Les pistes de dinosaures
de Courtedoux

Ce site a été découvert, début 2002, lors de prospection sur le tracé de l'autoroute A16 transjurassienne en Suisse. Nous sommes en présence d'une dalle quasiment horizontale sur laquelle ont été dénombrées (en avril 2002) plus de 500 empreintes.

la 1ere dalle
Une vue de la dalle aux empreintes découverte en 2002

une autre vue
Une autre vue de cette dalle

la dalle
Une vue d'ensemble de la dalle

La découverte de ce site est exceptionnelle, du fait de l'horizontalité de la dalle qui facilite l'étude. On ne connaissait à l'époque que trois sites de ce type dans le monde, un au Portugal, un aux États-Unis et celui-ci. Depuis d'autres sites ont été découverts notamment en France dans l'Ain et le Jura. Dans les autres sites connus, les dalles présentent toutes une inclinaison plus ou moins prononcée rendant l'étude difficile.

En passant votre souris sur les photos suivantes vous ferez apparaitre les empreintes en couleur.

dino-7
Une 1re série d'empreintes

dino-9
Une autre série d'empreintes

La dalle découverte en 2002 a été datée de 152,3 millions d'années (MA). À cette période, le site correspondait à une plage de la mer "Thétis". La plupart des traces sont emmêlées et ne permettent pas de définir la direction qu'empruntaient les dinosaures.

dino-2
Une empreinte possédant encore son remplissage de sédiments

dino-3
Et une autre série...

Cependant, une piste bien tracée a été dégagée. Elle correspond au déplacement d'un jeune sauropode, probablement un diplodocus. La taille des traces a permis de déterminer la hauteur de la hanche de cet animal qui est de l'ordre de 2,20 m. Ceci correspondrait à un jeune animal de 13 m de longueur. Pour déterminer la taille d'un sauropode, il faut multiplier le diamètre de l'empreinte par 5 pour obtenir la hauteur à la hanche. Cette hauteur multipliée par 6 donne ensuite la longueur de l'animal. La piste est actuellement orientée vers le sud-ouest, mais il n'est pas possible de déterminer si le diplodocus s'éloignait où s'approchait du bord de l'eau ou s'il marchait le long de l'eau.

dino-13

dino-14

dino-15

dino-16

dino-1

dino-4

Le diplodocus était un animal quadrupède pouvant atteindre 30 m de long (25 m en moyenne). Il possédait un long cou (environ 7 m) et une longue queue (14 m) en forme de fouet. Son corps était haut et étroit (4 m de longueur) et sa tête minuscule (à peine 60 cm). Malgré sa grande taille, le diplodocus ne pesait qu'une dizaine de tonnes.

diplodocus
Représentation d'un diplodocus

Le diplodocus tenait sa longue queue au-dessus du sol et devait certainement s'en servir comme d'un fouet. Des études et des simulations ont démontré que lorsque le diplodocus faisait battre la base de sa queue, le bout dépassait la vitesse du son, ce qui provoquait un claquement similaire à celui d'un fouet, mais environ 2000 fois plus fort. Mais la résistance mécanique de cette queue était trop faible pour que le diplodocus s'en serve pour fouetter les prédateurs. Elle ne devait servir que d'arme dissuasive et pour les parades amoureuses. Les découvertes récentes ont montré que son dos était couvert d'épines cutanées et que le long de la colonne vertébrale était disposée une rangée d'épines pouvant atteindre 18 cm de haut. Le régime alimentaire de diplodocus était constitué de feuilles qu'il arrachait aux plantes à l'aide de ses dents disposées comme ceux d'un peigne. Il était certainement capable de se dresser sur ces pattes arrière en s'appuyant sur sa queue. Cette posture lui permettait de manger les aiguilles des conifères les plus hauts. Les seuls prédateurs que ces sauropodes devaient craindre étaient certainement les allosaures, cousins du terrible tyrannosaure. Contre de tels prédateurs, le diplodocus n'avait à opposer que sa queue et ses pattes avant qui lorsqu'il se dressait sur ces pattes arrière pouvaient lui servir à écraser ces adversaires. Pour mieux se protéger contre les prédateurs, les diplodocus vivaient certainement en troupeau.

Le diplodocus est connu par quelques squelettes découverts au Wyoming et au Colorado.

squelette
Le squelette du diplodocus

Les travaux entrepris pour la construction de l'autoroute ont également permis la découverte en 2005 d'une autre dalle à quelques kilomètres de la première. Sur cette deuxième dalle ont été reconnues en plus des empreintes de sauropodes déjà connus, des empreintes de dinosaures carnivores. Ces empreintes de théropodes sont facilement reconnaissables à leur forme à trois doigts (tridactyle). Les plus petites traces (environs 7 cm) appartiennent à des dinosaures genre "raptor" ou à des "compsognatus". Les plus grandes (35 cm) sont celles de représentants de la famille des "allosaures", cousin européen du "tyrannosaurus rex". L'observation des traces a permis de déterminer une vitesse de déplacement de l'ordre de 11 km/h. Cette vitesse relativement faible fait dire aux spécialistes que la dalle n'est pas une scène de chasse.

dino-47
La dalle avec les empreintes de théropode

dino-48
Une belle empreinte de 7 cm de longueur

dino-55
Et une de grande taille

dino-67

dino-68
Une autre partie de la dalle

dino-63
Les carnivores croissent les herbivores

src14
La dalle inférieure de "Sur Combe Ronde"

ronde-106
La dalle aux empreintes de "Sur Combe Ronde"

Les travaux de construction s'étant poursuivi les sites de ces deux dalles ont été recouverts par l'autoroute. Avant la destruction, les empreintes ont été découpées et sont conservées dans les sous-sols du musée de Porrentruy. Les prospections ont été poursuivies. Les dalles de calcaires portant les empreintes s'étirent visiblement sur des kilomètres. Sur le site de "Sur Combe Ronde", mis à jour depuis 2010, deux couches calcaires ont été dégagées. Sur la dalle supérieure, datée de 152 MA ont été dégagé 107 empreintes parmi lesquels ont été reconnu 11 pistes de théropodes.

src12
Les pistes des sauropodes

src13

src10

src11

Sur la dalle inférieure, datée de 152,3 MA (c'est la même dalle que celle découverte en 2002) ont été dénombré 28 pistes de sauropodes et 5 pistes de dinosaures tridactyles (à trois doigts). Les pistes de sauropodes correspondent à des animaux de 10 à 15 m de longueur. Celles des tridactyles (carnivores ou herbivores) ont été laissées par des animaux de 3 à 5 m de longueur. Pour déterminer la taille d'un théropode, il faut multiplier la longueur de l'empreinte par 4 pour obtenir la hauteur à la hanche.

src17
La piste d'un petit théropode


Une grande piste d'un très grand théropode constitué de 62 empreintes a été dégagée sur ce site. Cet animal probablement un allosaure a laissé des empreintes d'une longueur de 50 cm qui correspondent à un monstre de 12 m de longueur.

src18
La piste d'un petit théropode


src1

src19
Les pistes des sauropodes

À partir de l'hiver 2007/2008, des prospections ont été réalisées en dehors de l'emprise de l'autoroute. Une première dalle a été trouvée au nord du site de "Sur Combe Ronde" au lieu-dit "Pommerat". Une piste d'un sauropode de 30 m de longueur y a été dégagée. Les empreintes y ont un diamètre moyen de 1 m. Le dinosaure qui est passé par là marchait paisiblement. L'allure d'un dinosaure peut-être établi en divisant la distance séparant deux empreintes d'un même pied par la hauteur à la hanche. Si la valeur trouvée est inférieure à 2 alors le dinosaure marchait. Si la valeur est entre 2 et 2,9, cela correspond à une marche rapide et au-delà de 3, l'animal courrait. Sur le site du "Pommerat", la valeur est de 0,58.

pommerat 10
La piste de "Pommerat"

pommerat 9

pommmerat 7

pommerat 8

En 2011, les paléontologues avaient dégagé plus de 9000 empreintes. Parmi celles-ci, 220 pistes de sauropodes et 240 pistes de tridactyles ont été reconnues. Les empreintes tridactyles (à trois doigts) correspondent à des théropodes (carnivore) et à des ornithopodes (herbivore). Ces dinosaures étaient bipèdes. Les empreintes laissées par les sauropodes ont de 20 cm à 120 cm correspondant à des animaux ayant de 5 à 35 m de longueur. Leur vitesse de déplacement a été calculée entre 2 et 5 km/h. Les empreintes tridactyles dont la longueur va de 40 à 80 cm correspondent à des grands théropodes ayant de 6 à 12 m de longueur. Il s'agit d'animaux vivants en solitaire. Les pistes reconnues indiquent qu'ils se déplaçaient sur le site à une allure moyenne de 10 km/h. Les autres pistes sont formées d'empreintes de 7 à 15 cm de longueur correspondant à des théropodes de 1 à 3 m de longueur chassant en meute. Leur vitesse de déplacement a été calculée à 20 km/h.

src15
Une nouvelle piste en cours de dégagement

src111

Ces photographies ont été réalisées en avril 2002, en 2006 et en 2011.

 

Y ACCÉDER:

Les différents sites situés sur le tracé de l'autoroute A16 ont été détruits par le chantier de l'autoroute. Les empreintes ont été sauvegardées dans les réserves du musée de Porrentruy.

Seule la piste du "Pommerat" est accessible au public. Elle fait partie du sentier "Sur les traces des géants". Pour accéder au sentier, il faut prendre à Courtedoux (en Suisse) la direction de la France. Après le passage sous le viaduc de l'autoroute A16, il faut prendre au rond-point à droite. Le sentier débute au niveau des bassins de décantation situés sous le pont de la bretelle d'accès à l'autoroute.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 23 septembre 2002

Cette page a été mise à jour le 24 février 2015