Les empreintes de dinosaures
de Loulle

À l'automne 2004, monsieur Jean-François Richard effectue son footing dans la région de Loulle. Il passe à proximité d'une carrière inexploitée depuis trente ans et y remarque une série d'empreintes formant une ligne. Ayant travaillé sur le site des empreintes de Coisa, il y reconnait immédiatement une piste de sauropodes. Il fait part de sa découverte au service de l'architecture et du patrimoine du Jura. C'est le point de départ d'une formidable découverte.

 

empreinte 46
Le site des empreintes

Jean-Michel Mazin et Pierre HANTZPERGUE, du laboratoire de paléoenvironnement et paléobiosphère du CNRS de Lyon, se rendent sur place avec leur équipe. Ils confirment la découverte des empreintes de sauropodes, dinosaure quadrupède. Plus de 500 empreintes seront identifiées sur les surfaces dégagées de la carrière. Ce qui en fait un des dix plus importants sites d'empreintes de dinosaures au monde.

Passez la souris sur les photos pour faire apparaître les empreintes.

 empreinte 2
Empreintes de sauropodes

empreinte-3
Les pistes des sauropodes

La strate calcaire, mise à jour dans la carrière de Loulle, a été datée de 155 millions d'années (MA) soit l'Oxfordien supérieur, la première période géologique du jurassique supérieur. À l'époque, les terres émergées étaient regroupées en deux supercontinents. La Laurasie regroupait l'actuelle Amérique du Nord, l'Europe et l'Asie. Le Gondwana regroupait l'Amérique du Sud, l'Afrique, l'Antarctique et l'Australie. Le Jura était constitué d'îles séparées par des lagunes périodiquement asséchées. Le tout baigné par l'océan Téthys. Les dinosaures parcouraient ce paysage en quête de nourriture.

Passez la souris sur les photos pour faire apparaître les empreintes.

empreinte-5
Une grosse patte

empreinte-6
Et une autre

La majorité des empreintes sont de forme ovale, correspondent aux pattes arrière, ou en forme de demi-cercle ou de croissant correspondant aux pattes avant. Elles ont un diamètre allant de 20 cm à 1,50 m, surtout celles des pattes arrière. Elles ont été identifiées comme appartenant à des dinosaures sauropodes tels que le diplodocus ou le brachiosaure. Ces gros animaux avaient quatre pieds massifs semblables à ceux des éléphants. Les empreintes forment des pistes où se mêlent des grosses et des petites empreintes. Des adultes et des jeunes sont passés à cet endroit. Ces dinosaures végétariens se déplaçaient en troupeaux. L'espacement entre les empreintes suggère qu'à cet endroit leur déplacement était paisible. Le passage a toutefois été nombreux ou fréquent. Plus de 500 empreintes ont été identifiées et les chercheurs estiment que le site pourrait comporter plus de 3000 empreintes. Nous nous trouvons peut-être au bord d'un point d'eau.

empreinte-26
Une piste bien visible

empreinte-17
Tout comme celle-ci

Le brachiosaure était l'un des plus grands et peut-être l'un des plus lourds des dinosaures. Un adulte avait une longueur de 25 m pour un poids estimé entre 30 et 50 tonnes. Les pattes antérieures sont plus longues que les postérieures, conférant à l'animal une allure semblable aux girafes. L'humérus d'un adulte avoisinait les 2,20 m de longueur. Il possédait un cou extrêmement long, mais une queue courte pour un sauropode. La tête d'un adulte devait être placée aux alentours de 13 m de hauteur. Ses épaules étaient, elles, à 6,40 m. Il possédait une tête épaisse en forme de dôme et un museau large et plat. Ses dents étaient en forme de ciseaux lui permettant de découper les feuilles. Comme pour tous les dinosaures, la tête des brachiosaures était très petite. Le volume de sa boite crânienne ne représente qu'un centième de millier du volume de l'animal.

brachiosaure
Squelette de brachiosaure (source wikipédia)

Le diplodocus était un animal quadrupède pouvant atteindre 30 m de long (25 m en moyenne). Il possédait un long cou (environ 7 m) et une longue queue (14 m) en forme de fouet. Son corps était haut et étroit (4 m de longueur) et sa tête minuscule (à peine 60 cm). Malgré sa grande taille, le diplodocus ne pesait qu'une dizaine de tonnes. Le diplodocus tenait sa longue queue au-dessus du sol et devait certainement s'en servir comme d'un fouet. Des études et des simulations ont démontré que lorsque le diplodocus faisait battre la base de sa queue, le bout dépassait la vitesse du son, ce qui provoquait un claquement similaire à celui d'un fouet, mais environ deux mille fois plus fort. Mais la résistance mécanique de cette queue était trop faible pour que le diplodocus s'en serve pour fouetter les prédateurs. Elle ne devait servir que d'arme dissuasive et pour les parades amoureuses. Les découvertes récentes ont montré que son dos était couvert d'épines cutanées et que le long de la colonne vertébrale était disposée une rangée d'épines pouvant atteindre 18 cm de haut. Le régime alimentaire de diplodocus était constitué de feuilles qu'il arrachait aux plantes à l'aide de ses dents disposées comme ceux d'un peigne. Il était certainement capable de se dresser sur ses pattes arrière en s'appuyant sur sa queue. Cette posture lui permettait de manger les aiguilles des conifères les plus hauts. Les seuls prédateurs que ces sauropodes devaient craindre étaient certainement les Allosaures, cousins du terrible Tyrannosaure. Contre de tels prédateurs, le diplodocus ne pouvait opposer que sa queue et ses pattes avant, qui lorsqu'il se dressait sur ses pattes arrières, pouvaient lui servir à écraser ses adversaires. Pour mieux se protéger contre les prédateurs, les diplodocus vivaient certainement en troupeau. Le diplodocus est connu par quelques squelettes découverts au Wyoming et au Colorado.

Passez la souris sur les photos pour faire apparaître les empreintes.

empreinte-9

empreinte-12

Parmi les traces des sauropodes ont été reconnues quatre pistes de théropodes, dinosaures carnivores. Les empreintes, relativement petites, appartiennent à des animaux bipèdes d'environ 2 m de hauteur tels que compsognathus ou ornitholestes. Compsognathus était un dinosaure d'une taille légèrement supérieur à une dinde. Il avait une longueur comprise entre 70 cm et 1,40 m pour un poids de 3 kg. Il possédait de longues pattes postérieures et une longue queue typique des dinosaures rapides. Ses membres antérieurs étaient courts, mais robustes et armés de griffes. Sa tête était étroite et pointue avec des mâchoires dotées de nombreuses dents acérées et incurvées vers l'arrière. Son cou était très flexible. Malgré sa petite taille, les paléontologues estiment qu'il comptait parmi les plus grands prédateurs de son époque. Ornitholeste avait une allure un peu semblable, mais en plus grand. Il dépassait les 2 m, mais avec un poids de 12,50 kg restait très léger. Sa queue en forme de fouet faisait plus de la moitié de sa taille. Son crâne était plus gros que celui de compsognathus et ses pattes étaient munies de griffes acérées. Pour certains paléontologues, ornitholeste était un charognard vif et agile qui se servait sur les carcasses des victimes des grands prédateurs.

théropodes
Les théropodes (source Wikipédia)

Passez la souris sur les photos pour faire apparaître les empreintes.

empreinte-15
Piste d'un théropode

empreinte-42
La deuxième piste d'un théropode

allosaure
Squelette d'allosaure (source wikipédia)

Les fouilles effectuées en 2009 ont dégagé des empreintes de grande taille appartenant à un grand théropode actuellement inconnu. Parmi les théropodes géants de l'époque, nous trouvons ceratosaurus, eustreptospondylus, mégalosaurus et allosaurus. Tous ces dinosaures étaient des carnivores bipèdes pourvus de dents très tranchantes. C'était certainement des chasseurs solitaires contrairement aux petits théropodes. Ceratosaurus pouvait atteindre 6 m pour un poids d'une tonne. Il possédait une longue queue massive. La forme de ses membres suggère qu'il pouvait pourchasser de rapides herbivores. Eustreptospondylus pouvait atteindre une longueur de 7 m, mais était, avec un poids de 220 kg, très léger. Son mode de vie s'apparente à celui des lions. Mégalosaurus est un animal imposant de 9 m de long, de 3 m de hauteur et d'un poids de 900 kg. Il possédait un cou court et musclé supportant une tête massive. Ses mâchoires puissantes étaient armées de dents acérées et incurvées. Ses doigts et ses orteils possédaient des griffes. L'étude d'une piste retrouvée en Angleterre a relevé qu'il pouvait courir à 30 km/h.

Passez la souris sur les photos pour faire apparaître les empreintes.

empreinte-40
L'empreinte du grand théropode (le récepteur GPS fait 15 cm de longueur)

empreinte-39
La piste du théropode géant

Allosaurus était certainement le plus grand et le plus féroce prédateur du jurassique. D'allure très proche du célèbre tyrannosaure (apparu 50 MA plus tard), il avait 12 m de long, 4,50 m de hauteur et devait peser jusqu'à deux tonnes. Il possédait un cou court supportant une tête volumineuse pourvu de gigantesques mâchoires hérissées de longues dents crénelées. Son crâne était pourvu de nombreuses ouvertures réduisant son poids sans compromettre sa solidité. Sa longue queue massive lui servait de contrepoids à la partie avant. Il avait des pattes postérieures très puissantes possédant trois orteils griffus. Ses pattes antérieures étaient petites et armées de griffes incurvées et fuselées. Il pouvait s'attaquer seul à des proies imposantes. Mais des dinosaures tels que diplodocus ou brachiosaure, qui vivaient en troupeaux, étaient certainement trop difficiles à tuer pour un seul allosaure. Il devait donc se regrouper en bande pour les chasser en isolant des jeunes ou des individus affaiblis comme semblent le suggérer certains gisements de fossiles découverts aux États-Unis.

Passez la souris sur les photos pour faire apparaître les empreintes.

empreinte-7
Une autre piste

empreinte-30
Et une autre

empreinte-27
Le site des empreintes

empreinte-35
Une grosse empreinte de sauropode (le récepteur GPS fait 15 cm)

empreinte-31

empreinte-32

Les paléontologues poursuivent l'étude du site en laboratoire. Ils rêvent d'un grand musée sur le site afin de le préserver. Un autre site de trace de dinosaure a été découvert en 2004 à Coisia au sud du Jura et un autre se trouve sur la commune de Courtedoux en Suisse.

Ces photographies ont été réalisées en juillet 2010.

Je tiens à remercier monsieur Jean-François Richard pour les informations précieuses qu'il m'a apportées pour écrire cet article.

 

Y ACCÉDER:

À Champagnole, prendre la D471 vers Ney. De là, prendre la D253 vers Loulle. Le site se trouve à gauche dans le virage en épingle à cheveux (vaste parking devant la carrière).

Le site n'étant pas protégé, il se dégrade très vite. Durant votre visite, faites attention de ne pas marcher sur les empreintes, de ne pas prélever de cailloux et d'éviter de grimper sur les parois rocheuses. Faites attention aux enfants en leur demandant de ne pas courir n'importe où pour ne pas dégrader le site afin qu'il n'ait pas disparu lorsqu'ils voudront le montrer à vos petits enfants.

 



Les indications pour accéder à ce lieu insolite sont données sans garantie. Elles correspondent au chemin emprunté lors de la réalisation des photographies. Elles peuvent ne plus être d'actualité. L'accés au lieu se fait sous votre seule responsabilité.

Si vous constatez des modifications ou des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part.

 

 

Cette page a été mise en ligne le 19 septembre 2010

Cette page a été mise à jour le 16 février 2015