La base de sous-marins
de St-Nazaire

St-Nazaire fait partie des cinq ports français choisis par les Allemands pour servir de base à leurs sous-marins opérant dans l'Atlantique. À partir de 1941, l'organisation Todt va construire dans ces ports d'immenses bunkers destinés à abriter les sous-marins faisant escale.

la base
La partie nord de la base côté bassin

En quatre mois, sont construits à St-Nazaire, trois alvéoles longues de 100 m et larges de 14 m. Elles possèdent un bassin utile de 92 m sur 11 m qui peut être asséché. Elles sont recouvertes d'un toit de 3,50 m d'épaisseur. Une deuxième phase de construction va rajouter au sud six alvéoles. Cette construction durera de juillet 1941 à janvier 1942. De février à juin 1942, cinq autres alvéoles sont rajoutées au nord. Le bâtiment est encore complété au nord de juin à décembre 1943 par des logements. La base est constituée, du sud au nord, de six alvéoles doubles et de huit alvéoles simples. Les alvéoles simples sont des bassins de radoub pouvant être asséchés et les autres des bassins à flot. La capacité est de vingt sous-marins. Deux espaces interalvéoles de 8 m de largeur, abritant des ateliers, sont construits entre les alvéoles 5 et 6 et les alvéoles 12 et 13.

À l'arrière des alvéoles sont situés, sur trois étages, des ateliers et des bureaux. Entre cette zone d'atelier et les alvéoles est situé un couloir de 5 m de large parcouru par une voie ferrée. Des portes blindées permettent le passage des trains. L'ensemble du bâtiment fait 299 m de long, 124 m de large et de 18 m de hauteur. Il a nécessité 480 000 m3 de béton. Le toit du bâtiment a une épaisseur de 8,75 m. Il est constitué de quatre couches superposées. La première couche, épaisse de 3,50 m, est faite de tôles en acier recouvertes de béton armé. Une deuxième couche de 35 cm de béton recouvre la première. Une troisième couche est rajoutée en mars 1943. Elle a une épaisseur de 1,70 m. Le toit est surmonté ensuite par un maillage de poutres en béton. Des poutres de 1,80 m sur 1,46 m sont placées dans le sens de la largeur. Des poutres de 1,40 m sur 1,50 m sont disposées perpendiculairement par-dessus. Cette structure était destinée à faire exploser les bombes avant qu'elles n'atteignent le toit proprement dit. Elle n'a cependant pas été installée sur l'ensemble du bâtiment. La structure du toit était conçue pour résister aux bombes anglaises de 5,4 tonnes dénommées "Tallboy" qui n'ont d'ailleurs pas été utilisées sur St-Nazaire. Aucune bombe n'a réussi à percer le toit de la base.

le toit
La structure de poutres du toit

le toit sans poutres
Le toit sans les poutres

Les alvéoles simples ont une dimension utile de 92 m sur 11 m. Ils ont une profondeur de 9  sous le niveau du quai. Elles peuvent être fermées par une porte flottante et asséchées à l'aide de pompes en l'espace de 75 mn. Un volet blindé permettait de fermer l'ouverture au-dessus de l'eau. Les alvéoles doubles ont une dimension utile de 92 m sur 17 m. Elles sont également équipées de volets blindés pour fermer l'ouverture aérienne. Dans chaque alvéole sont installés des ponts roulants avec des grues de 3 à 5 tonnes permettant les travaux et les ravitaillements des sous-marins. Les différents ateliers installés dans les annexes permettaient de réaliser toutes les réparations et même l'installation de nouveaux matériels sur les sous-marins.

une alvéole
Dans une des alvéoles encore à flot

alvéole comblée
Une des alvéoles comblée

alvéole à flot
Une alvéole à flot

La base est construite au bord d'un bassin relié à la mer par une écluse. Face à l'augmentation des bombardements alliés, les Allemands entament à partir de juin 1943 la construction d'une nouvelle écluse protégée par un bunker. Ce bunker-écluse a une longueur de 155 m, une largeur de 25 m et une hauteur de 14 m. Il est terminé début 1944, mais sera peu utilisé, car l'autre écluse restera fonctionnelle malgré les bombardements.

l'écluse
Le bunker écluse

l'espadon
Le sous-marin l'Espadon dans l'écluse fortifiée

Les premiers sous-marins sont arrivés à St-Nazaire en octobre 1940. La première partie de la base est mise en service le 30 juin 1941. La base sera progressivement évacuée à partir d'août 1944. Le dernier sous-marin à quitter la base sera le "U-255", le 30 avril 1945. La base sera prise par le 2e bataillon du 4e régiment de fusiliers marins. Ils trouveront dans l'alvéole 4, le "U-510" dont les réparations n'avaient pas pu être terminées. Ce sous-marin deviendra le "S-11 Bouan" et restera en service dans la marine française jusqu'en 1963. En tout, 144 sous-marins ont été stationnés à St-Nazaire entre octobre 1940 et le 30 avril 1945. La base a été occupée pendant un an par la marine française qui y démonta tout le matériel utile pour l'installer dans les bases de Lorient et de Brest. Tout ce que la marine n'emporta pas fut pillé ou détruit au cours des nombreuses années où le bâtiment resta à l'abandon. Entre 1952 et 1955, les chantiers navals de St-Nazaire utilisèrent deux alvéoles simples pour y construire huit dragueurs de mines pour la marine française. Par la suite, la plupart des alvéoles seront comblées ou utilisées pour héberger des bateaux de plaisance. Le bâtiment fut également utilisé par une usine de phosphates et servi même à stocker des ordures. En 1987, le sous-marin "Espadon", copie française du sous-marin allemand de type XXI, est installé et transformé en musée au sein de l'écluse fortifiée. La base est réhabilitée à partir de 1998 par la ville de St-Nazaire pour y installer une exposition sur les paquebots transatlantiques et l'office du tourisme.

côté mer
La partie sud de la base côté bassin

l'arriére de la base
La partie arrière de la base

Ces photographies ont été réalisées en août 2001.

 

Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont donnés sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accès au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 11 janvier 2009

Cette page a été mise à jour le 12 février 2015