeau (aux salins d'Hyères), le fort de Brégançon et la batterie de Leoube. Le projet de construction d'un fort à Giens fut abandonné en 1884 au profit de la création, sur les hauteurs de la presqu'ile de Giens, de la batterie de la Badine. Cette batterie de rupture, identique à celles construites dans le goulet de Brest, avait pour mission la défense de la petite passe entre Giens et Porquerolles.

fort mauvanne 39
Le fossé au niveau de l'entrée

fort mauvanne 40
Le fossé

En fin d'année 1880 fut jugée utile la construction d'un ouvrage analogue à la batterie de la Badine sur les hauteurs du Galoupet, à l'arrière des salins d'Hyères, pour défendre les approches du mouillage de la rade d'Hyères. En 1890, l'État procéda à l'acquisition des terrains nécessaires et du droit de passage à perpétuité sur le chemin d'accès auprès de monsieur et madame Trap, propriétaire du domaine viticole du Galoupet. Comme le terrain était plus proche de Mauvanne que du Galoupet, la nouvelle batterie prit le nom de Mauvanne. Il fut construit, en ce lieu, une batterie pour trois mortiers de 270 mm, modèle 1889, sur affut à pivot central. Chaque mortier était installé sur un emplacement de tir semi-circulaire séparé des autres emplacements par une épaisse traverse-abri. Sous les emplacements de tir sont installés des magasins sous roc ou magasin-caverne desservi par une galerie débouchant dans la cour et par un monte-charge débouchant dans la traverse-abri située entre les emplacements de tir 1 et 2. La batterie est entourée d'une enceinte ayant la forme d'un hexagone irrégulier ceint d'un fossé. De part et d'autre de l'entrée de la batterie sont situés un hangar à projectile et un corps de garde en saillie sur l'enceinte. Ce corps de garde participait à la protection de l'enceinte en plus de deux petits bastions et à un demi-bastion.

fort mauvanne 41
La cour vue depuis le hangar aux projectiles

fort mauvanne 42
Le hangar aux projectiles

fort mauvanne 43
La traverse entre les emplacements de tir 1 et 2

fort mauvanne 44
Le local de cette traverse

En 1901, la traverse-abri entre les emplacements de tir 2 et 3 fut reconstruite en traverse bétonnée incluant un magasin de combat. Comme tous les forts de France, la batterie de Maurane fut désarmée au cours de la 1re Guerre mondiale pour transférer ses canons sur le front. Le département de la guerre propriétaire de la batterie céda, en 1919, l'usage du corps de garde et de la citerne à la Marine. Ce n'est que le 1er décembre 1933 que la totalité de la batterie fut remise à la Marine. À l'armistice de 1940, la batterie fut totalement désarmée avant d'être investie par les Allemands à partir de décembre 1942.

fort mauvanne 46
Le magasin de combat de la batterie française

fort mauvanne 48
Le hangar au fond de la cour

fort mauvanne 45
L'emplacement de tir 2

fort mauvanne 51
Le magasin de combat entre les emplacements de tir 2 et 3

En décembre 1943, les Allemands créèrent le détachement d'artillerie de Marine n° 627 en charge de la Côte d'Azur dont le poste de commandement fut installé dans la presqu'ile de Giens. Ce commandement déménagea au printemps 1944 au domaine San-Salvadour à Hyères. Ce détachement d'artillerie de Marine n° 627 aménagea cinq batteries d'artilleries en réoccupant en partie les anciennes batteries françaises comme celle de San-Salvadour (équipée de canons de 138), de la Badine (équipée de canons de 120), de Benat (équipée de canons de 105), de Mauvanne et du Cap Dramont. La batterie de Mauvanne fut réarmée avec quatre canons de 150 TbKC/36 et dirigée par l'Oberleutnant Ernst Gröfer à partir du 16 décembre 1943. Dès début 1944, les Allemands construisirent quatre blockhaus M272 d'artillerie de marine pour abriter les canons de 150. Furent également construit un poste de direction de tir type M262, un blockhaus servant de soute à munitions et une plateforme pour un canon antiaérien de 20 mm FLAK. Un long baraquement en fibrociment sur une charpente en bois fut érigé au nord du site pour servir de casernement. Une plateforme d'artillerie à ciel ouvert fut également installée dans l'enceinte de l'ancienne batterie française. Le magasin de combat et la citerne de l'ancien fort furent remis en service.

fort mauvanne 16
Le 1er blockhaus M272

fort mauvanne 15
Vue depuis la chambre de tir

Débarqué sur la plage du Rayolet et du Canadel lors du débarquement allié en Provence le 15 aout 1944, les Commandos d'Afrique du lieutenant-colonel Bouvet de l'armée française furent chargés d'enlever les batteries allemandes du secteur d'Hyères qui gênaient l'avance des alliées en direction de Toulon et que les Américains ne parvenaient pas prendre. Le 18 aout 1944, un commando de 80 fantassins sous les ordres du capitaine Ducournau et soutenu par une section de mortier attaqua la batterie de Mauvanne. La bataille fut rude, mais victorieuse. Les Français perdirent quinze hommes et les Allemands eurent quarante morts dans leurs rangs. La Marine française supprima l'artillerie allemande en 1947 et utilisa la batterie comme école de canonnage. Laissée à l'abandon durant de nombreuses années, la Marine la mit à la disposition de l'association de réinsertion par le travail "Sphinx" en 1998. La batterie fut vendue en 2021 par les domaines à un particulier.

fort mauvanne 8
Le monument commémoratif des commandos français ayant pris la batterie le 18 aout 1944

fort mauvanne 50
Le haut du 2e blockhaus M272

fort mauvanne 52
L'accès au 2e blockhaus M272

fort mauvanne 59
Porte blindée de ce blockhaus

La batterie française de Mauvanne est constituée d'une enceinte de forme hexagonale irrégulière de 150 m de longueur et de 50 m de largeur. Elle est ceinte d'un fossé dont la contrescarpe est revêtue. Le terrain étant en pente, l'aire interne présente une partie haute, au sud, sur laquelle sont implantés les emplacements de tir, et une partie basse, au nord, où se trouvent la cour et les voies de circulation. Dans la partie haute, le mur d'enceinte possède un chemin de ronde bordé d'un parapet. Dans la partie basse, le mur d'enceinte est une courtine bordant les terrasses. Le fossé est flanqué aux angles sud-est et nord-ouest par un petit bastion et est flanqué sur le petit pan du front sud-est par un demi-bastion. Le corps de garde assure la défense du fossé sur le front nord-est. Ce corps de garde est un bâtiment d'un étage avec un toit en bâtière. Il est divisé en trois travées et son mur de façade et les deux murs pignons sont percés de créneaux de fusillade. Enfouis à 10 m sous terre, sous les emplacements de tir, sont installés des magasins sous roc ou magasin-caverne. La galerie, voutée en berceau, est accessible, du côté nord de la cour, par deux escaliers droits encadrant un plan incliné. Cette galerie dessert, de part et d'autre, deux petits magasins de forme carrée de 3,20 m de côté (magasin à détonateurs et magasin à amorces). Quatre mètres plus loin se trouvent, sur la droite, le magasin de chargement et, sur la gauche, le magasin à poudre de 8,50 m de longueur et de 5 m de largeur (capacité de 5500 kg) précédé d'un sas. Au bout de la galerie se trouve le monte-charge débouchant dans la traverse-abri entre les emplacements de tir 1 et 2. Entre les emplacements de tir 2 et 3 est disposé un abri bétonné servant de magasin de combat constitué d'un couloir central et de deux magasins latéraux. Un petit hangar et une citerne enterrée de 60 m3 sont installés dans l'enceinte au fond de la cour à l'opposé de l'entrée. En face du corps de garde au niveau de l'entrée de la batterie est situé un hangar à projectile, défilé de la mer par un épaulement de terre.

plan

fort mauvanne 4
Le corps de garde

fort mauvanne 3
Le petit bastionnet de défense du fossé à l'angle nord-ouest

fort mauvanne 60
Le petit bastionnet de défense du fossé à l'angle nord-ouest

fort mauvanne 61
Le petit bastionnet de défense du fossé à l'angle nord-ouest

fort mauvanne 49
L'entrée des magasins sous roc

fort mauvanne 6
Le portail de la batterie

En 1944, les Allemands rajoutèrent à cette batterie quatre blockhaus de type M272 pour abriter les canons de 150 TbKC/36. Ces blockhaus ont une longueur de 13,50 m et une largeur de 12,50 m. Ils émergent de 7,50 m au-dessus du sol. Ils sont constitués d'une chambre accueillant le canon et, à l'arrière de celle-ci, de deux magasins à munitions installés de part et d'autre du couloir d'accès. Sous la chambre du canon se trouve une chambre souterraine accessible par une trappe avec une échelle. L'ouverture de la chambre du canon permet un angle de tir de 120 °. Cette ouverture est protégée en partie haute par une visière à quatre pans (le modèle standard n'en comporte que trois). Les dalles et les parois du blockhaus ont une épaisseur de 2 m de béton. Chaque Blockhaus M272 est accompagné d'un blockhaus technique implanté à 30 m de distance. Le deuxième blockhaus M272 est implanté dans le fossé du front d'attaque de la batterie française, ce qui nécessita la destruction d'une partie du mur de contrescarpe.

fort mauvanne 9
Le 1er blockhaus M272

fort mauvanne 7
Le 1er blockhaus M272

fort mauvanne 64
La chambre de tir d'un des blockhaus M272

fort mauvanne 56
La semelle de fixation du canon

fort mauvanne 67
La chambre de tir d'un des blockhaus M272

fort mauvanne 12
Un des magasins à munitions du blockhaus M272

fort mauvanne 68
La chambre de tir d'un des blockhaus M272

fort mauvanne 70
L'accès à la chambre souterraine du blockhaus M272

Le poste de direction de tir, implanté à l'est de la batterie, est un blockhaus de type M262. Il s'agit d'un bloc carré de 11,50 m de côté avec des murs d'une épaisseur de 2 m. Au premier niveau se trouve une chambre principale carrée bordée de réduits techniques. Du côté de la mer, cette salle présente un avant-corps en abside à trois pans abritant l'observatoire couvert par une dalle bombée. Au deuxième niveau se trouve une grande salle panoramique de télémétrie. Cette salle est recouverte par une dalle en porte à faux. Cette dalle est soutenue, du côté de la terre, par le mur de la salle et du côté de la mer, par deux potelets métalliques. La dalle présente donc par rapport aux murs de la salle une ouverture en forme de fente sur trois côtés.

fort mauvanne 17
Le poste de direction de tir

fort mauvanne 37
Le poste de direction de tir

fort mauvanne 20
La salle principale du poste de direction de tir

fort mauvanne 21
Locaux technique du poste de direction de tir

fort mauvanne 26
L'observatoire du poste de direction de tir

fort mauvanne 27
L'accès à la salle de télémétrie

fort mauvanne 31
La salle de télémétrie

fort mauvanne 34
L'accès au poste de direction de tir

Pour approfondir le sujet, vous pouvez consulter le site du Service de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel en Région SUD où des dossiers très complets et de nombreuses photographies sont à votre disposition.

Ces photographies ont été réalisées en juillet 2022.

 

Y ACCÉDER:

Le fort de Mauvanne se trouve entre Hyères et la Londe-les-Maures sur les hauteurs au niveau du domaine viticole de Galoupet

 

Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont donnés sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accès au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 17 septembre 2022

Cette page a été mise à jour le 17 septembre 2022