Le monument des ambulancières

Les monuments commémorant les exploits des soldats ayant combattu pour notre liberté au cours des différents conflits sont nombreux dans nos villes et campagnes. Les hommes ne furent cependant pas les seuls à donner leurs vies au cours des combats. De nombreuses femmes se sacrifièrent également pour notre liberté. Les monuments qui leur sont dédiés sont cependant peu nombreux. Celui dédié aux ambulancières du 25e bataillon médical est même unique en France.

monu 3

Lors des combats pour la libération de l'Alsace, durant l'hiver 1944/1945, les Allemands lancèrent le 21 novembre 1944 une offensive destinée à rallier, dans le Sundgau, la frontière suisse et en même temps à couper la route de ravitaillement de la 1re et de la 5 division blindée (DB) qui progressaient vers le Rhin en provenance du sud. Cette offensive coupa la route Delle/Bâle durant toute la journée et la nuit du 21 au 22 novembre 1944. La contre-attaque conjointe de la 1 et 5e DB, du régiment colonial de chasseurs de chars (RCCC), du régiment d'infanterie colonial du Maroc (RICM), du 26e régiment d'infanterie coloniale (RIC) et du 80e régiment d'infanterie (RI) rétablit la situation le 22 novembre 1944. Les Allemands reprirent cependant la route le 23 novembre pour la reperdre le 24 novembre.

monu 6

Le 26 novembre 1944 à 8h45, quatre bataillons allemands soutenus par des chars attaquèrent la centrale électrique de Rechesy. À 9h30, les Français, à court de munitions, furent obligés de battre en retraite. Les Allemands furent à nouveau maitres de la route Delle/Bâle. Une première contre-attaque du 152e RI échoua. Lors de cette offensive, le 25e bataillon médical de la 9e division d'infanterie coloniale se trouva pris entre les feux des Français et des Allemands. Le médecin-capitaine Cheynel fut tué et trois ambulancières, dont la lieutenante Suzanne Rouquette, commandante des ambulancières, sont grièvement blessées. Le 25e bataillon médical fut fait prisonnier par les Allemands. Le lieutenant Rouquette s'insurgea contre ce fait et son cran en imposa tellement aux Allemands qu'ils les libérèrent. Marie Louise Bajeux et Denise Ferrier évacuèrent les blessés et le corps du capitaine Cheynel avec les ambulances vers les lignes françaises. La lieutenante Suzanne Rouquette dut être amputée d'une jambe. Elle se mariera par la suite avec le capitaine Lefort, futur général.

monu 4

Une nouvelle contre-attaque, menée par le 9e Zouave et le 152e RI, permit la reprise de la centrale de Rechesy. Les Allemands furent définitivement repoussés vers 17h45 ce même jour. Denise Ferrier fut citée à l'ordre de la division en décembre 1944 pour évacuation sous le feu ennemi. Elle fut tuée par un éclat d'obus lors de la libération de Pfastatt, le 24 janvier 1945. Elle était âgée de 20 ans. Son effigie orne le monument des ambulancières.

monu 7

Le monument des ambulancières a été inauguré en 1991. Il rend hommage aux ambulancières du 25e bataillon médical, du 8e bataillon médical, du 15e bataillon médical de la 1re DB, de la 1re armée française et de la 4e division marocaine de montagne. Il côtoie le monument commémoratif du 152e RI.

monu 2

Ces photographies ont été réalisées en octobre 2012.

 

Y ACCÉDER:

De Seppois-le-Bas, prendre la D463 pour Courtelevant. Le monument est au bord de la route au croisement avec la D17.1 en provenance de Ueberstrass.

 

Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont donnés sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accès au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 3 avril 2015

Cette page a été mise à jour le 3 avril 2015