Hartmannswillerkopf
La montagne de la mort

3e partie

Dans cette troisième partie, nous allons parcourir le flanc nord-est du Hartmannswillerkopf (HWK). Le départ du parcours est la croix Zimmermann. En suivant le chemin (balisage triangle jaune) nous passons devant la Feste Stein, un gros bunker allemand, pour atteindre la Feste Limburg.

la feste stein
La Feste Stein

Sur le côté droit du chemin s'ouvre un souterrain protégé par une façade maçonnée qui porte une inscription en l'honneur des morts de cet abri.

feste Limburg
La Feste Limburg

le souterrain
La galerie souterraine de la Feste Limburg

l'inscription
L'inscription de la Feste Limburg

le bunker de la Feste Limburg
Le bunker de la Feste Limburg

Sur le côté gauche, un bunker partiellement détruit monte la garde. Le sentier part derrière ce bunker, traverse le ruisseau (petit pont) pour entamer la montée vers le Felsennest 1. Dans la montée apparaissent des entrées d'abris souterrains effondrés.

abri montée Felsennest 1
Un des abris de la montée vers le Felsennest 1

À gauche du débouché du sentier sur le chemin, et légèrement en contrebas se trouve le Felsennnest 1. Ce rocher fortifié est traversé par une galerie possédant des chambres latérales. La galerie débouche sur un balcon servant d'observatoire et de support pour mitrailleuse.

le bunker du Felsennest 1
Le bunker du Felsennest 1

l'entrée
L'entrée du Felsennest 1

la galerie
La galerie qui traverse le Felsennest 1

le poste de mitrailleuse
Le poste de mitrailleuse du Felsennest 1

Le chemin partant à gauche au débouché du sentier mène au Tanzplatz en réalité "Truppen Verbands Platz" (place pour les pansements de la troupe). L'abri situé à cet endroit était un hôpital de campagne. Sur le côté du Tanzplatz subsistent les soubassements de la station de départ du troisième téléphérique. Celui-ci rejoignait le chemin des Parisiennes, situé 50 m plus haut au niveau du Baerenstollen.

le tanzplatz
Le bunker principal du Tanzplatz

tanzplatz
Le deuxième bunker du Tanzplatz

Nous reprenons le sentier qui grimpe vers la Jägertanne et le Felseneck. Le sentier passe par la Kaserne II et la Haus Kälten. La Kaserne II possède un grand souterrain en forme de "U". La Haus Kälten est un abri souterrain effondré dont il ne subsiste que la façade.

kaserne II-1
La Kaserne II

kaserne II-2
Les abris souterrains de la Kaserne II

kaserne II-5
La galerie souterraine de la Kaserne II

kaserne II-7
Les Diables Rouges (152e RI) ont laissé leur marque (trace d'humidité sur la paroi d'une des salles souterraines de la Kaserne II)

kaserne II-3
Un des abris de la Kaserne II

kaserne II-9
Un autre des abris de cette Kaserne II

haus Kalten
La Haus Kälten

Le sentier poursuit son ascension en empruntant sur quelques mètres le Hangweg. Nous arrivons au Felseneck à 730 m d'altitude. Il forme avec la Zwischenklippe, une forteresse analogue à l'Untere Rehfelsen sur l'autre versant. Les abris souterrains de cette forteresse occupent trois étages. Le Felseneck représente l'extrémité nord de la crête des Pains de Sucre vu dans la première partie. Nous sommes sur la première ligne allemande.

zwischenklippe-1
La Zwischenklippe

zwischenklippe-2
Le grand escalier de la Zwischenklippe

zwischenklippe-3
Une des salles souterraines de la Zwischenklippe

zwischenklippe-4
Le débouché du grand escalier

zwischenklippe-5
Un des autres abris de la Zwischenklippe

zwischenklippe-8
L'entrée de cet abri

Nous continuons l'ascension vers le fortin du Beskid.

beskid-1
Une des entrées du fortin du Beskid

beskid-4
Une autre des entrées

beskid-2
La galerie descendante derrière l'entrée ci-dessus

beskid-5
Dans le Beskid

beskid-7
Les tranchées du Beskid

beskid-8
Une autre des entrées

beskid-9
Les tranchées

beskid-10
Un autre abri de ce fortin

De là, nous empruntons le Kreutzotterpfad vers la courbe 2. Nous débouchons à la Schlummerklippe. Ce fortin s'étale sur trois étages avec des abris maçonnés et d'autres, creusés dans le rocher. En bas du fortin se trouve une tranchée bétonnée avec des créneaux pour mitrailleuses. Le fortin servait de poste de secours et certains murs possèdent encore des traces de peinture décorative.

schlummerklippe-3
Le haut de la Schlummerklippe

schlummerklippe-2
La Schlummerklippe

schlummerklippe-4
Lavoir ou baignoire ?

schlummerklippe-6
Vue sur la Schlummerklippe

schlummerklippe-7
Abri supérieur de la Schlummerklippe

Schlummerklippe 8
Dans cet abri

Schlummerklippe 9
L'abri intermédiaire de la Schlummerklippe

Schlummerklippe 10
Un réservoir de compresseur dans cet abri

Schlummerklippe 11
L'abri inférieur de la Schlummerklippe

Schlummerklippe 12
L'escalier reliant l'abri inférieur et le haut de la Schlummerklippe

Schlummerklippe 13
Vue sur les tranchées bétonnées du bas de la Schlummerklippe

En poursuivant sur le sentier, nous atteignons un bel abri qui est la cuisine du Land Jäger Regiment (LJR) 56 dont le nom figure sur la frise au-dessus de l'entrée. Légèrement en contrebas du sentier se trouve la cantine du Land Infanterie Regiment (LIR) 124.

cuisine ljr 56
La cuisine du LJR 56

cantine lir124-2
La cantine du LIR 124

cantine lir124-1
La cantine

cantine lir124-3
Un abri de la cantine

Le sentier mène ensuite au Klippenstollen. Un beau bâtiment donnant sur un souterrain en "U" dont les entrées sont éboulées. À côté subsistent les ruines de la station d'arrivée du deuxième téléphérique dont le départ se trouve sur les hauteurs de Wuenheim (voir dans la deuxième partie).

klippenstollen-1
Le Klippenstollen

klippenstollen-2
Le Klippenstollen

klippenstollen-3
Dans l'abri du Klippenstollen

klippenstollen-4
La galerie souterraine du Klippenstollen

klippenstollen-7
Une entrée de galerie près du Klippenstollen

klippenstollen-8
Une autre

Nous atteignons ensuite l'Elsässerstein et le Jägerfelsen. C'était le poste de commandement des minenwerfer comme l'indique l'inscription sur la façade : "Kampfzentrale Jägerfels MWK312 -1915-1917". Au-dessus se trouve une position de minenwerfer dont il subsiste l'embase. Elle est accessible par une échelle. Toutes ces positions tomberont aux mains des Français lors de l'offensive du 21 décembre 1915. Ce jour-là, les troupes françaises écrasèrent les défenseurs allemands et atteignirent le chemin des 700 m sur le flanc nord-est du HWK. Ils stoppèrent leur assaut à ce niveau à cause de la tombée de la nuit, le manque de liaison avec l'arrière et des pertes importantes. Les Allemands contre-attaquent violemment à l'aube et reprennent toutes les positions perdues la veille. Les Français ne parviendront plus jamais à approcher ces différentes positions allemandes.

jagerfelsen-1
Le Jägerfelsen

jagerfelsen-2
Le Jägerfelsen

jagerfelsen-4
Un abri du Jägerfelsen

jagerfelsen-5
Un abri effondré du Jägerfelsen

jagerfelsen-7
Le poste du minenwerfer

jagerfelsen-8
L'embase du minenwerfer

Elsässerstein
L'Elsässerstein

Nous reprenons le sentier en sens inverse jusqu'à la cuisine du LJR 56 et prenons le chemin en descente qui rejoint le Hangweg d'où nous reprenons le sentier emprunté à l'aller (balisage triangle jaune) vers la croix Zimmermann. Arrivés au chemin des Parisiennes, nous prenons à droite pour voir le Baerenstollen, point d'arrivée du troisième téléphérique.

entrée du baerenstollen
L'entrée du Baerenstollen

le baerenstollen
Dans le Baerenstollen

Nous rebroussons chemin et à l'embranchement nous empruntons le chemin à droite. Celui situé entre le chemin des Parisiennes et le sentier descendant vers le Tanzplatz. Nous nous trouvons sur le terrain de l'ouvrage Léopold. Cette partie du versant nord est un labyrinthe de boyaux et de tranchées truffés d'abris et d'observatoires. Le front passait à quelques mètres plus au sud. De là, nous bénéficions d'une belle vue sur le versant du Hartfelsen avec l'abri Baratin. Ce versant totalement dénudé où ne subsistent que quelques moignons de troncs d'arbres donne un aperçu de l'aspect du HWK après la bataille.

abri leopold
Un des abris de l'ouvrage Léopold

observatoire
Observatoire ou poste de mitrailleuse à l'ouvrage Léopold

aspect de désolation
Vue vers l'abri Baratin présentant l'aspect de désolation
qu'a dû avoir le HWK après la bataille

Nous rebroussons chemin et descendons le sentier vers le Tanzplatz et le Felsennest 1. De là, nous suivons le chemin vers le fortin de la Kanzel (la chaire). Ce fortin est constitué d'un abri souterrain en forme de "U" flanqué de chambres. L'avant du fortin est constitué d'un parapet de tir avec des créneaux pour les mitrailleuses. Au-dessus de l'entrée principale figure l'emblème du pays du Wurtemberg constitué de trois bois de cerfs. Il est complété par la même inscription qu'à la Wartburg (voir première partie) : "Une solide forteresse est notre dieu".

kanzel-2
La Kanzel

kanzel-4
La 2e entrée de l'abri de la Kanzel

kanzel-7
Le parapet de tir de la Kanzel

kanzel-3
L'inscription au-dessus de l'entrée de l'abri de la Kanzel

kanzel-5
Une des salles souterraines de la Kanzel

kanzel-6
Une autre des salles souterraines

En revenant sur nos pas, nous voyons en contrebas les abris effondrés et les tranchées du Freudenkind. Nous redescendons vers la Feste Limburg où nous empruntons le chemin vers la gauche. Nous montons vers le rocher du Grossfelsen en secteur français. Nous passons devant l'abri Volgelsheim (à droite) et devant des entrées d'abris souterrains (sur la gauche).

freudenkind 1
Un des abris effondrés du Freudenkind

freudenkind 2
Un autre abri du Freudenkind

Volgelsheim
L'abri Volgelsheim

grosfelsen
Galerie souterraine au Grossfelsen

le plan

En suivant le chemin, nous parvenons à l'emplacement de l'ancien cimetière des chasseurs de Bonnegoutte. Le monument situé à cet endroit porte des vers de Victor Hugo :

"Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie
 Ont droit qu'à leur cercueil la foule vienne et prie
 Entre les plus beaux noms, leur nom est le plus beau
 Toute gloire près d'eux passe et tombe éphémère
 Et comme ferait une mère la voix d'un peuple entier les berce en leur tombeau."

bonnegoutte
Le monument de l'ancien cimetière des Chasseurs de Bonnegoutte

Nous redescendons sur le chemin pour entamer la montée vers l'abri Baratin. Cet abri français a été nommé ainsi en l'honneur du capitaine Baratin de la 10e Compagnie du 68e BCA. Nous pouvons une fois de plus constater les différences entre les abris français construits avec peu de moyens et les fortins allemands construits en béton et pourvus d'un confort relatif. Il est vrai que les Français avaient ordre d'avancer et donc interdiction de construire des abris durables contrairement aux Allemands qui étaient en position défensive et qui avaient ordre de ne pas reculer. Ces ordres n'ont pas empêché l'immobilité du front durant quatre ans.

abri baratin-4
Vue sur l'abri Baratin

abri baratin-5
L'abri Baratin

abri baratin-6
L'entrée de l'abri Baratin

abri baratin-8
La salle principale de l'abri Baratin

abri baratin-9
Le flanc du Hartfelsen (roche dure) où se trouve l'abri Baratin

abri baratin-10
L'abri Baratin

Il nous reste à redescendre vers la croix Zimmermann soit en reprenant le chemin de l'aller soit en suivant le sentier (balisage rond jaune) qui descend dans la pente. Sur la route retournant à Wuenheim entre la croix Zimmermann et le premier chemin partant à droite nous attend un dernier abri souterrain.

abri croix zimmermann-1
La sortie de l'abri de la croix Zimmermann

abri croix zimmermann-2
L'entrée de l'abri de la croix Zimmermann

abri croix zimmermann-3
Dans l'abri de la croix Zimmermann

Ces photographies ont été réalisées en avril 2010.

 

Y ACCÉDER:

La croix Zimmermann est située sur la route allant de Wuenheim au col Amic. Montez la rue principale de Wunheim et prenez à l'embranchement en "Y" (petite chapelle) à droite vers le stand de tir et le camping. En haut de la côte, au niveau du monument, prenez à gauche et suivez la route goudronnée jusqu'à la croix Zimmermann.

 

Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont donnés sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accès au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

Cette page a été mise en ligne le 15 mai 2010

Cette page a été mise à jour le 16 janvier 2015